décroissance

décroissance

Les Anti-Pubs....

"Prenons un publicitaire. Son activité vise à accroître la consommation. Il en découle, d’un côté, une création d’emplois (dans le secteur de la publicité, mais aussi dans les usines, le commerce, les transports, les médias) et, de l’autre, un accroissement de l’endettement, de l’obésité, de la pollution, de l’usage d’énergies non renouvelables. Par une série de calculs ingénieux et parfois acrobatiques, les trois chercheuses évaluent chacun des bénéfices et coûts de la surconsommation imputable à la publicité. Ne reste plus qu’à les mettre en rapport : « Pour chaque livre sterling de valeur positive, 11,50 livres de valeur négative sont générées. » En d’autres termes, les cadres du secteur publicitaire « détruisent une valeur de 11,50 livres à chaque fois qu’ils engendrent une livre de valeur »."

Pierre Rimbert dans le Monde Diplomatique de mars 2010, à partir d’une étude de Eilis Lawlor, Helen Kersley et Susan Steed, « A bit rich. Calculating the real value to society of different professions », New Economic Foundation, Londres, 2009 ; www.neweconomics.org

 


Casse toi pauv' pub
Parce que le partage commence par le refus de consommer, demandons l’application des ordonnances de 1944 sur la presse, édictées par le Conseil national de la résistance, pour libérer les médias de la tutelle des multinationales. Conjointement, ordonnons le démantèlement des agences de publicité, véritable organe de propagande de la société de consommation. .
La vidéo en bonne qualité (fichier MPG 135 mo) ici :
http://tomfan.free.fr/mattlouf/videos/antipub.mpg

 

 

  • Résistance à l'Agression Publicitaire

L’association a pour objet principal de lutter contre les effets négatifs, directs et indirects, des activités publicitaires sur l’environnement et les citoyens.

En dénonçant les procédés publicitaires destinés à la mise en condition de la personne, elle se propose de combattre les nuisances qui en résultent pour l’environnement (gaspillage des ressources, pollution paysagère et du cadre de vie, déchets, bruit…) et la société (développement de la surconsommation, inégalités, obésité, violence…).

 

A ce titre, son action consiste notamment :

 

- à veiller au strict respect des textes législatifs et réglementaires relatifs aux publicités, enseignes et préenseignes au sens de l’article L 581-3 du code de l’environnement y compris les dispositions issues du code de la route relatives à ces installations ;

- à faire évoluer la législation dans le sens d’une plus grande protection de l’environnement et d’un plus grand respect des droits du citoyen menacés par les procédés publicitaires ;

- à lutter contre les pratiques commerciales abusives et contribuer à l’information objective des citoyens ;

- à sensibiliser le public et notamment les plus jeunes à l’influence de la publicité dans la société ;

- à lutter contre l’introduction de la publicité dans les services publics et en particulier au sein du système éducatif.

 

 

  • Historique

 

Le terme « antipub » ou « mouvement antipub », raccourci pour antipublicitaire, est devenu une appellation médiatisée en France après des actions spectaculaires à l'encontre de l'affichage publicitaire dans le métro parisiens en automne 2003.

Cependant, le mouvement antipublicitaire et les actions de contestation de la publicité ont émergé bien avant dans le monde entier :

  • dès 1977 en Californie avec le Billboard Liberation Front  , qui essaime jusqu'en Australie, (1983) ;
  • dès 1987, en France avec les Humains Associés et leurs campagnes d'affichage de contre-publicité humaniste,
  • dès 1989 au Canada avec , qui promeut également des campagnes et actions antipub.

 

De grandes associations de défense de la nature et du patrimoine, ainsi que des parcs nationaux ou des parcs naturels régionaux ont également lutté contre l'envahissement du paysage par les panneaux publicitaires.

 

Ce sont les situationnistes, dont Guy Debord, qui avaient exprimé les premiers la force du détournement de l'image, de la publicité, et les premières expérimentations pratiques eurent sans doute lieu en mai 68 en France. En 1984, Negativland, un groupe musical, utilise l'expression « résistance culturelle »  pour baptiser les détournements d'affiche. Chez les Britanniques, la casse de publicité s'appelle subvertising mot valise formé de advertising (publicité) et subversion.

Comme l'analyse Naomi Klein dans son livre No Logo : « Pour un nombre croissant de jeunes activistes, le cassage de pub s'est présenté comme l'outil parfait par lequel affirmer leur désapprobation des multinationales qui leur ont si agressivement fait la chasse en tant que consommateurs, et les ont si précipitamment laissés sur le carreau en tant que travailleur  »

 

  • Critique de la Publicité

La publicité est principalement critiquée pour:

  1. son invasion de l'espace public, de la vie courante (télévision, radio, boîtes aux lettres, téléphone, journaux, cinéma, Internet, panneaux publicitaires, ainsi que sur les vêtements) et
  2. son emploi de techniques nuisibles et agressives comme le matraquage (plus de 3000   messages publicitaires par jour) ou la manipulation mentale. Une autre sorte de critique affirme que la publicité prise dans son ensemble
  3. sa diffusion d' un message politique fort, prônant la société de consommation, incitant au gaspillage et à la pollution.

Ces critiques se retrouvent à la base du concept de la décroissance soutenable.

 

L'opposition la plus courante à la publicité est une critique morale :

  • ses impacts sur l'éducation des enfants et adolescents,
  • la manipulation des consciences,
  • la promotion de drogues (alcool, tabac  )...

N’apportant pas une information objective, elle détournerait de la vérité, valoriserait au contraire l'illusion et le mensonge. Elle distrairait au sens pascalien où elle ferait perdre de vue des choses importantes pour l'individu, la société et l'environnement. Elle tendrait en outre à propager des stéréotypes, généralement discriminatoires (sexisme, racisme, etc.), contribuant à imposer une pensée unique, normative et démobilisatrice.

 

Un autre reproche fait à la publicité est le coût qu'elle engendre. En effet, une part difficilement mesurable du coût d'un produit de grande consommation ou d'un service repose dans le financement de sa publicité ou de son packaging. Ce coût est bien évidemment reporté dans le prix du produit fini payé par le consommateur. En diminuant la publicité, une entreprise aurait ainsi moins de dépenses et pourrait donc mécaniquement augmenter la qualité de son produit ou faire baisser les prix. À ceci, les publicitaires répondent que la publicité permet de vendre plus et donc d'effectuer une Economie d'échelle, ce qui permet une baisse des prix. Les antipubs rétorquent encore une fois que l'économie d'échelle se produit naturellement : lorsque le produit est bon il se vend en nombre élevé, ceci étant particulièrement vrai lorsque le marché et la concurrence ne sont pas corrompus par une prédominance de l'image du produit sur sa réelle qualité.

 

C'est pour cette raison énoncée au paragraphe précédent que certains s'opposent au terme de "gratuité", employé lorsqu'un service est financé par la publicité. À leurs yeux, la gratuité dont semble bénéficier l'utilisateur final n'est qu'apparente. En effet le coût d'un service financé par la pub (journaux "gratuits", chaîne privée hertzienne) est reporté sur les annonceurs, qui eux-mêmes le reportent sur le prix que paye le consommateur dans son panier de courses  . Le terme de "gratuité" atteint donc sa limite. C'est ainsi qu'en informatique, par souci de précision le terme de publiciel est encouragé dans le cas de logiciel dont l'apparente gratuité cache un financement à base de publicité. Le mot de gratuiciel est alors réservé aux logiciels véritablement gratuits.

 

Les médias sont principalement financés par la publicité, au détriment croissant de l'apport des lecteurs, auditeurs ou spectateurs. Cette position soumet les médias aux annonceurs, les soustrayant à la critique, sur le principe qu'on ne mord pas la main qui vous nourrit. Certains médias avouent d'ailleurs faire de la location d'espaces publicitaires leur cœur d'activité. Ainsi, Patrick Le Lay, P. D.-G. de la chaîne privée française de télévision de TF1 a affirmé   « Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible. »

 

La communication entre le vendeur et le consommateur est rendue asymétrique par la publicité : au moyen de sondages et d’études de marché, le vendeur cherche à avoir une information claire et objective sur le comportement du consommateur, ses désirs, ses critères, etc. afin de concevoir sa publicité. Le consommateur recevrait passivement du producteur une information (la publicité) qui n’est pas choisie en fonction de ses intérêts, mais de ceux du vendeur.

La publicité utilise de manière industrielle des techniques élaborées avec l'avancée des sciences humaines. Selon certaines critiques, la publicité culpabilise le consommateur, lui inculque des comportements compulsifs et sédentaires et nuit en général à sa santé physique et mentale.

La critique de la publicité va souvent de pair avec une défense de la valeur de l'être humain dans la société de consommation. « Chacun de nous aujourd’hui vaut moins que le vêtement qu’il porte, à moins qu’il ne représente une puissance sans visage. Nous vivons sur une poudrière qui peut s’embraser d’un moment à l’autre, et nous oublions que le changement de cette situation dépend de la prise de conscience de chacun de nous en particulier. " Tatania Fania

 

La critique de la publicité peut s'inscrire :

  1. au sein d'une critique de l'hégémonie des marques dans la société actuelle. La marque est déjà en soi une publicité et celui qui la porte devient un homme-sandwich.
  2. dans un refus de la propagande, de la manipulation et de toutes les formes de populisme. À l'instar de la pollution environnementale, on peut en effet parler de la publicité comme pollution mentale.
  3. dans un refus de la pollution environnementale, soit sous l'angle esthétique comme le clame notamment l'association "Paysages de France" soit sous l'angle de l'appauvrissement de l'environnement avec la production nécessaire à l'industrie publicitaire (exemple à développer : le papier).

Pollution lumineuse

 

Le terme système publicitaire est utilisé pour évoquer les ramifications et impacts de la publicité dans la société, impliquant qu'elle n'est pas un phénomène isolé que l'on pourrait retirer toutes choses égales par ailleurs. Ainsi elle s'inscrirait au cœur du fonctionnement de la société dont il conviendrait de critiquer l'idéologie dans son ensemble.

 

Organisation

 

Le message anti-publicitaire, ne pouvant passer par le jeu classique des partis, utilise d'autres méthodes:

  • l’activisme de groupes organisés ou informels,
  • le lancement de campagnes telles que la Journée Internationale Sans Achat,
  • l'édition de livres,
  • la diffusion de magazines (comme Adbusters magazine),
  • la publication d'articles critiques dans des revues d'opinion (S!lence ...) ou sur le Net.


comment éteindre les panneaux publicitaires 4x3

 

 

 

 

Comment bâcher des panneaux publicitaires

Action juridique 

Très pratiquée par l'association «Paysages de France», qui attaque sur le plan juridique les afficheurs, car beaucoup de panneaux publicitaires sont illégaux ; les afficheurs profitant de l'inaction de la juridiction (préfets, personnalités politiques) savent qu'ils ont peu à craindre et laissent en place leurs panneaux illégaux, même après avoir été attaqués en justice. Paysages de France possède maintenant une forte expérience juridique concernant l'affichage publicitaire, cette association propose d'ailleurs de l'aide à divers groupes anti-publicitaires locaux afin de faire enlever des panneaux publicitaires. Pour ses attaques en justice, cette association se sert de différents ouvrages juridiques, notamment ceux de Jean-Philippe Strebler, un juriste spécialisé dans le droit public et l'affichage publicitaire

Contre-proposition 

Considérant que la société de consommation (ou de « consumation ») et la publicité asserviraient l'homme, l'idée de l'association « Les Humains Associés » est de réinvestir l'espace public et publicitaire pour le mettre au service de l'humain, à travers un discours non commercial et gratuit, dans une démarche qui cherche moins à être critique qu'à proposer une alternative et à inviter chacun à la réflexion et à une prise de conscience individuelle, libre et indépendante.

Détournement publicitaire 

Pratiqué surtout dans les années 60 par les situationnistes et dans les années 80 par les premiers groupes d'activistes, elle est encore utilisée aujourd'hui. Il s'agit d'utiliser la publicité en détournant le message afin de le transformer ou de révéler la volonté originale de la publicité. 
  • Emballage
Se pratique dans la rue, il s'agit d'emballer avec du matériel trouvé sur place (carton, etc.) ou préparé à l'avance, les publicités en laissant éventuellement un message sur cet emballage ou en permettant à tous d'en laisser un. Cette pratique n'étant pas une dégradation, elle est pratiquée au grand jour (notamment à Montpellier et Montauban par le collectif Antipub 82)
  • Dégradation
Ce sont les actions les plus représentées par les médias. Cas courant dans le métro parisien, par des individus isolés ou des groupes clandestins plus organisés. S'agissant généralement de dégradations légères, leurs auteurs risquent une contravention de cinquième classe.
Des actions anti-publicitaires sont organisées plus ou moins régulièrement (France, Belgique), demandant les participations anonymes au "retrait" des publicités des lieux publics.
Actions de barbouillage au grand jour du Collectif des Déboulonneurs. Ce collectif, agissant tous les mois dans plusieurs villes de France simultanément, se réclame de la désobéissance civile non-violente. Il souhaite provoquer un débat public sur le système publicitaire et faire évoluer la loi réglementant l'affichage en portant ses revendications devant les tribunaux après une dégradation assumée de panneaux publicitaires.
  • Boycottage de la publicité au "quotidien" 

Autocollant "antipub"
    • Téléphone : en France, inscription sur Liste orange ou rouge" de son opérateur téléphonique.
    • Refus de publicité dans les boîtes aux lettres : placer un autocollant ou une inscription "antipub", "Pub non merci" sur sa boîte aux lettres. Certaines mairies, associations ou organismes délivrent des autocollants prêts à l'emploi. Le ministère de l'écologie a lancé notamment en 2005 un campagne de distribution d'autocollants stop pub  . Aujourd'hui, le ministère n'assure plus la fourniture de cet autocollant. Cependant, cette action a été largement relayée par des organismes environnementaux, des associations  et même des entreprises .
    • En Belgique, inscription à la liste Robinson pour ne plus recevoir de courrier publicitaire "adressé".
  • Suppression de la publicité par des moyens techniques 

    • Sur Internet, l'emploi d'Opera 9 ou de Mozilla Firefox qui permet d'installer l'extension Ad block plus ( http://adblockplus.org/fr/index ) se basant sur des listes des liens publicitaires connus et bloquant leur chargement (gain de lisibilité des pages et temps de chargement accéléré).
    • Tous les navigateurs modernes proposent un blocage sélectif des popups qui sont souvent (mais pas toujours) publicitaires.
    • Tous les logiciels de gestion de courriel récent permettent d'écarter les spams
    • Certains logiciels proxy (comme proxomitron)
    • Pour la télévision, certains enregistreurs vidéo numériques (type TiVo) permettent le filtrage des publicités (fonction appelée « adskipping»). Peu répandus encore en Europe, ils connaissent un succès croissant aux États-Unis.
    • L'apparition sur le marché de télécommandes d'arrêt universelles (comme "TV B gone") permet d'arrêter les téléviseurs diffusant de la publicité dans les espaces publics ou dans les magasins

 

  • Contacts :

le Clan du Néon

  • : Comment éteindre les néons restées allumés la nuit alors que les commerces sont fermés !!!! Des enseignes lumineuses qui gâchent de l'électricité et nous imposent de la publicité indésirable. Des actions non-violentes initiées pour lutter contre la pollution lumineuse des villes qui nous empêche de voir les étoiles !

http://clanduneon.over-blog.com/

 

Brigade Anti Pub !

Si vous cherchez de quoi combattre la publicité, vous êtes au bon endroit; Nous avons des forums bourrés de conseils, des autocollants à imprimer, des vidéos, des galeries remplies à ras bord de photos d'actions etc. etc.
Bref tout ce dont peut rêver un/e antipub ^^

http://www.bap.propagande.org/

 

RLP

 

Adresse : La Teinturerie - 24, rue de la Chine - 75020 Paris

Tél. 01 43 66 02 04 Permanence téléphonique les mardis et mercredis de 10h à 13h et de 14h à 18h

Tcp. 01 43 66 03 10 contact@antipub.org

L’association a pour objet principal de lutter contre les effets négatifs, directs et indirects, des activités publicitaires sur l’environnement et les citoyens.

En dénonçant les procédés publicitaires destinés à la mise en condition de la personne, elle se propose de combattre les nuisances qui en résultent pour l’environnement (gaspillage des ressources, pollution paysagère et du cadre de vie, déchets, bruit…) et la société (développement de la surconsommation, inégalités, obésité, violence…).

http://www.antipub.org/

 

Les Déboulonneurs

 

Site dédié à la publication d'informations communiquées par le Collectif des déboulonneurs. En aucun cas ce site n'appelle à des actions illégales.

24 rue Louis Blanc, 75010 Paris
contact[a]deboulonneurs.org


Recouvrement des panneaux publicitaires d'aubette

http://www.deboulonneurs.org/

  • Montauban et les 400 panneaux

 



06/03/2011
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 701 autres membres