décroissance

décroissance

Augmentation du niveau de la mer Méditerranée : accélération du rythme depuis dix ans

01 avril 2011, 10 h 10

Mediterranee_BarceloneMer Méditerranée à Barcelone
© C. Magdelaine / notre-planete.info
  •  Résultats des observations

eauEn se basant sur des relevés océanographiques et atmosphériques de 1948 à 2008 et en appliquant un modèle d'analyse pionnier en Europe pour l'observation des oscillations périodiques, l'IEO a estimé que le niveau de la mer Méditerranée avait augmenté de 15 à 20 centimètres durant le 20ème siècle. Cette croissance annuelle d'environ un millimètre et demi est à comparer aux trois millimètres par an qui ont été observés depuis le début des années 2000, ce qui représente une accélération sensible. Si la tendance se confirme, cela conduirait à une augmentation de 35 centimètres durant le 21ème siècle. Manuel Vargas Yáñez, coauteur de la seconde édition du livre "Changement Climatique en Méditerranée Espagnole" et membre du Ministère des Sciences et de l'Innovation, soulignait lors d'une conférence de presse en février dernier qu'il était néanmoins difficile d'extrapoler la tendance actuelle aux prochaines décennies. Il existe même des prévisions pessimistes annonçant une augmentation du niveau de la Méditerranée de 60 centimètres au cours du 21ème siècle. Mais comme pour le changement climatique et l'augmentation de la température, il semble qu'il existe un juste milieu entre la négation de toute modification et les scénarios catastrophe.

 

Le niveau de l'eau en Méditerranée augmente fortement depuis dix ans, souligne le quotidien espagnol

El País. Si, au XXème siècle, son niveau s'est élevé de 20 cm, au XXIème siècle, les prévisions tablent sur 35 cm. Cette "brusque" montée des eaux, 3 mm par an actuellement, soit deux fois plus qu'il y a 10 ans, s'accompagne d'une augmentation de la température (0,8° sur le dernier siècle) et d'une plus grande salinité, conséquence du changement climatique.

 

                                                                                                                                                           © DR

  • Causes et conséquences

Les principaux paramètres qui influent sur le niveau de la mer sont:

  • la pression atmosphérique,
  • l'augmentation de la quantité d'eau due à la fonte des glaciers
  • la dilatation de l'eau causée par son réchauffement.

 

En effet, depuis les années 1950 les couches aquatiques superficielles se sont réchauffées dans les mêmes proportions que l'air (0,4 à 0,5°C) tandis que les eaux profondes (jusqu'à 2 500 mètres en Méditerranée) ont également vu leur température augmenter d'environ 0,1°C.

L'augmentation de la quantité d'eau et sa dilatation sont des conséquences directes du changement climatique dont il est difficile de quantifier l'évolution au vu de l'importante inertie du système et du nombre de paramètres à considérer. Cependant il est certain que si une nouvelle augmentation de plusieurs dizaines de centimètres du niveau de la mer venait s'ajouter à celle qui s'est déjà produite au cours du dernier siècle, de nombreuses îles et zones côtières densément peuplées seraient affectées. De même, le réchauffement de l'eau pourrait modifier considérablement les caractéristiques physico-chimiques de la mer et les écosystèmes qu'elle abrite.

 

 

  • La campagne "Radmed" de l'IEO

Pour continuer à observer et à comprendre les phénomènes maritimes liés au changement climatique, l'Espagne peut compter sur la politique active de l'IEO en matière de campagnes scientifiques et de renouvellement des moyens techniques mis à disposition des chercheurs.

Un groupe de scientifiques de l'IEO a récemment embarqué sur le navire océanographique Odón de Buen pour une campagne de collecte de données s'intégrant au programme "Radmed". Ce programme, financé et dirigé par l'IEO, consiste à étudier la variation temporelle des paramètres physicochimiques et biologiques des eaux méditerranéennes, notamment la température, la densité, le pH et la salinité, ou encore la composition taxonomique des phyto- et zooplanctons. Un travail conjoint de prélèvements in situ et d'analyse des séries temporelles obtenues devrait permettre aux scientifiques de mieux comprendre les conséquences du changement climatique et les mécanismes qui régissent l'équilibre fragile des écosystèmes méditerranéens.

L'IEO a par ailleurs inauguré son nouveau navire d'observation océanographique, le Ramón Margalef, le 21 février dernier à Vigo. Ce lancement s'inscrit dans le plan de renouvellement de la flotte de l'IEO qui attend la livraison d'un navire identique au Ramón Margalef dès 2012. Ce bateau de 46 mètres de long est équipé des dernières technologies en matière de propulsion et d'instrumentation, ce qui lui permettra de se déplacer "silencieusement" et d'effectuer des mesures et prélèvements jusqu'à des profondeurs de 2000 mètres. Le coût des deux navires et de leur instrumentation est estimé à 36 millions d'euros.

  • Le géoïde du satellite GOCE

L'Espagne aura aussi à sa disposition les résultats de l'Explorateur de la Circulation Océanique et de la Gravité (GOCE), un satellite de l'Agence Spatiale Européenne qui a achevé début mars sa mission de deux ans consistant à cartographier le champ de gravité terrestre. La précision obtenue est sans précédents et permet de tracer la surface du géoïde de la Terre, c'est à dire un océan fictif qui couvrirait le globe en l'absence de courants et marées. Ce géoïde représente une référence fondamentale pour l'observation des dynamiques océaniques et le changement du niveau de la mer. Les données de GOCE et les résultats scientifiques qui en découlent ont été dévoilés le 31 mars et le 1er avril à l'Université Polytechnique de Munich.

  • Conclusion

Avec les moyens techniques de l'IEO et les résultats récents du satellite GOCE, les scientifiques espagnols disposent d'outils de pointe pour observer et comprendre les effets du changement climatique sur la Méditerranée et pouvoir ainsi prédire avec plus de précision l'évolution de son niveau.

Rédacteur :Philippe Chabarot

Origine :BE Espagne numéro 103 (29/03/2011) - Ambassade de France en Espagne / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/66288.htm


  • Simulation : carte intéractive de la montée des eaux

 

A quoi ressemblera le monde si les prévisions des climatologues sur les conséquences du réchauffement climatiques s’avèrent exactes en ce qui concerne une future montée des eaux ?

C’est la vision que propose cette carte interactive conçue à partir de Google Maps, qui vous permet de simuler les conséquences de la montée des eaux de 1 à 14 mètres dans votre région.

 

carte flood La carte interactive de la montée des eaux

 

Étonnamment, loin d’être alarmiste, cette simulation serait presque « rassurante » (notez bien les guillemets et ne me faites pas dire ce que je ne dis pas), car à part quelques régions côtières, forcément, on constate – à condition que ceci soit exact – que même en poussant le curseur au taquet, soit une élévation du niveau des eaux de 14 mètres, ce qui a tout de même peu de chances de se produire en vrai[1], l’impact sur le paysage serait finalement assez limité, voire marginal. Mais terrible pour les populations de grandes villes côtières comme Amsterdam Barcelone ou Miami, qui seraient englouties et donc rayées de la carte pour le coup.

Comme quoi il vaut mieux habiter sur une colline à Lyon que sur un polder en Hollande, en fait.

 

[1] les experts parlent plutôt d’une prévision d’élévation du niveau des océans de quelques centimètres :

- http://www.notre-planete.info/actualites/actu_890_niveau_oceans_rechauffement_climat.php

- http://tf1.lci.fr/infos/sciences/environnement/0,,3652902,00-impact-sous-estime-montee-oceans-.html

 


 

Sources:

www.courrierinternational.com › Europe

http://www.presse-citron.net/la-carte-interactive-de-la-montee-des-eaux

 

Posté par slowenn



08/04/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 712 autres membres