décroissance

décroissance

Jardin forestier à 7 étages ou comment être autosuffisant et durable.

 

 

 

 

 

Un jardin forestier permet au jardin (si l'on choisit les espèces adaptées au lieu) d'être autosuffisant et durable.


Le jardin foret simple contient trois niveaux: arbres, arbustes, et plantes.


Mais pour ceux qui aiment profiter de chaque occasion de plantation, un jardin forestier optimal peut contenir jusqu'à sept niveaux de végétation. Comme l'illustration ci-dessous le montre, un jardin forestier de sept couches contient de grands arbres, des arbres bas, des arbustes, des herbes, des plantes couvre-sol, des grimpantes comme la vigne, et des plantes racines.



Voici donc le détail de ces couches :


1-Les grands arbres : la canopée.

Ceci est un étage supérieur fait de grands arbres à fruits, à noix ou d'autres arbres utiles, espacés pour laisser une grande luminosité atteindre les couches inférieures. Trop denses, la propagation des espèces d'arbres d'ombrage classiques comme l'érable, le sycomore, ou l'hêtre sont défavorables dans le jardin forestier car ils projettent des ombres profondes sur une grande surface. De meilleurs choix sont à faire parmi les fruitiers multifonctionnels et les arbres à noix.

Il s'agit par exemple des pommes standard et semi-standard et poiriers, pruniers européens sur les porte-greffes standard telles que Myrobolan, et les grands cerisiers. Châtaigniers, assez grands, bien travaillés, surtout si taillés ouverts pour la lumière, marrons chinois, généralement pas plus grand que les types américains, sont de bons candidats. Les noyers sont excellents. Ne négligez pas les pins, comme notamment les pins de corée à gros pignons.

Les arbres fixateurs d'azote aideront à bâtir de bons sols, et la plupart des fleurs qui attirent les insectes. Il s'agit notamment du caroubier, du robinier, du mesquite résistant à la sécheresse, de l'aulne, et, pour les climats sans gel, l'acacia, l'algoroba arbre du pérou, le tagasaste, et le caroubier. Comme une grande partie du jardin-forêt se situe dans des zones proches de l'habitat et du potager, les arbres à bois ne sont pas appropriés, leur abattage dans ces quartiers proches serait trop destructeur. Mais l'élagage et les dégâts des tempêtes vont générer du bois de chauffage et du petit bois pour l'artisanat.

Les arbres de la canopée vont définir les principaux modèles du jardin forêt, ils doivent donc être choisis avec soin. Plantez-les en tenant soigneusement compte de leur taille adulte dans leur association avec les couches inférieures.


2-La strate des petits arbres.

Ici nous retrouvons plusieurs des mêmes fruits et noix de la canopée, mais sur des porte-greffes nains et semi-nains afin de les garder à faible croissance (on peut aussi planter des arbres francs et gérer leur croissance par le pincement des bourgeons apicaux en début de saison, comme aux fraternité ouvrières de Mouscron). De plus, nous pouvons planter des arbres naturellement petits, comme l'abricot, la pêche, la nectarine, l'amande, les nèfles, et le mûrier. Ici aussi, sont tolérants à l'ombre les arbres fruitiers tels que le kaki et la papaye.

Dans un jardin mini jardin-forêt, ces petits arbres peuvent servir de canopée. Ils peuvent facilement être taillés dans une forme ouverte, qui permettra à la lumière d'atteindre les espèces inférieures. A noter les espèces à floraison, comme le cornouiller et le sorbier, et quelques espèces fixatrices d'azote, y compris l'arbre à soie, et l'acajou des montagnes. Les grands et petits arbres fixateurs d'azote se développent rapidement et peuvent être taillés fortement pou générer beaucoup de paillis et de compost.


3-La strate arbustive.

Ce niveau comprend la floraison, la fructification, l'attraction de la faune, et d'autres arbustes utiles. Un petit échantillon: myrtille, rose, noisette, Papillon Bush, bambou, amélanchier, les espèces fixatrices d'azote, Elaeagnus de pois de Sibérie, et des dizaines d'autres. La large palette des arbustes disponibles permet d'orienter le jardin selon les besoins du jardinier : les arbustes peuvent être choisis pour la nourriture, l'artisanat, les plantes ornementales, les oiseaux, les insectes, les plantes indigènes, exotiques, ou la biodiversité brute. Les arbustes sont de toutes tailles, à partir des bleuets nains aux noisettes qui peuvent atteindre presque la taille d'un arbre, et peuvent donner de nombreuses formes. Les variétés tolérantes à l'ombre peuvent se cacher sous les arbres, les héliophiles gourmands en lumière se placeront dans les espaces ensoleillés intercalaires.


4-La strate herbacée.

Ici le mot « plantes » est utilisé au sens large pour signifier botaniques non ligneuses : les légumes, les fleurs, les herbes aromatiques et les plantes de couverture, ainsi que les producteurs de paillis et les autres faiseurs de sol. L'accent est mis sur les plantes vivaces, mais nous n'allons pas exclure les annuelles. Encore une fois, les tolérantes à l'ombre seront sous les plantes plus hautes, tandis que les adoratrices du Soleil auront besoin d'espaces ouverts. Sur les bords, un jardin forestier peut aussi contenir des lits de jardin plus traditionnels pour les plantes nécessitant une exposition plein soleil.


5-La couche couvre-sol.

C'est au ras du sol, que ces plantes, de préférence des variétés qui offrent de la nourriture ou des habitats, vont se blottir dans les bords et les espaces entre les arbustes et les herbes. Exemples : les fraises, les capucines, le trèfle, le thym rampant, Ajuga, et les nombreuses variétés de fleurs comme les phlox ou la verveine. Ils jouent un rôle crucial dans la prévention contre les mauvaises herbes, occupant le sol qui aurait autrement succombé à d'autres (les hôôribles envahisseurs...non désirés).


6-La couche des grimpantes.

Cette couche est constituée par les plantes grimpantes allant de la ficelle jusqu'aux troncs et aux branches, en remplissant les régions non utilisées en hauteur. Voici les kiwis, le raisin, le houblon, la passiflore, la chayotte et les baies Vining, sans oublier ceux destinés aux animaux sauvages, comme le chèvrefeuille et la trompette-fleur. Il peut s'agir de plantes annuelles grimpantes comme la courge, le concombre, et les melons. Certaines des plantes grimpantes vivaces peuvent être invasives ou étrangler leur hote; par conséquent, elles doivent être utilisées avec parcimonie et prudence.


7-La couche racine.

Le sol nous donne encore une autre couche pour le jardin forestier; l'intérieur du sol. La plupart des plantes de la couche racine doivent être peu profondément enracinées, comme l'ail et les oignons, ou faciles à creuser telles les pommes de terre et les topinambours. Les variétés profondément enracinées telles que les carottes ne fonctionnent pas bien, car le creusement dont elles ont besoin va perturber les autres plantes. Ne saupoudrez que quelques graines de daikon (radis asiatiques) dans les endroits ouverts, car les longues racines sont impossibles à arracher mais leurs fleurs attirent des insectes bénéfiques et les racines grasses ajoutent de l'humus en se décomposant.



Sources : extrait de "Gaia Garden : Guide to Home-Scale Permaculture", deuxième édition par Toby Hemenway,  traduit par bio-logiques.

 

//www.bio-logiques.org/index.php?option=com_content&view=article&id=177:concevoir-un-jardin-forestier-le-jardin-a-sept-etages&catid=102:plantes&Itemid=522



29/07/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 724 autres membres