décroissance

décroissance

autarcie/alimentation/oléagineux...

http://monotarcie.blogspot.com/p/autarcie.html

toujours prêt : oléagineux...

c'est un mélange - très variable - que nous essayons d'avoir toujours sous la main : il nous sert de petit déjeuner, d'en cas de "petite faim", parfois de déjeuner et de souper selon le cas, l'envie, le besoin, de dépannage aussi... il est donc bon d'en avoir toujours un peu en réserve... et pour cela de le préparer quasi quotidiennement ou sinon tous les quelques jours, puisque çà se conserve très bien...
(en autarcie, comme on est libre, la tendance est plutôt de manger quand on a faim et non pas quand l'heure nous le commande : on mange alors nettement moins)...

c'est un mélange qui ressemble un peu à un muesli, ou encore un composant de barre de céréales mais qui n'est pas une barre de céréales, car en vrac et souvent ne contenant même pas de céréales... :-)

la composition varie aussi beaucoup selon ce que l'on a sous la main ou selon la rotation que l'on a envie de faire en changeant l'un ou l'autre ou plusieurs ingrédients...

alors on y met quoi ?



- des fruits secs : pommes séchées, quetsches ou pruneaux, mirabelles, raisins, poires... on a tout intérêt à avoir de bonnes réserves de fruits secs pour toute l'année. Ce sont des choses qui poussent toutes seules à partir d'un certain moment et qui ne font donc pas beaucoup de travail de culture... la vigne doit être résistante et ne pas nécessiter de traitements (nous avons une vieille vigne sauvage qui pousse toute seule : raisin pas hyper sucré mais un peu acidulé... très bon)

le travail le plus important consiste à sécher tout cela au soleil en été et à la chaleur de la cuisinière ou du poêle le reste du temps... il y a pratiquement en permanence quelque chose (actuellement des rondelles de pommes) qui sèche sur nos fourneaux...

on peut varier en trichant un peu, si on en a envie, avec du "non autarcique" : dattes, figues, amandes, abricots secs...

- céréales : l'avoine est la plus intéressante car se transforme en flocons en la passant au moulin manuel... le blé aussi, surtout malté car il est alors sucré et prend un goût "d'ovomaltine"... mais là il faut le faire germer et griller dès que le germe apparaît... toute la maison embaume alors le malt... le blé malté est moulu ensuite...
mais céréales : j'en utilise assez régulièrement personnellement, et pour l'instant... alors que sabine n'en utilise quasiment pas... ne les appréciant pas trop. mais une autre raison est qu'en autarcie la céréale est assez difficile à cultiver pour en obtenir une grande quantité. nous en faisons un peu pour en avoir pour diverses utilisations ponctuelles, mais très peu et de ce fait... ne mangeons par exemple plus de pain. cela fait beaucoup de travail et d'énergie en moins... et pain et céréales sont d'ailleurs des produits que certains discutent du point de vue de leur intérêt alimentaire...

- oléagineux : c'est noix, noisettes, lin, tournesol, courge, pavot, onagre, selon le cas pilé ou moulu... (le moulin à pavot et autres petits oléagineux est un moulin manuel spécial en fonte de Porckert)
les graines de courge proviennent de la courge à pépins qui fait des pépins sans enveloppe. mais cette année nous n'en avons pas alors nous décortiquons - c'est fastidieux mais çà marche - les graines de potimarrons (que nous gardons toujours à cet effet - aussi pour les ressemer d'ailleurs)...
en "non-autarcique" si l'on veut encore varier, on peut mettre graines de sésame grillées, noix de cajou, pignons de pin, etc...

tout cela est découpé/haché pour les fruits secs, et ensuite pilé ensemble ou séparément puis finalement tout ensemble dans un grand pilon strié de type suribachi...
bien entendu on ne met pas de tout à chaque fois sauf à n'en mettre qu'un peu mais on peut varier en mettant tantôt une chose tantôt une autre...

si l'on ne met pas de fruits secs on peut saler aussi, la préparation...

on peut aussi la sucrer avec un peu de miel si on veut mais elle se mange très bien telle quelle, les fruits secs suffisant à apporter pas mal de sucre...
on peut manger tout cela sec, en mastiquant consciencieusement... ou humidifié par exemple avec un peu d'eau, ou encore avec le jus de cuisson concentré fait à partir d'épluchures et trognons de pommes...
on peut bien sûr aussi mettre des fruits frais en saison : une pomme est de texture différente selon qu'elle sera cuite, sèche, rapée, ou encore écrasée crue et pilée...
si l'on est "laitages" on peut bien sûr aussi rajouter au choix lait, crème, yaourt ou fromage blanc... (laits végétaux aussi)

on peut encore "modifier" les céréales... : avec une farine, farine de chanvre (achetées les graines puisqu'on n'a pas le droit de les produire pour l'instant), farine de maïs, blé, avoine, orge, seigle, etc... du sarrazin, ou du millet aussi,le pavot est meilleur aussi, etc... si l'on fait une préparation avec un peu d'eau et que l'on fait griller de fines galettes un peu façon crosti... ces galettes sont pilées ensuite au suribachi (notre mortier strié) pour les réduire en miettes ou poudre... le tout est ensuite rajouté à notre mélange...
cela permet des tas de variantes en composition et en goût, et une graine cuite ou grillée n'est pas pareille qu'une graine crue : nous trouvons qu'elle a meilleur goût et qu'elle passe mieux...

pour donner un goût puissant et agréable on peut griller noisettes, lin, tournesol, onagre, avant de les moudre... ou piler... etc... bref beaucoup de variantes possibles si on est inventif...
____________________________________________________________________________

onagre suite






d'autres choses encore à propos de l'onagre : c'est une bisannuelle qui en principe fleurit l'année qui suit son semis. j'ai cependant remarqué que dans de bonnes conditions elle fleurit facilement l'année même, si elle est semée assez tôt : c'est en fait une "mauvaise herbe" très résistante.
les onagres que nous avons fini de décortiquer nous les jetons aux endroits où nous voulons qu'elles apparaissent l'été prochain : jardin, compost, espaces labourés par les sangliers... car même soigneusement décortiquées, les capsules d'onagre contiennent tellement de petites graines que quand il n'y en a plus il y en a encore...
et cela suffit amplement à ressemer cette plante que je classe - en autarcie - dans les "plantes semi-cultivées" c'est à dire celles que l'on peut favoriser ou manipuler et qui viennent sans avoir ensuite besoin que l'on s'en occupe.
J'allais oublier : tant quelle n'est pas montée à fleurs... l'onagre fait une rosette de feuilles vertes et sa racine est très bonne à manger... un peu comme la racine d'une consoude ou du salsifis... ce qui est encore un atout supplémentaire... de "oenothera biennis"...



des graines d'onagre grillées, moulues (il vaut mieux pour cela avoir un moulin à pavot, sinon on peut aussi les piler) pour faire un muesli par exemple (ici flocons d'avoine), çà fait tout noir...



l'onagre est cette belle fleur jaune qui fleurit tout l'été. Elle a la particularité de s'ouvrir le soir, d'être agréablement parfumée... et de se destiner ainsi aux papillons de nuit...
si on a un peu de patience il est impressionnant de se poster devant un parterre de fleurs d'onagres, un soir d'été et d'attendre un peu : on les voit alors s'ouvrir les unes après les autres et ceci de façon très rapide, presque instantannée... la fleur est fermée et hop comme un déclic elle s'ouvre toute grande, en l'espace de deux-trois secondes... et ainsi les unes après les autres ce qui donne une sorte de feu d'artifice et à la fin, si les fleurs sont nombreuses un beau spectacle jaune fluo car elles sont d'un jaune très vif dans la tombée de la nuit...
avec encore un instant de patience vous verrez ensuite arriver de grands papillons butineurs nocturnes... notamment de gros sphynx, qui butinent sans jamais se poser en volant comme un colibri d'une fleur à l'autre...
ce qui nous intéresse aussi beaucoup ce sont les graines que la fleur de l'onagre produit lorsqu'elle est fanée : en automne les fleurs sont alors coupées (sans trop les secouer) et attachées en gerbes puis conservées suspendues dans un endroit sec(suspendues à l'endroit sinon les semences en tomberaient). Lors des soirées - comme actuellement - les gerbes sont battues et décortiquées dans une bassine (il vaut mieux décortiquer un peu les fleurs à la main sans quoi on n'extrait qu'une petite partie des graines)...
et le résultat c'est environ un bocal de petites graines noires par gerbe. Ces graines sont très intéressantes car oléagineuses (on en tire d'ailleurs l'huile d'onagre) mais nous les utilisons surtout grillées puis moulues dans les mueslis et autres plats cuisinés... où elles apportent un goût très prononcé, comme les graines de lin ou de sésame grillées...


23/10/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 778 autres membres