décroissance

décroissance

Vaccination globale et capital vertueux ou...Comment Bill Gates investit charitablement

Vaccination globale et capital vertueux ou...Comment Bill Gates investit charitablement

 

On ne présente plus Bill Gates. L’homme qui fut longtemps le plus riche du monde est aussi connu pour avoir abandonné 95% de sa fortune à sa fondation caritative, la Bill and Melinda Gates foundation. Melinda c’est sa femme. Et comme toutes les femmes mariées à un homme de pouvoir, elle se sent très concernée par les causes humanitaires, particulièrement celles qui touchent les enfants.
Malgré tout, accepter, sans broncher, que son mari laisse à peine 5 % de sa fortune à ses héritiers, ses propres enfants, pour en consacrer tout le reste dans une fondation à vocation exclusivement philanthropique impose le respect...Quand ladite fortune s’estime en milliards de dollars, cela force d’autant plus l’admiration...et des questions : Comment et pourquoi Bill Gates est-il passé du stade de requin de la finance à celui de ...Jésus, préoccupé uniquement par le bien-être de son prochain ?

Si Bill Gates est un spécialiste confirmé du virus informatique, avec sa fondation, il ne cache pas son ambition de continuer à traquer les microbes, mais cette fois en vrai : Vacciner toute la planète, éradiquer toutes ces maladies virales et autres saletés qui déciment l’Afrique, l’Amérique latine et tous les pays pauvres, et qui à l’heure de la mondialisation, menacent nos paisibles contrées, tel est le projet de l’ex-monsieur microsoft...Et pour les pays riches, la simple évocation d’une grippe, aviaire ou pas, espagnole ou mexicaine produit son petit effet...Aux Etats-Unis depuis des années, la vaccination est considérée comme un acte d’amour et les programmes propagandistes fusent, tel le projet LOVE ( Love Ours Kids, Vaccinate Early) financé en partie par des firmes pharmaceutiques GSK ou MERCK , partenaires privilégiés de Bill et Melinda

 
video à visionner à partir de 1:25 - Dark cloud over good works of Gates Foundation-LA Times
( part II sur youtube)
 
La Bill and Melinda Gates foundation née en 2000 de la fusion avec la fondation Gates-père, lancée pour soutenir des programmes d’éducation ( formations, créations de bibliothèque, fournitures informatiques) dans des régions pauvres des Etats-Unis, a très vite trouvé d’autres bonnes actions à réaliser, mais bien plus spectaculaires que celles de livrer des ordinateurs à des petits Américains défavorisés. Manifestement, l’objectif humanitaire du rejeton était plus ambitieux que celui du simple recyclage de matos dont faisait usage son charitable papa. Moins généreux que sa progéniture, mais tout aussi avisé, le paternel participera néanmoins, en redoutable avocat d’affaire, à la gestion de la fondation de son fils, qui pèse aujourd’hui, plus de 60 milliards de dollars, dont des donations conséquentes d’autres milliardaires bienfaiteurs (1)
 
Dorénavant les initiatives de la fondation familiale Gates intéresseront particulièrement le domaine de la recherche médicale et de la santé mondiale...Ce qui tombe bien car cette même année 2000, voit aussi la création de la GAVI alliance ( Global Alliance for Vaccines and immunisation) dont le rôle vise la " mobilisation de nouvelles ressources(...) pour renforcer les systèmes de santé et proposer de nouveaux vaccins(...)à 72 des pays les plus pauvres de la planète" . Une belle alliance composée " des gouvernements de pays en développement et de pays industrialisés, des fabricants de vaccins solidement ou nouvellement implantés, des organisations non gouvernementales, des instituts de recherche et de santé publique, l’OMS, l’UNICEF, la Banque mondiale et la Fondation Bill & Melinda Gates .
(source OMS).
 
 
Outre la GAVI, la Fondation Gates multiplie les partenariats en matière de santé et collabore avec des ONG, des universités, des firmes pharmaceutiques, des instituts de santé publiques et obtient, en général, plusieurs sièges dans les conseils d’administration des institutions avec qui elle coopère. Cette omniprésence permet à la fondation d’être un décisionnaire incontournable dans les matières de la santé ou les programmes mis en place, alors que financièrement elle n’est pas forcément le contributeur le plus généreux. En revanche, depuis que les milliardaires s’intéressent à notre santé, les initiatives favorisant la disponibilité des capitaux destinés à la santé , et notamment aux campagnes de vaccination, ont permis d’ouvrir un véritable marché mondial du vaccin qui profite naturellement à tous les généreux donateurs.(2)
 
Ainsi non seulement les pays pauvres, non content d’être les premiers à essayer un futur traitement, peuvent disposer facilement de capitaux empruntés pour acheter des vaccins produits par l’industrie pharmaceutique, celle-ci étant assurée par avance du nombre de vaccins à produire ( achetés) et du prix fixés par la GAVI alliance...A ce jour, on estime à près de 2 milliards de dollars, la somme investie par la fondation Gates dans les programmes de vaccination mondiale de la GAVI, et à 12 milliards, le montant qu’elle a investi dans des programmes sanitaires depuis sa création... La fondation qui se félicite lors de chaque forum économique mondial , d’avoir pu éviter les décès de centaines de milliers d’enfants dans les pays pauvres, entend bien investir davantage dans l’humanitaire, car la cause vaut qu’on la place au rang qui lui revient :
 
« Charity must be considered as an industry ».
 
Enfin, une parole sincère... Ces nouveaux investisseurs dans la charité ne peuvent donc pas être tout à fait mauvais et puis Melinda est là pour redorer le blason de son incorrigible mari, quand il craque et qu’il oublie que Jésus n’aurait jamais parlé comme ça :
 
"L’action de GAVI et ses partenaires a débouché sur un tournant majeur dans la santé des enfants... Quand GAVI Alliance a été fondée, les taux de vaccination reculaient dans les pays pauvres. Aujourd’hui, ils n’ont jamais été aussi élevés. »
 
Si c’est madame Gates qui le dit....
 
De toute façon, plus aucune ONG n’oserait dire le contraire il ne reste plus que les farfelus pour oser prétendre que malgré une hausse remarquable et généralisée de la vaccination, la mortalité infantile en Afrique n’a jamais été aussi élevée.
 
N’empêche que pour un milliardaire américain, investir son capital dans une fondation humanitaire, de préférence la sienne, ça reste un très bon plan : une obligation de distribution minimaliste de sa dotation, soit les 5 % nécessaires pour bénéficier de l’exonération d’impôt avec en prime, la liberté totale de disposer du reste comme on en a envie. Pour celui qui a inventé le concept du capital créatif, rien de plus facile que de lui associer un peu de vertu pour le rendre rentable sur le terrain, ni vu ni connu :
 
Au Nigéria, la fondation Gates a investi dans une campagne de vaccination contre la polio dont bénéficie tous les petits enfants. Malheureusement tous ont développés des affections respiratoires sévères parce-qu’ils habitent un village, situé juste à côté d’une raffinerie de pétrole appartenant au pétrolier italien ENI et dont un des actionnaires n’est autre que la charitable fondation de Bill et Melinda. Avec ses placements chez le pétrolier ENI la fondation a investi un total de 423 millions de dollars dans l’industrie pétrolière ( Royal Dutch Shell, d’Exxon Mobil, de Chevron et de Total) contre 128 millions dans son programme mondial anti-polio.
 
On peut donc dévaster un village, contraindre des enfants à vivre à côté de torchères aux émanations toxiques, provoquer des cancers, et dans le même temps, vouloir les débarrasser, à n’importe quel prix, par simple humanité, d’un fléau qui faisait quelques malheureux boitant dans la forêt encore non incendiée...Mais ça se fait... C’est normal quand on est maître du monde. Ça doit être pour cela qu’un autre des hommes les plus riches de la planète,  Warren Buffett, qui a déjà fait une donation de 30 milliards à ses amis, et promet lui aussi de léguer progressivement 80% de sa fortune à la fondation, à la condition que ce soit Bill ou Melinda qui gère le truc ...Capital vertueux à risque minima et entre potes, les milliardaires qui ont flairé le bon coup se pressent aux portes de la misère humaine et de la Foundation
 
Donnez, donnez do honnez, Bill vous le rendra...ou alors Melinda...
 
En attendant, de vastes programmes d’essais sur humains, des pauvres goûteurs des temps modernes, financés par la vénérable fondation ont provoqué la polémique dans ces mêmes pays coopérants pour être les cobayes devenus financièrement redevables à la sous-traitance de la Gates family (3)
 
Mais le pire n’est sans doute pas encore arrivé car les champions du capital créatif devenus les plus honorables spécialistes en matière de santé mondiale ont ceci de particulier, c’est qu’ils ont plus d’imagination que de scrupules, et qu’ils ne comptent jamais les cadavres, seulement les billets...
 
 
 
 
SOURCES :
 
Geopolintel :
 
 
(1) Les contributions qui entrent chaque année dans les coffres de la Fondation
 
Equivalent au budget annuel de l’Organisation Mondiale de la Santé.
Dispose aujourd’hui de ressources représentant deux fois le montant des prêts du FMI.
 
(2) Outils financiers créés pour faciliter le marché du vaccin  :
 
IFFIm : facilité internationale de financement pour la vaccination : Accélère la disponibilité des capitaux destinés aux programmes de santé et de vaccinatiion en émettant un emprunt obligataire sur le marché des capitaux internationaux, dont le remboursement est assuré par les Etats participant à l’opération. L’IFFIm a permis de doubler les ressources financières que GAVI consacre à ses programmes de vaccination.
 
( NDLA :La Gavi Fund affilated Board est le seul administrateur de la IFFIm ( source : site de GAVI)
 
AMC : Advanced Market Committments = garantie de marché. Par ce mécanisme, l’industrie pharmaceutique obtient la garantie d’achat d’un nombre déterminé de vaccins à un prix fixé à l’avance par Gavi Alliance. Avec l’AMC, les industriels sont assurés de leur futur marché.
 
(3)Utilisation de cobayes humains dans des programmes financés par la fondation :
 
En 2003, au Cameroun, Gilead, entreprise américaine , a testé sur 400 prostituées son antiviral Viread, sans leur consentement éclairé sur les risques encourus et sans prise en charge en cas de maladie déclarée au cours du test. Le promoteur de cet essai, Family Health International (FHI) est un organisme financé à hauteur de 6,5 millions dollars par la Fondation Gates.
 
 ( NDLA : Gilead : PDG et actionnaire principal de Gilead, Donald Rumsfeld n’a pas revendu ses actions lorsqu’il est devenu secrétaire à la défense et a même ordonné l’achat pour un milliard de dollars de Tamiflu ( vendu par Gilead) et destiné au personnel militaire à titre de précaution
 ( source : mondialisation.ca)
 
GlaxoSmithKline partenaire du programme PATH, programme mondial de vaccins de l’enfance, teste un vaccin expérimental contre la pneumonie sur les enfants de moins d’un an en Argentine, en Colombie et au Panama et est accusé de faire pression sur des parents pauvres pour qu’ils engagent leurs enfants dans des essais expérimentaux de médicaments qui ont entraîné la mort d’au moins 12 enfants. Le programme PATH a bénéficié d’un financement initial de 50 millions de dollars issus de la Fondation Bill & Melinda Gates.
 
 !! article à lire ou relire absolument sur le site de Geopolintel !! :
 
 " Bill Gates, nouvel apôtre de l’impérialisme"
 
 
Autres liens utiles  :
 
*La fondation Gates investit des milliards dans l’industrie du pétrole
 
 
* site de la GAVI :
 
 
* site de la fondation Gates :
 
 
 
 
BONUS sur Amazone :
 
 
 

par Ramila Parks mardi 21 juillet 2009 -



09/11/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 778 autres membres