décroissance

décroissance

Noix de coco...joyau des tropiques

 

La Noix de Coco et ses bienfaits

La noix de coco (cocos nucifera), provenant du cocotier est un fruit très intéressant pour ses aspects gustatifs mais aussi toutes ses vertus thérapeutiques et cosmétiques. Le cocotier est l’un des plus vieux arbres du monde, il peut mesurer jusqu’à 30m de haut et vivre jusqu’à 200 ans. Un arbre peut produire jusqu’à 80 noix par an.

 

  • Nom

Selon les sources le mot "coco" aurait pour origine le mot "cocho"

soit d'origine portugaise qui signifie croquemitaine en raison de sa forme

soit d'origine italienne qui veut dire "coque"

Il est utilisé depuis 1525 mais ce n'est qu'en 1618 qu'on lui a attribué le substantif "noix"


  • Origine
Originaire de malaisie, on la trouve désormais dans toutes les zones tropicales d'Afrique aux Antilles, des Caraïbes à l’Inde, en passant par Madagascar.. Introduite par la main de l'homme ou phénomène de migration naturelle? les noix peuvent en effet germer même après avoir flotté plus d'une centaine de jours dans l'océan, soit 5000 km dans le cas de courants favorables...

Pour les populations des régions côtières, qui n’avaient pas toujours accès à de l’eau potable, le liquide de sa noix immature était un véritable cadeau des dieux.

Au fil du temps, le cocotier a colonisé toutes les régions de la planète se trouvant entre les deux tropiques. Plusieurs variétés ont été sélectionnées pour l’exploitation commerciale, mais la forme sauvage persiste en de nombreux endroits où son fruit constitue la principale source de lipides, de protéines et d’un certain nombre de composants nutritionnels mineurs, mais essentiels. Il s’en trouve d’ailleurs pour affirmer que sans le cocotier, des civilisations entières n’auraient pas vu le jour ou, du moins, n’auraient pas subsisté. D’où ses noms vernaculaires d’« arbre de vie », « arbre de la richesse », « joyau des tropiques », de même que les nombreux mythes entourant son origine chez les peuples où il joue, depuis toujours, un rôle de premier plan.

En Occident, on ne trouve guère de mention de la noix de coco avant le XIVe siècle, époque où l’Italien Marco Polo effectua ses célèbres voyages en Asie. Avec l’expansion de l’empire portugais aux XVe et XVIe siècles, elle deviendra populaire en Europe, puis plus tard en Amérique du Nord.


  • Symbole religieux
Pour les hindoux, c'est la pluys pure offrande aux dieux car elle renferme une eau pure non touchée par la main de l'homme.
la composition même de la noix représente les 3 éléments de l'homme:
  1. L'écorce dure = le monde physique. Les fibres dont elle est recouverte représentent nos vices :jalousie, égoisme,avarice qui doivent être arrachés et brisés afin d'atteindre...
  2. La chair blanche = l'élément psychologique/ la pureté de l'âme
  3. et l'eau inviolée= la spiritualité
Enfin, la noix de coco possède 3 yeux symbolisant
la Trinité de l'Evolution :Création, Préservation et Dissolution
Les 3 yeux de l'homme -les 2 yeux physiques + le 3ème oeil, celui de la conscience qui peut dépasser la superficialité et le faux pour atteindre l'Ultime vérité.

la Noix de Coco est entrée dans la Sagesse Populaire comme en témoignent certains proverbes:
  • Bénin : "Avant de planter ton cocotier, vérifie que le terrain n'est pas miné..."
> Il faut être prudent pour ne pas perdre un temps précieux
  • Côte d'Ivoire : "Il est des fois ou Dieu donne coco à celui qui n'a pas de dents"
"celui qui est plus près du cocotier bénéficie moins de son ombre que celui qui en est éloigné" (proverbe Djoula)
"la cime ne retient pas indéfiniment le coco sec" > celui qui est étendu au sol n'a pas peur de tomber.
  • Mayotte : "Une Noix de Coco ne rivalise pas avec une pierre"
  • guadeloupe : "j'ai déjà vu les jours de grand vent les cocos verts tomber et les cocos secs rester accrochés au cocotier" > Les jeunes s'en vont les Vieux restent ou La mort ne choisit pas.
"La chance du cocotier, le Palmier ne l'a pas" > Nous n'avons pas tous les mêmes chances au départ . (le cocotier porte des fruits et risque donc moins d'être abattu).
""Donne moi du coco, je te donnerai du savon" > Faisons des concessions mutuelles.

  • Utilisations
**Le tronc

Tellement dur que seule une scie à dents spécialement renforcées peut l'entamer
On en fait du bois, des meubles, des poteaux
On fabrique du charbon à partir des déchets du tronc et de la bourre

**Les feuilles

Palmes imbriquées pour le toit des maisons et abris
Nattes, vêtements ou plateaux improvisés pour poissons juste pêchés
Séchées, elles sont tressées en paniers, sacs à mains, chapeaux et matelas
La nervure centrale des feuilles (pétiole) sert à fabriquer pinces, jouets,sifflets, clôtures, murs,cannes à pêche, cannes orthopédiques, manches de parapluie..

**Noix de Coco


  1. Les fibres qui recouvrent la noix sont imputrescibles et utilisées pour faire des paillassons, tapis,  brosses, cordes..
  2. Les coques servent à fabriquer des ustensiles: cuillères, gobelets, bouteilles,tasses. Les artisans en font de très jolis bijoux, lampes,boucles et divers ornements
  3. .Le bourgeon terminal de l'arbre (chou palmiste) est un excellent légume considéré comme un mets de choix. C'est le coeur du palmier, son point de croissance, l'enlever c'est signer l'arrêt de mort du cocotier.
  4. Si l'on coupe la tige de l'inflorescence du cocotier, il s'écoule une sève sucrée : "toddy" contenant 12 à 15% de sucre voire 17% pour certaines variétés, soit une valeur voisine de celle du liquide obtenu lors de la préparation de la canne à sucre. Cette sève sert à la préparation du sirop (toddy syrup ou treacle), de sucre brut (jaggery ou gur) ou cristallisé. On peut la laisser fermenter pour obtenir un vin de palme assez alcoolisé.

 

On peut distinguer, entre autres, 5 textures d’utilisation courante de la noix de coco :

  •  L’eau de coco

Quand elle est verte, immature, la noix peut contenir jusqu’à un demi-litre d’eau de coco très désaltérante et rafraichissante. Au fur de la maturation du fruit, cette eau se transforme en chair.
Une excellente boisson à déguster et que vous trouverez dans tous les magasins asiatiques !

Réputée diurétique.

 

  •  La chair / pulpe

La chair qui se trouve juste au bas de la coque, est de couleur blanche, recouverte d’une petite pellicule marron. Fraiche, elle peut être croquée telle quelle et râpée elle rentre dans la composition de nombreux gâteaux et mets bien délicieux, vu son goût et son parfum unique !
Elle donne du croquant et une touche exotique tout en apportant une bonne dose d’éléments nutritifs tels que le cuivre, le manganèse ou encore le sélénium, tout comme la Castanha, noix du Brésil.

Aussi, vu sa richesse en en fibres alimentaires, la consommation de chair de coco est efficace pour prévenir la constipation.

Vous trouverez des noix de coco entière toute l’année mais la saison idéale va de septembre à janvier.

 


Pour bien la choisir, agitez là pour vérifier qu’elle contient encore bien de l’eau et que les 3 « yeux » présents sur la coque ne sont pas recouverts de moisissures. Vous en trouverez dans toutes les échoppes exotiques.
Pour la conservation, vous pourrez garder la chair de coco quelques jours au réfrigérateur ou la conserver plus longtemps au congélateur, jusqu’à 10 mois.

  • Le lait ou la crème de coco

Le lait de coco, extrait de la chair fraiche, est très nourrissant et riche en fer. Il est d’ailleurs, très présent dans les délices culinaires de nombreux pays exotiques dont il est originaire.

Sur le plan thérapeutique, il aurait une grande efficacité pour combattre la fièvre et les troubles urinaires.

Consommé à jeun et en quantité, il a un pouvoir laxatif.

En cosmétique, il est souvent utilisé dans les soins de corps ayurvédiques.

Vous le trouverez dans le commerce sous forme de boites prêtes à utiliser ou de fine poudre à délayer dans de l’eau. Très facile à trouver en épicerie et grands magasins. A conserver quelques jours au réfrigérateur et consommer rapidement.

  • L’huile de coco

L’huile de coco, extraite de la pulpe fraiche, est de couleur blanche et a la caractéristique d’être une huile dite « concrète », c’est-à-dire qu’elle se solidifie à température ambiante (en dessous de 22°). D’où l’appellation de beurre de coco pour certains.

L'huile de coco domestique est un purgatif efficace.


 

L'huile de coco permet :

  1. d'améliorer la capacité du corps à absorber le glucose et des vitamines qui sont solubles dans les graisses.  favoriser l'absorption du magnésium et du calcium, ce qui améliore la santé des dents et des os et aide à prévenir l'ostéoporose
  2. de stimuler l'énergie et l'endurance,
  3. d'améliorer la circulation et la sécrétion d'insuline,
  4. de réduire l'inflammation et améliorer la digestion

Elle est à distinguer de l’huile de coprah qui, elle, provient de l’albumen (la pulpe) séchée de noix de coco et sert à la fabrication du fameux monoï, avec les fleurs de Tiaré.

En usage alimentaire, l’huile de coco, souvent vendue en barre sous le nom de « Végétaline » mais aussi en bouteille, est intéressante pour des fritures ou même dans la cuisson de certains petits plats.

Le tourteau de coprah (pulpe privée de son huile) est donné au bétail comme nourriture.

Riche en acide laurique, l’huile de coco est considérée comme aussi important que les Oméga pour la santé.

Toutefois, il est utile de précisé que vu la forte teneur (90%) en acides gras saturés (mauvais gras !) de l’huile de coco, il est préférable de l’utiliser avec modération et d’opter plutôt pour le lait de coco dans vos préparations culinaires.

Réservez l’huile de coco pour un usage externe. En usage cosmétique, la noix de coco, a en effet des vertus très intéressantes surtout pour les peaux sensibles, car reconnue pour ses propriétés :

  1. - Antioxydante
  2. - Nourrissante et émolliente
  3. - Adoucissante et rafraichissante
  4. 100% pure, l’huile de coco vierge est formidable pour :
  5. - satiner et nourrir les parties les plus sèches de la peau
  6. - aider à prévenir les rides – fortifier, aider à la repousse et rendre brillants les cheveux
  7. - garder un cuir chevelu sain grâce au massage
  8. - rafraichir et calmer la peau après exposition au soleil
  9. - calmer les démangeaisons, piqures d’insectes, atténuer les rougeurs

Choisissez votre huile, vierge par pression à froid, au mieux bio, pour être sûr d’en conserver toutes les qualités. Pour cela, lisez bien les étiquettes pour éviter certaines huiles du commerce qui sont extraites avec des solvants chimiques.

Pour les fans de cométique naturel « maison », l’huile de coco est géniale pour fabriquer vos petits savons, en plus de leur donner une odeur délicieuse, elle augmente leur pouvoir moussant !

Vous en trouverez facilement dans les magasins naturels/Bio ou sur Internet. Les huiles de coco /coprah se conservent 6-7 mois à température ambiante, loin d’une source de chaleur et bien fermées. Pour une conversation plus longue, plus d’un an, mettez votre flacon d’huile au réfrigérateur.

  • La coque

 La noix de coco, une fois débarrassée de ses fibres vertes membraneuses, on retrouve une coque dure de couleur marron qui en cosmétique, une fois concassé, peut être très intéressante pour servir comme exfoliant dans des produits gommants.

Tout comme l’huile, la coque concassée de coco est très utile pour débarrasser la peau de ses cellules mortes. Il est possible de trouver dans certains magasins spécialisés, de la coque de coco moulu, à utiliser dans vos recettes cosmétiques « maison »


Principes actifs et propriétés


 Propriétés médicinales d'hier … et d' aujourd'hui …


En Inde, on utilise la noix de coco pour combattre de multiples infections en préparant la noix de coco de la façon suivante:

  • laisser sécher une noix de coco, vidée de son eau, au soleil pendant une semaine;
  • la briser ensuite en petits morceaux à l'aide d'un marteau;
  • faire macérer avec une bouteille de vodka ou autre alcool blanc en n'oubliant pas de secouer la solution 2 fois par jour et ce, pendant 11 jours;
  • filtrer et embouteiller.

Les guérisseurs de Bombay recommandent cette solution contre

  • le pied d'atlète
  • les ongles incarnés
  • la vaginite
  • les démangeaisons pubiennes.

Il suffit de badigeonner ou de faire tremper la région affectée.

 

L'huile de coco présente dans la chair de la noix (ou utilisée en graisse de cuisson) est digérée chez l'homme par la salive et les jus gastriques, Elle ne demande pas d'enzymes de décomposition, comme les omégas 6 et 3, ce qui permet de la recommander chez les personnes à la digestion difficile. Elle régule par ailleurs la glycémie défaillante. Les triglycérides à chaine moyenne de cette huile augmentent la capacité de l'organisme à brûler les graisses alimentaires, ils sont brûlés plus vite et plus facilement, alors que les acides à chaine longue sont entreposés là où vous ne le voulez pas. L'huile de coco contient  environ  9% d'omégas 6 et pourtant elle ne rancit pas à température ambiante.

 

Santé cardiovasculaire. Les aliments contiennent plusieurs acides gras en différentes proportions et ceux-ci ont des impacts différents sur la santé cardiovasculaire. Dans la noix de coco, environ 90 % des lipides sont sous formes d’acides gras saturés, ce qui est particulièrement élevé pour un aliment d’origine végétale.

L'huile de coco contient triglycérides à chaîne moyenne qui aident à réduire le mauvais cholestérol et prévenir les crises cardiaques.

 

  •   Graisses saturées

    L'huile de coco contient des graisses saturés comme l'acide palmitoléique, l'acide palmitique, acide stéarique, l'acide caproïque, l'acide caprique, l'acide caprylique, l'acide myristique et l'acide laurique. ce sont principalement des acides gras à chaîne moyenne qui sont utiles dans

  1. la lutte contre la malnutrition 
  2. la fatigue
  3. la lutte contre les effets du vieillissement, comme la dégénérescence maculaire et le relâchement cutané grace à ses propriétés anti-oxydantes
  4. la lutte contre l'érythème fessier, le muguet, la candidose, la teigne, et le pied d'athlète grace aux monocaprin et monolaurine qui sont des agents anti-microbiennes et anti-fongiques
  5. Les gras saturés dans la noix de coco sont les mêmes que celles trouvées dans le lait maternel. ces graisses saturées ont fait leurs preuves comme agents anti-bactériens, anti-virale, et même des agents anti-cancer. ces graisses aider à tuer les virus qui causent la grippe, sras, le sida et d'autres. ils luttent contre les bactéries qui causent la pneumonie infections, de la gorge, des ulcères et d'infections urinaires. ces acides gras aident aussi à protéger contre les cancers comme les cancers du côlon et du sein.
      Deux études ont démontré des effets intéressants de la consommation d’acides gras saturés provenant d’huile de coco, comparativement à des acides gras saturés provenant du beurre ou d' acides gras monoinsaturés et polyinsaturés sur différents facteurs de risque des maladies cardiovasculaires.
     La consommation sporadique de noix de coco entière, malgré son contenu élevé en gras saturés, apporte tout de même d’autres nutriments intéressants pour la santé (fibres, vitamines, minéraux, protéines) en plus de son goût unique si apprécié.

 

  • Protéines. Comme les protéines d’autres végétaux, les protéines de la noix de coco pourraient avoir un effet bénéfique sur les lipides sanguins. En effet, le cholestérol total et les triglycérides sanguins diminueraient chez les animaux ayant consommé un extrait de cette protéine. Ces effets pourraient être reliés au contenu faible en lysine et élevé en arginine (deux acides aminés) de la protéine de noix de coco.
  • Fibres. La noix de coco contient une quantité élevée de fibres alimentaires qui permet:
  1. de prévenir la constipation
  2. réduire l’incidence des maladies cardiovasculaires
  3. contrôler le diabète de type 2et l’appétit.
  4. rôle protecteur potentiel des fibres de noix de coco sur la formation de tumeurs du côlon chez l’humain .Plus particulièrement, des chercheurs ont constaté que plus un aliment est enrichi avec une quantité élevée de farine de noix de coco, plus son index glycémique était faible, en partie grâce à la quantité de fibres présentes dans cette farine. L’effet de la consommation de fibres de noix de coco sur la formation de tumeurs au côlon chez l’animal a aussi été étudié. Les rats consommant les fibres de noix de coco possédaient une moins grande activité de certaines enzymes impliquées dans le développement de telles tumeurs, comparativement aux rats ne consommant pas de fibres.
  5. diminution du cholestérol total, du cholestérol LDL (« mauvais » cholestérol) et des triglycérides chez des sujets modérément hypercholestérolémiques qui consommaient des fibres alimentaires provenant de flocons de noix de coco. Les fibres totales (solubles et insolubles) contenues dans les flocons de noix de coco joueraient un rôle dans cet effet, en particulier des fractions de fibres solubles (tels les galactomannans et l’acide uronique).
  • Vitamine E : la noix de coco contient de la vitamine E qui aide à promouvoir la santé de la peau et les cheveux.  Combinées avec les acides gras également trouvées dans les noix de coco, la vitamine e aide à combattre les signes du vieillissement en améliorant la santé et la jeunesse de cheveux et la peau.

Nutriments les plus importants

De la crème « traditionnelle » ou du lait de coco?


L’apport calorique du lait de coco se situe environ entre celui de la crème 15 % et de la crème 35 %. Comparativement à ces crèmes, le lait de coco contient moins de riboflavine et de vitamine B12, et pas du tout de vitamine A et de vitamine D. Par contre, le lait de coco contient davantage de fer, de magnésium, de cuivre, de manganèse et de sélénium que la crème, sans oublier son goût unique. À vous de choisir!

 

Excellente source Fer. Le lait de noix de coco est une excellente source de fer pour l’homme et une source pour la femme, tandis que la noix de coco desséchée est une bonne source de fer pour l’homme et une source pour la femme, leurs besoins étant différents. De son côté, la noix de coco crue est une source de fer. Chaque cellule du corps contient du fer. Ce minéral est essentiel au transport de l’oxygène et à la formation des globules rouges dans le sang. Il joue aussi un rôle dans la fabrication de nouvelles cellules, d’hormones et de neurotransmetteurs (messagers dans l’influx nerveux). Il est à noter que le fer contenu dans les végétaux (telle la noix de coco) est moins bien absorbé par l’organisme, comparativement au fer contenu dans les aliments d’origine animale. Son absorption est favorisée lorsque consommé avec certains nutriments, tels la vitamine C.

 

Excellente source Manganèse. La noix de coco et le lait de noix de coco sont d’excellentes sources de manganèse. Le manganèse agit comme cofacteur de plusieurs enzymes qui facilitent une douzaine de différents processus métaboliques. Il participe également à la prévention des dommages causés par les radicaux libres.


Excellente source Cuivre. La noix de coco desséchée et le lait de noix de coco sont d’excellentes sources de cuivre, tandis que la noix de coco crue en est une bonne source. En tant que constituant de plusieurs enzymes, le cuivre est nécessaire à la formation de l’hémoglobine et du collagène (protéine servant à la structure et à la réparation des tissus) dans l’organisme. Plusieurs enzymes contenant du cuivre contribuent également à la défense du corps contre les radicaux libres.

 

Bonne source Phosphore. Le lait de noix de coco est une bonne source de phosphore tandis que la noix de coco en est une source. Le phosphore constitue le deuxième minéral le plus abondant de l’organisme après le calcium. Il joue un rôle essentiel dans la formation et le maintien de la santé des os et des dents. De plus, il participe entre autres à la croissance et à la régénérescence des tissus et aide à maintenir à la normale le pH du sang. Finalement, le phosphore est l’un des constituants des membranes cellulaires.

 

Bonne source Sélénium. La noix de coco desséchée est une bonne source de sélénium, tandis que la noix de coco crue et le lait de noix de coco en sont des sources. Ce minéral travaille avec l’un des principaux enzymes antioxydants, prévenant ainsi la formation de radicaux libres dans l’organisme. Il contribue aussi à convertir les hormones thyroïdiennes en leur forme active.

 

Source Magnésium. La noix de coco desséchée et le lait de noix de coco sont des sources de magnésium qui participe au développement osseux, à la construction des protéines, aux actions enzymatiques, à la contraction musculaire, à la santé dentaire et au fonctionnement du système immunitaire. Il joue aussi un rôle dans le métabolisme de l’énergie et dans la transmission de l’influx nerveux.

 

Source Potassium. La noix de coco desséchée et le lait de noix de coco sont des sources de potassium qui sert à équilibrer le pH du sang et à stimuler la production d’acide chlorhydrique par l’estomac, favorisant ainsi la digestion. De plus, il facilite la contraction des muscles, incluant le coeur, et participe à la transmission de l’influx nerveux.

 

Source Zinc. La noix de coco desséchée et le lait de noix de coco sont des sources de zinc qui  participe notamment aux réactions immunitaires, à la fabrication du matériel génétique, à la perception du goût, à la cicatrisation des plaies et au développement du foetus. Il interagit également avec les hormones sexuelles et thyroïdiennes. Dans le pancréas, il participe à la synthèse (fabrication), à la mise en réserve et à la libération de l’insuline.

 

Source Vitamine B3. Le lait de noix de coco est une source de vitamine B3 ( niacine) qui participe à de nombreuses réactions métaboliques et contribue particulièrement à la production d'énergie à partir des glucides, des lipides, des protéines et de l'alcool que nous ingérons. Elle collabore aussi au processus de formation de l’ADN, permettant une croissance et un développement normaux.

 

Source Acide pantothénique. La noix de coco desséchée est une source d’acide pantothénique (vitamine B5)qui fait partie d’un coenzyme clé nous permettant d’utiliser de façon adéquate l’énergie présente dans les aliments que nous consommons. Il participe aussi à plusieurs étapes de la fabrication des hormones stéroïdiennes, des neurotransmetteurs (messagers dans l’influx nerveux) et de l’hémoglobine.

 

Source Vitamine B6. La noix de coco desséchée est une source de vitamine B6. La vitamine B6, aussi appelée pyridoxine, fait partie de coenzymes qui participent au métabolisme des protéines et des acides gras ainsi qu’à la synthèse (fabrication) des neurotransmetteurs (messagers dans l’influx nerveux). Elle contribue également à la fabrication des globules rouges et leur permet de transporter davantage d’oxygène. La pyridoxine est aussi nécessaire à la transformation du glycogène en glucose et elle collabore au bon fonctionnement du système immunitaire. Cette vitamine joue enfin un rôle dans la formation de certaines composantes des cellules nerveuses et dans la modulation de récepteurs hormonaux.

 

Source Folate. Le lait de noix de coco est une source de folate. Le folate (vitamine B9) participe à la fabrication de toutes les cellules du corps, dont les globules rouges. Cette vitamine joue un rôle essentiel dans la production du matériel génétique (ADN, ARN), dans le fonctionnement du système nerveux et du système immunitaire, ainsi que dans la cicatrisation des blessures et des plaies. Comme elle est nécessaire à la production des nouvelles cellules, une consommation adéquate est primordiale durant les périodes de croissance et pour le développement du foetus.

Apprêts culinaires

Lait et crème

 



Le lait et la crème de coco peuvent remplacer leurs équivalents d’origine animale dans toutes les préparations
 : sur les céréales du matin, dans les crêpes, gaufres, muffins, gâteaux, soufflés, boissons frappées, sauces, etc. Y faire cuire légumes et pâtes ou pocher un poisson. Voici d’autres suggestions.

  • Dans les crèmes de légumes (par exemple, la crème de champignons) ou dans une soupe indienne composée, en plus du lait de coco, de tomates et de concombres finement émincés, d’arachides moulues, le tout épaissi à la farine de pois chiche (ou d’une autre légumineuse) et assaisonné de chili, graines de cumin et feuilles de coriandre.
  • Dans un flan : mettre la préparation à flan (oeufs, crème de coco et sucre ou miel) dans une petite courge bien jaune, nettoyée de ses graines et parties filandreuses. Cuire à la vapeur, laisser refroidir et découper en tranches. Voilà un dessert sain aux couleurs contrastées.
  • Dans l’arroz con coco du Panama : cuire du riz dans du lait de coco en ajoutant, si désiré, des raisins secs. Édulcorer avec du sirop d’érable ou du miel.
  • Fruits pochés : cuire à petit feu des morceaux d’ananas ou d’autres fruits tropicaux dans du lait de coco assaisonné, si désiré, d’un peu de piment, de graines de moutarde rôties et de curcuma.
  • Ragoûts : en Inde et en Thaïlande, le lait et la crème de coco entrent dans la composition de nombreux ragoûts de viande ou de légumes.

Chair fraîche ou séchée


Au-delà des classiques macarons et autres gâteries qui sont bien souvent trop sucrés pour être vraiment sains, la noix de coco peut entrer dans de nombreuses préparations :

  • On en ajoutera environ 20 g à une mayonnaise maison, que l’on complétera avec des herbes fraîches finement hachées.
  • On en fera des rottis, ces pains plats traditionnels de l’Inde que les Tamouls du Sri Lanka préparent à leur manière en ajoutant de la noix de coco râpée à la farine (environ 200 g de coco pour 500 g de farine). Assaisonner la préparation avec des oignons verts revenus dans de l’huile et de la poudre de cumin, ajouter de l’eau et pétrir. Façonner des boulettes et les étendre au rouleau. Faire dorer des deux côtés dans un peu d’huile ou de beurre clarifié.
  • Ajouter des copeaux de chair fraîche dans les salades de légumes ou de fruits. Voici un assemblage inusité, emprunté à la cuisine indienne : banane, concombre, noix de coco, coriandre fraîche, jus de citron, arachides broyées et, si désiré, piment fort.
  • Potée de légumes : faire revenir quelques minutes les épices de son choix et des oignons dans de l’huile de coco. Ajouter un peu d’eau, puis les légumes suivants, coupés en morceaux ou en tronçons : poivrons verts, carottes, brocolis, haricots verts, pommes de terre et ciboule en les enrobant bien avec la préparation épicée. Ajouter de la purée de noix de coco (deux tasses de coco râpée passée au mélangeur avec une tasse d’eau). Amener à ébullition, baisser le feu et cuire environ 15 minutes ou jusqu’à ce que les légumes soient tendres. Arroser d’un filet de jus de citron.
  • Servir un rayta de coco avec un curry piquant : pour le préparer, faire revenir des graines de moutarde dans du beurre clarifié, ajouter de la noix de coco râpée et enlever du feu. Incorporer cette préparation dans du yogourt additionné de morceaux de banane et de feuilles de coriandre. Réfrigérer une heure.
  • Mélanger des flocons d’avoine, des raisins secs, des dattes tranchées avec les noix de son choix (amandes effilées, cajou, noisette, etc.) et de la poudre de coco. Servir ce mélange sec au petit déjeuner, en lui ajoutant un peu d’eau et des morceaux de fruits frais.
  • Noix de coco grillée : l’ajouter dans les desserts, en décoration sur un gâteau ou dans un muesli.

Huile

  • Elle peut remplacer partiellement ou entièrement le beurre ou les huiles végétales pour la cuisson des aliments. Comme toutes les huiles, il faut éviter de la faire fumer, car elle devient alors toxique.
  • Elle remplacera avantageusement les autres huiles dans la friture, car les aliments l’absorbent moins.
  • S’en servir crue sur les tartines ou dans les vinaigrettes (au besoin, la chauffer d’abord légèrement pour la faire fondre).

Conservation

  • Noix de coco entière : deux semaines à la température de la pièce, un ou deux mois au réfrigérateur.
  • Morceaux de chair et lait fait maison : quelques jours au réfrigérateur. On peut congeler les morceaux et la noix de coco râpée en les mettant dans un sac au congélateur, où ils se garderont huit à dix mois.
  • La noix de coco séchée se conserve plusieurs mois au frais, au sec et à l’abri de la lumière. La garder dans un contenant hermétique ou dans son emballage d’origine pour éviter qu’elle ne brunisse sous l’effet de l’oxydation.
  • L’huile de coco se conserve six mois et plus à la température de la pièce, et plus longtemps encore au réfrigérateur. Garder le contenant fermé pour éviter l’oxydation et tenir loin d’une source de chaleur pour prévenir le risque d’ignition spontanée.

 

Des bonbons coco: la recette à la tradition malgache.


Ingrédients selon Tattum (pour 4 personnes ou plus):
- 2 noix de coco (les choisir avec une chair formée et épaisse. En secouant la noix, moins il y a de liquide, mieux c'est.)
- 1 kg de sucre (avec un zeste de zen). La couleur du sucre donne bien entendu la couleur des bonbons coco, mais de par la quantité, je préfère personnellement le roux.

Méthode vue par Tattum (encore une fois jugée sans danger):
bosy- Râper la chair des noix de coco. A Madagascar, il existe une technique utilisant un matériel appelé "bosy".
Le bosy est composé de deux parties: une en bois qui sert d'appui, de siège, s'effilant à un bout, sur lequel est montée une partie métallique dentelée qui sert donc de râpe. Sans cet équipement, il reste la possibilité d'enlever la chair et d'utiliser une bonne vieille râpe.
position et utilisation du bosy- Verser le coco râpé dans une casserole à fond épais, et l'humidifier légèrement avec un peu d'eau.
- Ajouter le sucre, bien mélanger.
- Chauffer à feu très doux, tout en mélangeant continuellement. Eviter que cela colle dans le fond de la casserole.
coco râpéLe mélange va caraméliser au fur et à mesure, jusqu'à cela devienne particulièrement collant, et le mélange difficile.
- Ôter la casserole du feu.
- Former rapidement des petits tas à l'aide de deux cuillères à soupe et les séparer suffisamment les uns des autres afin que ça ne colle pas le temps de la prise.

                           étape 1 étape 2

                  étape 3 étape 4

 


Ecologie : un insecticide contre les moustiques

En plus des nombreux services que l’« arbre de vie » rend traditionnellement à l’être humain, une scientifique péruvienne a découvert un usage inusité pour sa noix. Celle-ci sert de milieu de culture pour élever une bactérie qui tue les larves du moustique responsable de la propagation du paludisme. Cette bactérie (une des formes du Bacillus thurigiensis (Bt), qui est largement utilisé en agriculture biologique) constitue une solution de rechange écologique aux insecticides chimiques destinés à combattre le moustique et dont plusieurs se sont révélés dangereux pour le cheptel et les êtres humains.


Bien que l’action insecticide de cette bactérie soit connue depuis longtemps, les coûts pour la multiplier étaient jusque là élevés, l’opération s’effectuant en laboratoire. Il fallait donc trouver le moyen de les réduire tout en proposant une technique simple, à la portée des villageois et des paysans. Après avoir tenté avec plus ou moins de succès de la multiplier en l’inoculant dans divers fruits locaux, on a découvert que l’eau de coco contenait les acides aminés et les hydrates de carbone dont elle avait besoin pour se reproduire, tandis que la coque protectrice fournissait un milieu favorable à son incubation. L’équipe de recherche a donc conçu une trousse d’incubation comprenant un sac de plastique rempli de cotons-tiges imprégnés de Bt ainsi que de l’ouate. Il suffit de percer la noix de coco, d’y insérer un coton-tige et de boucher l’ouverture avec l’ouate et d’attendre deux ou trois jours, après quoi la noix est cassée et son contenu vidé dans l’eau des étangs, où les larves du moustique se développent. Cette méthode peut être employée partout où pousse le cocotier, qui est justement abondant dans de nombreux pays où le paludisme fait des ravages.

 


Sources

image : http://www.bleumarineresidence.com

http://fr.howticle.com/proprietes-curatives-de-lhuile-de-noix-de-coco.html



13/03/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 716 autres membres