décroissance

décroissance

C'est quoi le bois rétifié ?

Parquet et sol
Il s'agit d'un bois chauffé à haute température. Il permet de modifier ses propriétés et d'augmenter la durabilité et la stabilité du bois. Le bois ainsi transformé acquiert des propriétés proches de celles des bois exotiques. Le bois rétifié est particulièrement utilisé en extérieur pour les fenêtres, les murs ou encore les cabanes. D'un point de vue environnemental, le bois rétifié n'utilise aucun produit chimique ou toxique et il est transformé à partir de bois locaux.

C'est quoi le bois rétifié ?

Par Nathalie Soubiran - Photo : Retitech - Paru dans Maison Magazine de Mars / Avril 2008 - Publié le 03/06/2008

Bois très résistant, alternative 100 % écologique aux bois tropicaux, le bois rétifié est particulièrement recommandé pour les terrasses et les pièces humides...

Qui a inventé le bois rétifié ?

Ce matériau a été découvert dans les années 1970, totalement par hasard. C'est en travaillant sur les carburants de substitution que René Guyonnet, professeur à l'école des Mines de Saint-Étienne, a découvert les qualités mécaniques du bois chauffé à très haute température. Il a ensuite fallu quinze ans pour mettre au point la rétification. Protégé par des brevets, le bois rétifié a été d'abord fabriqué par l'entreprise Now en 1999, puis par d'autres comme HTT et Retitech (Landes), Clémenson (Var) ou Rétibois (Loire). Depuis 2004, l'entreprise Retitech, qui a racheté les brevets, développe des applications pour la construction (bardage, fenêtres...), pour l'extérieur (terrasses, caillebotis...) ainsi que pour l'intérieur (parquets, escaliers...).

Une alternative aux bois tropicaux

Particulièrement recommandé en terrasse, le bois rétifié offre une alternative durable et 100 % écologique aux bois tropicaux. En photo : lames de terrasse Retiwood de Retitech.

Comment le fabrique-t-on ?

Pour fabriquer du bois rétifié, les industriels utilisent différentes essences de bois de type feuillus (peuplier, hêtre et frêne) ou résineux (épicéa et pin). Dans un premier temps, le bois subit un séchage intense. Puis on procède à sa rétification (ce terme est la contraction de "réticuler", c'est-à-dire modifier les cellules, et de "torréfier", c'est-à-dire cuire) en le chauffant à très haute température (jusqu'à 240 °C) pendant 10 heures dans des fours spéciaux en atmosphère inerte, sans oxygène. Ce procédé opère une modification définitive dans la masse du bois. Enfin, on lui donne sa forme (lames, châssis de fenêtre...) en l'usinant.

Quels sont ses avantages ?

Après la rétification, le bois, qui ne contient plus que 4 % d'humidité (contre 12 % pour un bois non chauffé), devient extrêmement dur. Il affiche ainsi une stabilité dimensionnelle le rendant insensible aux agressions climatiques. De plus, la modification de sa composition (suppression des "sucres") lui permet de résister aux champignons et aux insectes. Il ne nécessite aucun entretien particulier puisqu'il est traité à coeur ! Autant d'atouts obtenus sans produits chimiques, qui en font un matériau de choix pour l'aménagement extérieur. Seuls bémols : sa rigidité le rend fragile et cassant, il doit donc être coupé et fixé avec précaution. Avec le temps, il devient également sensible aux ultraviolets et perd sa couleur chocolat pour devenir gris argent. Il peut alors rester tel quel ou être peint, lasuré, huilé...

Est-ce une alternative aux bois tropicaux ?

Alors que l'approvisionnement en bois tropicaux constitue aujourd'hui un problème économique mais surtout écologique, le bois rétifié présente de nombreux atouts : une esthétique proche du teck, des qualités en milieu humide, et un prix moins élevé. De plus, c'est un matériau 100 % naturel qui ne produit aucun élément nocif pour l'environnement. Il est fabriqué à partir d'essences locales et permet donc de limiter la pollution liée aux transports. Résultat : les industriels commencent à le décliner notamment sous forme de mobilier de jardin (comptoirs de bar, tables...). Il fait également son entrée dans les salles de bains (meubles, lavabos...) et les cuisines (plans de travail).

Quelles seront ses futures applications ?

À l'école des Mines, René Guyonnet, son inventeur, est en train de mettre au point des matériaux composites à partir de fibres de bois rétifié. L'objectif est, dans un avenir proche, de remplacer certains objets de la vie quotidienne en plastique avec ce matériau qui sera entièrement biodégradable.

Informations pratiques.
Le prix du bois rétifié dépend évidemment des essences utilisées.
L'épicéa est la moins onéreuse et coûte environ 36 € le m² TTC.
Pour les essences plus haut de gamme, comme le hêtre ou le frêne, compter de 60 à 70 € le m2 TTC.

Adresses :
- CTBA (Centre technique du bois et de l'ameublement) : www.ctba.fr
- Retitech : 01 55 38 51 80. www.retiwood.com
- Sefcco : 03 29 57 51 68. www.sefwood.com
*L'ADEME a évalué le bilan énergétique des bois rétifiés. D?après ces études, on peut essayer d'évaluer la quantité d?énergie consommée pour produire 1 kg de bois rétifié ou oléo traité. Énergie consommée (MJ/kg) Bois scié et séché 1,5 MJ/kg (indice de référence) Bois thermo-huilé scié et séché 1,9 MJ/kg)*1.3) Bois rétifié scié et séché entre 3,3 et 3,8 MJ/kg selon l?essence (environ* 2.3) Pour comparaison, le bilan énergétique d?autres matériaux à base de bois est le suivant : Panneau de particules 4 Mj/kg Panneau de contreplaqués 7 MJ/kg Pour comparaison, celui d?autres matériaux non renouvelables est le suivant : PVC extrudé : 41 Mj/kg Aluminium français moyen : 74 MJ/kg La conclusion de l?étude de l?ADEME "Caractérisation environnementale du procédé de rétification" est donc la suivante : "La consommation d'énergie du procédé de rétification n'est donc pas un procédé très "énergivores", il se positionne entre du bois massif et des matériaux en bois reconstitués." Voilà c'était pour répondre aux interrogations de Christian. Il n'y a pas la réponse concernant le four, mais au niveau des valeurs énergétiques, je pense qu'il n'y a pas l'ombre d'un doute.
*un rapport de l'ADEME concernant la rétification et le bilan énergétique d'un m3 de bois rétifié était, sans commune mesure, plus faible que le même m3 de bois exotique, et comparé aux plastiques de bardages du type SOPREMA alors là c'était même sans comparaison possible. à ENFE, la différence avec le bois autoclavé, c'est d'une part que le bois rétifié est traité à coeur, cad qu'il ne pourira pas par l'intérieur au contraire du bois autoclavé qui, vous pouvez le constater sans difficulté avec n'importe quel bout de bois autoclavé, est traité par trempage sous pression (comme une cocote minute) et donc qu'en superficie. D'autre part, le bois autoclavé est traité avec des produits excessiment nocifs CCA OU CCB (cuivre chrom arsenic ou cuivre chrome bore) qui posent non seulement problème pour ce qui est du recyclage et de leur traitement mais qui en plus par laissivage reste dnas le sol. La magnifique couleur verte du bois autoclavé c''est ca... Par contre, tous les bois grisaillent sous l'effet des rayons du soleil, tous sans exceptions. Il existe des traitements (prevdek) à passer au pinceau tous les deux ou trois ans pour les garder "comme neufs".


04/11/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 740 autres membres