décroissance

décroissance

Sylvie Faye, la jardineuse des quartiers pauvres

 

Elle mélange les générations, les couleurs et les odeurs. A travers l’association Multi’Colors, Sylvie Faye propose aux enfants et adolescents de milieux précaires, ainsi qu’aux personnes touchées par la maladie d’Alzheimer, de réaliser des jardins et ateliers artistiques. En 2003, elle lance cette démarche collective à Paris dans le 20e arrondissement. « J’habite depuis longtemps ce quartier et souhaite lui donner un visage plus vert, plus humain, en y créant, avec les enfants, des jardins pour offrir des refuges aux oiseaux », explique-t-elle. En impliquant les habitants dans la préservation de leur environnement, Sylvie Faye leur donne envie d’en prendre soin. « Ayant grandi et travaillé au milieu des cités, il me semblait urgent que leurs habitants puissent retrouver un lien avec la nature », poursuit-elle.

 

 Toute l’action de Multi’Colors se fait dans une logique de développement durable : récupération d’eau, tri des déchets, compostage, jardinage écologique, etc. L’association met également en place des activités ludiques, éducatives et variées, comme des ateliers d’écriture et de lecture, des rencontres festives ou encore des spectacles de danses. « Je partage la conviction que chaque action, même la plus modeste, compte pour préserver la Terre », ajoute Sylvie Faye. Après avoir travaillé comme plasticienne, cette diplômée des Beaux-arts de 48 ans s’est progressivement tournée vers le social. Elle a été amenée à diriger plusieurs structures socio-éducatives et projets pour des personnes en situation d’exclusion (gens du voyage, familles touchées par le sida, enfants autistes, etc.).

 

Huit ans après le début de l’aventure, quatre jardins ont vu le jour dans le 20e arrondissement parisien. Et l’association travaille avec pas moins de 150 personnes. A la demande de bailleurs sociaux d’Ile de France, elle aide et forme les habitants de logements sociaux à réaliser un jardin partagé. Depuis deux ans, Sylvie Faye développe aussi un autre projet : permettre à une trentaine d’enfants de partir à Branféré, un parc animalier et botanique du Morbihan. Une escapade en or pour ces petits Parisiens qui partent rarement en vacances.

 

 

Quelle est la démarche de Multi’Colors ?

  1. Éduquer à la nature et à la ville dans un environnement où la forêt des tours de béton est plus dense que celle des arbres.
  2. Fédérer des artistes, des jardiniers, des éco-éducateurs et des volontaires que leurs parcours et leurs convictions ont conduits à travailler avec des personnes victimes d’exclusion.
  3. Offrir aux habitants des quartiers sensibles des activités en lien avec la nature : artistiques, de jardinage, de sciences participatives pour que chacun puisse créer un lien avec le vivant en milieu urbain.
  4. Choisir une pédagogie de la responsabilité afin de promouvoir des modes de vie respectueux de l’homme et de la nature.
  5. Élaborer, réaliser des projets en partenariat avec un réseau d’acteurs institutionnels et associatifs pour créer ensemble une ville plus verte, humaine et solidaire.
  6. Soutenir la créativité, la laisser s’épanouir grâce aux alliances et au dialogue interculturels à partir de la création d’une oeuvre collective.
  7. Développer la citoyenneté comme capacité d’action et de participation, inciter les citoyens de demain à devenir des citoyens conscients.

Actions


 

Multi’colors conduit ses projets avec des acteurs qui attribuent à l’éducation relative à l’environnement en vue d’un développement viable des finalités positives : apprendre le respect de la vie, protéger la biodiversité, être dans une dynamique de prise de conscience et de changement de comportements, développer l’observation de l’environnement par les pratiques artistiques et favoriser l’accès à la culture.

C’est en considérant chacun de ses points comme une priorité, que tous œuvrent quotidiennement à la mise en place d’un développement viable pour chacun dès demain.

 

> Refuges urbains

Dans un quartier sensible du 20e arrondissement de Paris, Multi’Colors développe, en partenariat avec la LPO, avec les enfants, les jeunes et des personnes âgées touchées par la maladie d’Alzheimer, un réseau de refuges urbains, jardins pédagogiques dédiés à la protection de la biodiversité et des oiseaux, situés dans des ensembles d’habitat social.

Dans cet univers minéral où le rapport à la nature était quasiment inexistant et les relations humaines pas toujours faciles, il nous semblait important de proposer aux citadins de se reconnecter avec la terre, d’envisager l’éducation à l’environnement, au jardinage, comme une possible porte ouverte au monde, à l’autre.

 

La conception et la réalisation collective des jardins créent des liens entre les habitants, entre les enfants et les parents, en s’appuyant sur un certain nombre de principes pour aller vers un développement durable :

  • Protection de la biodiversité : par le choix des plantes, les espaces en friche, la fabrication et l’installation d’abris pour les insectes et les oiseaux, de mangeoires, de points d’eau…
  • Préservation des ressources naturelles : récupération d’eau, tri des déchets, jardinage écologique, compostage.

Les jardins sont labellisés « Main verte ».

 

Éducation à l’environnement par les pratiques artistiques permet à des enfants et des adultes éloignés de l’offre culturelle :

  • D’aborder la connaissance de l’environnement en étant initié à des techniques artistiques (photo, écriture poétique, peinture, etc.)
  • De produire avec les participants les outils pédagogiques et informatifs : panneaux, dépliants, livre.
  • D’organiser ou de participer à des évènements culturels dans les jardins (Printemps des Poètes, Journées du patrimoine, Fête des jardins, etc.)
  • De maintenir une activité en hiver.

Les refuges urbains

  • Jardin d’enfants municipal Félix Terrier
    8 rue Félix Terrier - 75020 Paris.
  • Résidence RIVP,
    30 rue Joseph. Python - 75020 Paris.
  • Résidence SAGECO
    17, square des Cardeurs - 75020 Paris.
  • Accueil de jour les Balkans
    1, allée Alquier-Debrousse - 75020 Paris.

 

> Les plantes vagabondes de l’asphalte du 20e

Cette première partie de l’exposition photo « La nature en ville hier et aujourd’hui », réalisée par les jeunes des refuges urbains, permet de découvrir les plantes vagabondes de l’asphalte du 20e arrondissement de Paris et, valorise son patrimoine naturel et écologique. Accrochée aux grilles du refuge urbain du square des Cardeurs, elle a été présentée lors des Journées du Patrimoine ou à la Mairie du 20e arrondissement pour la Semaine du Développement Durable, etc.

Images d’un quartier photosensible

Cette seconde partie de l’exposition est l’aboutissement d’un projet intergénérationnel où les jeunes des refuges urbains et les aînés vivant à proximité, échangent sur la reconversion urbaine de leur environnement à partir de supports photographiques ou lors de balades historiques. Lors d’interviews filmées, ils partagent leurs observations, leurs souvenirs sur les modifications de leur quartier en GPRU et commentent leur impact sur ses habitants, sa flore et sa faune.

Ces échanges aboutiront à une exposition photo qui sera présentée à la médiathèque Marguerite Duras le 6 octobre 2010 et à un documentaire réalisé par Nicolas Tarchiani.

 

Association Multi’Colors
17, square des Cardeurs, Paris 20e.

Renseignements au 06 83 84 32 78,  sur //www.yves-rocher-fondation.org/fr/fr/terre_de_femmes/le_Prix/ ou sur www.multicolors.org



11/03/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 724 autres membres