décroissance

décroissance

OGM/Codex/Big Pharma

  • LE NWO SUR LA BOUFFE, le fucking CODEX :
> http://www.dailymotion.com/video/x687lg_le-nwo-sur-la-bouffe_news
  • Codex alimentarus :

La Commission du Codex Alimentarius a été créée en 1963 par la FAO et l'OMS afin d'élaborer des normes alimentaires, des lignes directrices et d'autres textes, tels que des Codes d'usages, dans le cadre du Programme mixte FAO/OMS sur les normes alimentaires. Les buts principaux de ce programme sont la protection de la santé des consommateurs, la promotion de pratiques loyales dans le commerce des aliments et la coordination de tous les travaux de normalisation ayant trait aux aliments entrepris par des organisations aussi bien gouvernementales que non gouvernementales.


 

 

NOUVELLES

Applications au Fonds fiduciaire du Codex pour l’année 2011

Les applications au Fonds fiduciaire du Codex pour l’année 2011 sont maintenant ouvertes. Les pays éligibles doivent soumettre leur candidature avant le 31 Octobre 2010. Pour plus d’informations veuillez visiter le site Web du Fonds fiduciaire du Codex.
Si vous avez des questions, nous vous invitons à contacter le Secrétariat du Fonds fiduciaire à l'adresse suivante: codextrustfund@who.int

Rapport del CAC33

Le rapport de la Commission du Codex Alimentarius à sa 33e session est disponible ici en anglais.

Rapport de la 64ème session du Comité Exécutif de la Commission du Codex Alimentarius

Le rapport de la soixante-quatriéme session de la Commission du Codex Alimentarius est disponible en: anglais, français, espagnol, arabe et chinois.

Des vidéos du Codex sur Youtube

Des vidéos officielles du Codex peuvent être consultées sur Youtube à l'adresse suivante: www.youtube.com/CodexAlim

La controverse concernant le Codex Alimentarius vient du sentiment que c'est une standardisation imposée sur la sécurité des aliments, des vitamines et des compléments alimentaires. Les partisans affirment que le Codex Alimentarius est une référence pour l'alimentation et qu'il n'y a aucune obligation faite aux pays de l'adopter, qu'ils soient membres d'un Codex ou de toute autre organisation de commerce international. Pour les opposants, le problème vient du fait que l'Organisation mondiale du commerce utilise le Codex Alimentarius comme référence internationale pour la résolution des conflits concernant la sécurité alimentaire et la protection des consommateurs  . Les partisans répondent que rien n'empêche, lors d'un conflit international, d'utiliser des références ou études scientifiques autres que le Codex Alimentarius.

En 1996, la délégation allemande a fait une proposition pour qu'aucune plante, vitamine ou minéral ne soit vendu librement pour raisons préventives et que les compléments alimentaires soient reclassifiés comme drogues. Cette proposition a été validée mais jamais appliquée suite aux protestations qui ont suivi  .

Lors de la 28e session de la Commission du Codex Alimentarius qui s'est tenue en juillet 2005  , les Directives concernant les compléments alimentaires en vitamines et sels minéraux ont été adoptées  . De nombreuses controverses ont suivi, notamment sur le fait que les pays membres peuvent choisir arbitrairement le classement des compléments alimentaires comme alicaments, médicaments, ou autres. Ce texte ne vise pas à interdire les compléments alimentaires, mais à imposer certaines informations sur leur étiquetage, des dosages minimaux et maximaux, ainsi que des normes de sécurité et d'efficacité pour leur fabrication. L'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture et l'Organisation mondiale de la santé ont alors annoncé que la Commission du Codex Alimentarius avait publié des directives appelant à un étiquetage contenant des informations sur la consommation maximale des vitamines et compléments alimentaires ; l'OMS a ajouté que ces directives assurent aux consommateurs des effets bénéfiques sur leur santé  .

Quelques personnalités médicales, le médecin et neurologue Rima E Laibow, le controversé docteur Matthias Rathpensent que le Codex alimentarius ne sert pas les intérêts des consommateurs mais plutôt ceux des grandes multinationales de l'industrie agroalimentaire, de la pharmacie, de la chimie ou de la biotechnologie en indiquant par exemple que le codex a permis à au moins 8 pesticides interdits (aldrine, dichlorodiphényltrichloroéthane (D.D.T.), polychlorobiphényle (P.C.B.), endrine, dieldrine, hexachlorobenzène, chlordane) d'être à nouveau autorisés[9] ou que le codex recommande que le bétail soit traité aux antibiotiques et à l'hormone de croissance commercialisée par Monsanto
  • L'empereur Codex Alimentarius

Les résidus de pesticides sur vos poivrons, la teneur en gras et en sel de vos croustilles, l'étiquette de votre fromage préféré, même la composition de la moulée de votre chien. Le Codex Alimentarius régit à peu près tout ce qui se mange. Partout dans le monde. Faut-il s'en inquiéter?
  • Le Codex Alimentarius:Des dangers bien réels

    L'aguicheuse présentation officielle

    La commission de Codex Alimentarius a été crée en 1963 par l'Organisation Mondiale de la Santé afin d'élaborer des normes alimentaires, et des Codes d'usages.

    Les buts principaux de ce programme sont la protection de la santé des consommateurs, la promotion de pratiques loyales dans le commerce des aliments, et la coordination de tous les travaux de normalisation ayant trait aux aliments entrepris par des organisations aussi bien gouvernementales que non gouvernementales.

    Les responsables et les experts qui ont jeté les bases et défini les orientations des activités de la Commission du Codex Alimentarius étaient d'avis que si tous les pays harmonisaient leurs législations alimentaires et adoptaient des normes approuvées à l'échelle internationale, ces questions trouveraient une solution naturelle. Grâce à l'harmonisation, ils prévoyaient une réduction des obstacles au commerce et la libération des échanges entre les pays, dont tireraient profit les agriculteurs et leurs familles et qui aideraient à atténuer la faim et la pauvreté (voir le résultat 40 ans après !).
    Ils concluaient que le Codex Alimentarius serait la panacée pour certaines des difficultés qui entravaient la liberté d'échange.

    Le volume du commerce mondial des denrées alimentaires est considérable et sa valeur est de 300 à 400 milliards de dollars. Les gouvernements nationaux se préoccupent surtout de l'innocuité des aliments importés d'autres pays, afin qu'ils ne menacent ni la santé des consommateurs, ni la santé et la sécurité de leurs populations animales et végétales. En conséquence, les gouvernements des pays importateurs ont institué des lois et des règlementations contraignantes pour éliminer ou réduire au minimum ces périls. Mais dans le domaine du contrôle des denrées alimentaires, des animaux et des végétaux, ces mesures risquent de créer des obstacles au commerce des denrées alimentaires entre les pays (business d'abord !)

    La réalité cachée

    Derrière des atours séducteurs d'apparence philanthropique, le Codex n'est que le bras séculier d'une organisation occulte (made in U.S.A), dont la vocation secrète n'est que l'exploitation à outrance, quelles qu'en soient les conséquences et la mise en esclavage de l'humanité.
    D'ailleurs, il est clair que la mise en place de cet organisme mondial n'a fait que créer ou aggraver les disparités socio-économiques, contrairement à ce qui était promis au départ. Il s'agit en fait, d'une redoutable dictature tenant sous son joug les gouvernements eux-mêmes avec la menace permanente de terribles moyens de rétorsion commerciale.
    Par exemple, l'Europe paye actuellement tous les ans, une amende de 116.8 millions de dollars pour son refus d'importation de veau aux hormones.

    Les vrais objectifs du Codex

    Le Codex Alimentarius entend mettre hors la loi toute information alternative de santé en rapport avec les vitamines, les thérapies naturelles, les compléments alimentaires et tout ce qui constitue de près ou de loin un concurrent potentiel. Cet état d'esprit qui préside à la mondialisation pharmaco-chimique explique en grande partie la destruction systématique de tous les novateurs scientifiques indépendants depuis 50 ans. Cette industrie emploie tous les moyens pour garder ses parts de marché en matière de cancer, sida, maladies cardio-vasculaires...
    Nous sommes en mesure depuis des décennies de soigner et de guérir dans bien des cas toutes ces maladies, mais des procédés de désinformation puissants sont en place pour cacher ces vérités au grand public. La mise hors la loi de toute information sur les médecines alternatives bloquera l'éradication de certaines maladies assurant toujours plus de profit à cette industrie mondiale qui ne traite que les symptômes sans s'attaquer aux causes.
    Le docteur Rath, dénonce cette situation en ces termes : « la vraie nature de l'industrie pharmaceutique (mondiale) est de gagner de l'argent avec les maladies chroniques, et non point de s'occuper de la prévention ou de l'éradication des maladies... L'industrie pharmaceutique a un intérêt financier direct à ce que les maladies perdurent afin d'assurer la croissance du marché des médicaments. C'est pour cela que les médicaments sont conçus pour soulager les symptômes et NON pour traiter les causes des maladies... les trusts pharmaceutiques sont responsables d'un génocide disséminé permanent, tuant des millions de personnes... »

    Une insulte à la démocratie

    Le 13 mars 2002, nos euro-députés adoptèrent des lois en faveur de l'industrie pharmaceutique, fixées par des dispositions du Codex Alimentarius visant à élaborer une réglementation coercitive pour toutes les thérapies naturelles et suppléments alimentaires. Une fronde citoyenne de 438 millions de pétitions inonda pourtant les messageries des euro-députés, à tel point que les communications internes en furent bloquées. Malgré près d'un demi milliard de pétitions, les directives du Codex Alimentarius furent adoptées. Ce vote fut un véritable déni de démocratie augurant de futures difficultés pour la construction de l'Europe.
    En fait, une légion de lobbyistes pharmaceutiques est employée en permanence pour influencer les législateurs, pour contrôler les organismes de réglementation, pour manipuler la recherche médicale et l'éducation.
    L'information des médecins est intégralement financée par ces trusts qui cachent soigneusement un grand nombre d'effets secondaires dangereux en les reniant publiquement.
    Après avoir établi la genèse de ces crimes en col blanc et prouvé la responsabilité des industries pharmaceutiques concernant la mise en place d'une politique mondiale de génocide disséminé, le Docteur Matthias Rath a remis un acte d'accusation pour crime contre l'humanité à la Cour Internationale de Justice de la Haye en juin 2003.

    La directive que le Codex voulait mettre en application dès 2005.

    A partir de juillet 2005, les directives du Codex Alimentarius, nommées Directives Européennes sur les Suppléments Alimentaires, devront être appliquées sous peine de sanctions financières.
    En quoi consistent-elles ?

    1. Il s'agit de supprimer tout supplément alimentaire naturel. Tous seront remplacés par 28 produits de synthèse pharmaceutique à bas dosage (car toxiques) et seront uniquement disponibles en pharmacie sur prescription médicale.
    2. Les médecines alte rnatives telles que l'acupuncture, la médecine énergétique, ayurvédique, tibétaine... se verront progressivement interdites
    3. L'agriculture et l'alimentation animale se verront réglementées selon les normes du complexe pharmaco-chimique, interdisant du même coup l'agriculture dite bio-dynamique.
    4. L'alimentation humaine certifiée légale devra être irradiée (ex : irradiée au Cobalt - le terme technique employé pour rassurer la population étant « ionisé ».)

    Le Codex Alimentacontrôlera l'accès aux acides aminés essentiels, les huiles de poisson, les vitamines et minéraux. rius  L'élargissement des contrôles opérera progressivement, mettant à mal toutes les médecines alternatives ancestrales ou naturelles.

    ATTENTION : L'ECHEC PROVISOIRE DE CE PROJET N'EST QUE PARTIE REMISE - VIGILANCE OBLIGE !

    L'histoire secrète du trust pharmaco-chimique

    Le trust de la pharmaco chimie tel que nous le connaissons actuellement fut conçu par une association de la Rockefeller avec l'IG Farben de l'Allemagne nazie. D'ailleurs, l'industrie IG Farben en Allemagne ne fut pas bombardée, pour préserver les intérêts de la Rockefeller.
    Depuis 1932, l'industrie pharmaco-chimique IG Farben finançait Adolph Hitler. Sans ce soutien, selon le tribunal de Nuremberg, le deuxième guerre mondiale n'aurait pas pu avoir lieu...
    En 1941, l'IG Farben a établi la plus grande industrie chimique du monde à Auschwitz, tirant profit de la main d'½uvre du camp de concentration. Au procès de Nuremberg, 24 responsables de la IG Farben ont été déclarés coupables de génocide, d'esclavage, de pillage et d'autres crimes. Le Tribunal de Nuremberg avait alors scindé la IG Farben en BASF, BAYER et HOECHST. Tous ces anciens responsables furent cependant libérés après leur condamnation en 1952, avec l'aide de Nelson Rockefeller, leur ancien partenaire commercial. Il était alors ministre des Affaires étrangères des U.S.A.
    Une fois libérés, les dirigeants d'IG Farben infiltrèrent les plus hauts fonctions de l'économie allemande ; jusque dans les années 70, les PDG des sociétés BASF, BAYER et HOECHST étaient des anciens membres du parti nazi.
    Ils financèrent à partir de 1959 le jeune Helmut Kohl.
    Avec le support politique de ce dernier, les trois filiales issues d'IG Farben sont actuellement 20 fois plus grandes que la maison mère initiale de 1941.
    L'organisation nazie de mondialisation, associée à Rockefeller, est une réussite totale. Depuis longtemps, la planète est quadrillée, organisée et gérée pour assurer une expansion mondiale de la pharmaco-chimie.
    Puis, la « tradition » du cartel de la IG Farben s'est poursuivie sous un nouveau nom : Association de l'Industrie Chimique.
    En 1955, l'industrie chimique pharmaceutique mondiale s'est regroupée sous les auspices de la Chambre de Commerce Internationale des Nations Unies et du gouvernement allemand. Leurs efforts communs furent camouflés sous le nom de code Codex Alimentarius.
    Un grand nombre de partis politiques européens, dits de droite et de gauche furent financés par cette industrie pour assurer son hégémonie économique mondiale.

    L'origine de la dynastie Rockefeller

    Aux environs de 1860, « Old Bill » Rockefeller, marchand forain de spécialités pharmaceutiques, vendait des flacons de pétrole brut aux paysans naïfs, leur faisant croire que c'était un traitement contre le cancer. Il appelait son pétrole brut en flacon : « Nujol (New Oil : nouvelle huile) ».
    L'affaire était prospère, il achetait une fiole de pétrole brut de 30 grammes à la Standard Oil pour 21 cents et la revendait 2 dollars.
    Très peu cultivé, peu scrupuleux, sans connaissance ou formation médicale, avec quelques notions de comptabilité et une avidité féroce, il sut s'imposer. Le Nujol fut baptisé « cure contre la constipation » et fut largement commercialisé.
    Cependant, des médecins découvrirent que le Nujol était nocif et provoquait des maladies graves, éliminant les vitamines liposolubles du corps.
    La Standard Oil lutta contre la chute des ventes en ajoutant du carotène au pétrole brut pour parer à toute carence. Le sénateur Royal S. Coperland de New York était payé 75 000 dollars par an pour promouvoir le Nujol.
    L'empire Rockefeller s'est construit grâce à cette formidable supercherie qui consiste à faire ingérer un dérivé de pétrole brut, enrichi au carotène, aux populations. C'est ainsi que les fondations de l'industrie pharmaco-chimique furent posées. Nous sommes bien loin des fondements des médecines chinoises, tibétaines ou perses...
    Le succès commercial du Nujol permit de diversifier la production pharmaco-chimique et d'atteindre des sommets en terme de bénéfices. En 1948, le chiffre d'affaire annuel de la Rockefeller s'élevait à 10 millions de dollars. Le médicament Nujol existe toujours sous forme de paraffine pure, classé comme laxatif doux : il est recommandé pour la constipation chronique rebelle. Il est fabriqué par le laboratoire Fumouze. Hélas, il capitonne l'intestin et entraîne rapidement des carences graves.

    L'heure de vérité

    Dans l'idéologie Rockefeller, l'unique objectif est de vendre sans scrupule, d'asseoir une hégémonie et un pouvoir mondial. Breveter le vivant, tout refaire en molécules chimiques, nier toute médecine autre que la pharmaco-chimie, c'est l'idée de progrès affichée par tous les Trusts.
    Cette politique n'a rien de démocratique et vise à modeler les masses à son gré en fonction de ses besoins (fondation, éducation, fausses normes scientifiques, propagande, destruction des médecines ancestrales et naturelles).
    Le Codex Alimentarius croit pouvoir faire fi de l'opinion des peuples.
    Le Codex pense pour vous, agit pour vous et vous protège de vous-même, selon des normes qui causeront votre perte.
    Pendant ce temps, 800 000 personnes meurent tous les ans, dans la seule Amérique du Nord, sur ordonnances allopathiques.
    Un rapport de l'ONU affirme d'ailleurs que sur 205 000 médicaments de ces industries, seuls 26 seraient indispensables.

    Une résistance internationale s'organise

    L'Afrique du Sud a affirmé qu'elle ne se conformerait pas aux directives du Codex Alimentarius. Le Ministre de la Santé Manto Tshabalata-Msimang a déclaré que son pays est en désaccord avec cette dichotomie entre médecine naturelle et médecine allopathique.
    Selon ses conclusions, ces dispositions ne visent qu'à faire de l'argent à partir de remèdes brevetés et à discréditer l'usage des produits naturels.

    L'Inde ne se conformera pas non plus aux directives du Codes Alimentarius, car il a fait la promotion de formules pour bébés contenant des ingrédients chimiques, causant une inflammation destructrice du cerveau chez les bébés sensibles. Le délégué indien chargé de plaider l'affaire auprès du Codex a été ignoré, et lorsqu'il insista pour un débat, il fut expulsé de la chambre.

    Aux Etats-Unis, l'association des médecins et des chirurgiens américains a exprimé son opposition au Codex afin d'avoir recours à des remèdes naturels.

    Au Royaume Uni, les médecins exerçant des médecines naturelles, supportés par les Membres de la Chambre des Lords, se sont fermement opposés à la politique pro-Codex de Tony Blair. Ce dernier est taxé d'hypocrisie, puisqu'il à été révélé publiquement qu'il utilise pour sa famille des remèdes naturels, des compléments alimentaires et l'homéopathie. Tony Blair sera président de l'Union Européenne précisément à partir du premier juillet 2005, jour d'application des directives du Codex.

    Le réveil des consciences est amorcé

    Fort heureusement, il existe les vrais biologistes, les authentiques médecins, les vrais thérapeutes ou chercheurs souvent violentés par l'arrogance des Cartels pharmaco-chimiques. Ils ont établi le concept de la bio-individualité fondé sur la liberté du choix thérapeutique des patients.
    Cette conception suscite chez le patient l'esprit de recherche, offre des alternatives dans la manière de se soigner.
    Cette approche s'adapte au patient plutôt que d'imposer un protocole thérapeutique de masse non individualisé.
    La maladie a une connotation spécifique dans la vie d'un individu, ne pas en tenir compte c'est ramener l'homme au rand de machine sophistiquée. Or l'homme est bien plus qu'une machine mécanico-chimique.
    Sans que la plupart des électeurs en ait conscience, le non massif à la Constitution européenne a été aussi par chance, un non au Codex Alimentarius. Les grands retards dont nous avaient menacés les marionnettes politiques vendues à la cause du « oui » concerneront surtout le camp des exploiteurs et en particulier, celui du Codex.

    Article mis en ligne le 01/10/06

    Réagir à cet article

    Source :

    • Texte extrait de la révolution par l'alimentation du CIRIS achevé d'imprimer en octobre 2005
-http://www.dailymotion.com/video/x66qcw_lyordre-moisi-du-codex-alimentarius_news
  • Solutions face au codex :
Quelques moyens de lutter contre le codex alimentarius .
- http://www.dailymotion.com/video/x8teo9_solutions-face-au-codex_tech?start=588

  • Lobbys et Pollution OGM - CRIIGEN - Gilles Eric Seralini:
"nous pouvons nous dépolluer", c'est le titre du livre de Gilles-Eric Seralini, directeur du CRIIGEN (laboratoire de recherche scientifique indépendant sur le génie génétique). Chercheur reconnu et plusieurs fois primé, il accuse très clairement (pour l'avoir vu lui même) les lobbies de faire pression sur les chercheurs censés tester les OGM pour obtenir un rapport favorable et donc l'accord du parlement européen

Partie 1 : http://www.dailymotion.com/user/ordo_ab_chao/video/x9asiu_criigen-gilles-eric-seralini-pollut_webcam
Partie 2 : http://www.dailymotion.com/user/ordo_ab_chao/video/x9adqh_criigen-gilles-eric-seralini-pollut_webcam
Partie 3 : http://www.dailymotion.com/user/ordo_ab_chao/video/x9aeqv_criigen-gilles-eric-seralini-pollut_webcam
  • L'histoire du cartel pharmaceutique :


15 mai 1911

La Cour suprême des États-Unis déclare John Rockefeller et son trust

coupable de corruption, de pratiques illégales et de racketérisme. Par

conséquent, la totalité du trust Rockefeller Standard Oil, la plus grande

entreprise du monde à cette époque, est condamné à la dissolution. Mais

Rockefeller était déjà au-dessus de la Cour suprême et ne se souciait guère de

cette décision.

1913

Pour dissiper la pression publique et politique qu'il subit avec ses barons,

Rockefeller trouve une nouvelle solution appelée "philanthropie" : il utilise les

revenus de ses pratiques illégales sur le marché du pétrole pour créer la

Fondation Rockefeller. Grâce à cette entité dont le statut équivaut à un

paradis fiscal, il organise le contrôle stratégique du secteur de la santé aux

États-Unis. La Fondation Rockefeller est la façade d'une nouvelle entreprise

globale gérée par Rockefeller et ses complices : les investissements dans le

commerce pharmaceutique. Les dons de la Fondation Rockefeller supportent

exclusivement des écoles médicales et des hôpitaux. Ces institutions sont

devenues les missionnaires d'une nouvelle race d'entreprises: les fabricants

de médicaments synthétiques brevetés.

C'est à cette époque que l'on découvre les vitamines. Il devient vite évident

que ces molécules naturelles ont des propriétés curatives remarquables et

qu'elles peuvent prévenir de nombreuses maladies chroniques. Les

recherches menées sur leurs propriétés permettent de publier divers

ouvrages, mais elles sont ensuite abandonnées. Ces nouvelles molécules

présentent en effet un inconvénient majeur : elles ne peuvent pas être

brevetées.

Par conséquent, dès ses premières années d'existence, le commerce

pharmaceutique est déjà confronté à un risque mortel: les vitamines et autres

micronutriments promus par des programmes de santé publics rendraient

impossible le développement de toute activité commerciale basée sur des

médicaments brevetés. L'élimination de la concurrence indésirable des

micronutriments naturels devient donc une question de vie ou de mort pour

le commerce pharmaceutique.

rockefeller david.jpg

1918

La Fondation Rockefeller profite de l'épidémie de grippe espagnole et utilise

les médias pour lancer une chasse aux sorcières contre tous les médicaments

qui échappent à ses brevets.

Au cours des 15 prochaines années, toutes les écoles médicales des États-

Unis, la plupart des hôpitaux et l'American Medical Association deviennent

des pions sur l'échiquier stratégique de Rockefeller pour mettre l'ensemble du

secteur de la santé sous le monopole de ses entreprises pharmaceutiques.

Déguisée en "Mère Theresa", la Fondation Rockefeller sert également à

conquérir des marchés étrangers et des continents, avec les mêmes méthodes

que Rockefeller avait lui-même appliquées pour créer son empire

pétrochimique au cours des précédentes décennies.

1925John D Rockefeller.jpg

De l'autre côté de l'Atlantique, en Allemagne, un premier cartel chimicopharmaceutique

est créé pour s'opposer à la conquête du marché mondial des

médicaments par le seul Rockefeller. Dirigé par les multinationales

allemandes Bayer, BASF et Hoechst, le cartel I.G. Farben émerge avec une

force de travail comptant plus de 80.000 employés. La course pour le

contrôle du marché mondial des produits pharmaceutiques est lancée.

29 novembre 1929

Le cartel Rockefeller (U.S.A.) et le cartel I.G. Farben (Allemagne) décident de

diviser le monde en sphères d'intérêt. Cette pratique est exactement celle

pour laquelle Rockefeller avait été condamné 18 ans plus tôt, lorsque son trust

avait divisé les États-Unis en "zones d'intérêt".

1932 - 1933

Le cartel I.G. Farben, tout aussi insatiable, décide de ne plus s'en tenir aux

limites fixées en 1929. Ses dirigeants décident d'apporter leur soutien à un

politicien allemand qui leur promet de conquérir le monde par la force des

armes. Grâce aux millions de dollars investis en campagnes électorales, ce

politicien prend le pouvoir en Allemagne, transforme la démocratie

allemande en dictature et tiendra sa promesse de lancer une guerre de

conquête. La deuxième guerre mondiale allait bientôt commencer.

Dans chaque pays envahi par l'armée d'Hitler, les premières actions

consistent à piller les industries chimiques, pétrochimiques et

pharmaceutiques et à les intégrer gratuitement à l'empire I.G. Farben.

1940

Création par Pétain de l'Odre des médecins.

1941

Suppression du diplôme d'herboriste par Pétain.

Création du Groupement National Interprofessionnel des Semences par

Pétain.

Création du Service de Protection des Plantes (Police des plantes) par Pétain.

1942

Création du Comité Technique Permanent de la Sélection par Pétain.

1942 - 1945

Pour renforcer sa domination mondiale des médicaments brevetés, le cartel

I.G. Farben teste ses substances pharmaceutiques brevetées sur les

prisonniers des camps de concentration à Auschwitz, Dachau, etc. Les

paiements de ces études inhumaines sont directement transférés des comptes

bancaires de Bayer, Hoechst et BASF sur les comptes bancaires de la SS,

organisation militaire responsable des camps de concentration.

1945

Création en France de la Sécurité sociale. Création de l'Ordre des

pharmaciens par le gouvernement provisoire.

 

Le plan d'I.G. Farben pour dominer les marchés mondiaux du pétrole et des

médicaments a échoué. Les forces alliées ont gagné la guerre. Mais ce conflit a

coûté la vie à un nombre colossal de soldats américains et alliés. Pourtant les

récompenses des forces alliées sont bien maigres comparées à d'autres. Les

actions industrielles des perdants, I.G. Farben inclus, sont absorbées par le

trust Rockefeller (U.S.A.) et Rothschild/ J.P. Morgan (R.U.).

jp morgan.jpg

 

1947

Le tribunal de Nuremberg a jugé 24 directeurs de Bayer, BASF, Hoechst et

d'autres responsables du cartel I.G. Farben pour crimes contre l'humanité.

Les chefs d'accusation incluaient: organisation de guerre d'agression,

institution de l'esclavage, massacres collectifs. Au cours de son réquisitoire, le

procureur général Telford Taylor (USA) a résumé les faits commis par ces

entreprises criminelles : « Sans I.G. Farben, la deuxième guerre mondiale

n'aurait pas été possible ». Il est étonnant de constater que les plus faibles

sentences du tribunal de Nuremberg ont été prononcées contre les vrais

responsables des 60 millions de victimes de la deuxième guerre mondiale -

les cadres supérieurs d'I.G. Farben. Même ceux qui étaient directement

responsables des crimes commis à I.G. Auschwitz n'ont été condamnés qu'à

un maximum de douze années d'emprisonnement. Surpris ? Vous ne devriez

pas l'être.

En 1944, Nelson Rockefeller faisait déjà partie de la direction exécutive du

gouvernement américain. Débutant comme sous- secrétaire d'État, il est

devenu en quelques années conseiller spécial du Président Truman pour les

Affaires spéciales. En d'autres termes, à chaque situation critique de l'histoire

du vingtième siècle, les intérêts du conglomérat Rockefeller avaient déjà un

rôle déterminant dans les décisions prises au plus haut niveau. Ils ont façonné

le monde de l'après-guerre et organisé la distribution de ses richesses. Ainsi,

si l'on tient compte de l'influence du Département d'État américain, les

sentences prononcées à Nuremberg contre les directeurs d'I.G. Farben

trouvent une explication évidente. Outre la prise de contrôle des opérations

industrielles d'I.G. Farben, et donc de leurs activités sur les marchés

mondiaux du pétrole et des médicaments, Nelson Rockefeller s'est assuré que

les vrais coupables ne seraient pas pendus. En effet, comme nous le verrons, il

allait avoir besoin d'eux.

1949

La République Fédérale d'Allemagne est fondée. Pour la première fois dans

l'histoire du monde, la constitution d'une nation industrialisée pouvaient être

planifiées et modélisées comme une forteresse spécifiquement adaptée aux

intérêts du commerce pharmaceutique, une base transatlantique pour

soutenir les projets commerciaux de Rockefeller.

Après seulement quelques années, les directeurs d'I.G. Farben jugés à

Nuremberg sortent de prison et retrouvent leurs positions précédentes pour

gérer les intérêts de Rockefeller. Fritz Ter Meer, par exemple, condamné à

douze ans de prison pour ses crimes à Auschwitz, est redevenu en 1963

Président du conseil de Bayer, la plus grande entreprise pharmaceutique

multinationale d'Allemagne !

rockefeller6.jpg

 

1945 - 1949

Le rôle des frères Rockefeller ne se limite pas au contrôle des monopoles

mondiaux du pétrole et des médicaments. Ils doivent aussi créer une plateforme

politique pour supporter la croissance de leurs entreprises. Sous leur

influence, les Nations Unies sont créées en 1945, à San Francisco. Pour

prendre le contrôle politique du monde de l'après-guerre, trois pays - tous

leaders de l'exportation de produits pharmaceutiques - prennent toutes les

décisions, les 200 autres sont transformées en simples observateurs.

Alors qu'elles ont été créées dans le but de servir le bien-être des peuples du

monde, les diverses organisations de l'ONU, comme l'Organisation Mondiale

de la Santé (OMS) et l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC),

deviennent rapidement les agences politiques défendant les intérêts des

industriels du pétrole et des produits pharmaceutiques.

1963

Au nom des intérêts des Rockefeller, le gouvernement de la république

pharmaceutique bananière d'Allemagne a été le pionnier d'une des initiatives

les plus tristement célèbres des Nations Unies. Sous prétexte de protection

des consommateurs, il a mené pendant quarante ans une croisade visant à

faire disparaître toutes les thérapies à base de vitamines et autres approches

naturelles inbrevetables dans tous les pays membres des Nations Unies.

L'objectif consistait simplement à éliminer toute forme de concurrence pour

garantir la croissance multimilliardaire des fabricants de médicaments

brevetés. Le plan était simple : reproduire à l'échelle mondiale ce qui avait été

réalisé en Amérique pendant les années 1920 : un monopole complet des

produits de santé contrôlé par les fabricants de produits pharmaceutiques

brevetés.

Comme le marché pharmaceutique dépend de l'existence continue des

maladies, ces produits de synthèse ne sont pas destinés à prévenir, guérir ou

éliminer les maladies. L'objectif de cette stratégie globale est de transformer

la santé de milliards de personnes en un monopole commercial grâce à des

pilules qui couvrent les symptômes sans toucher aux causes réelles des

maladies. Empêcher des milliards de personnes d'accéder à des informations

vitales sur les avantages pour la santé des méthodes naturelles et

simultanément développer un monopole basé sur des produits synthétiques

largement inefficaces et fréquemment toxiques a provoqué des maladies et

des décès dans les proportions d'un véritable génocide.

Cette épidémie de handicaps et de morts inutiles, propagée par le commerce

pharmaceutique avec la maladie, ne peut être comparée à aucun autre

événement historique.

Linus Pauling et d'autres scientifiques éminents ont le mérite d'avoir

maintenu ouvertes les portes de la connaissance sur les avantages réels des

vitamines et d'autres approches médicales naturelles et efficaces. Sans eux,

nous vivrions déjà dans une prison de pseudo santé, surveillés par les

gardiens du commerce pharmaceutique avec la maladie, vigilants dans la

médecine, la politique et les médias.

1990 - 1992

Les déficiences en micronutriments sont la cause principale des maladies.

Elles incluent les troubles cardiovasculaires, l'hypertension, les problèmes

circulatoires liés au diabète, le cancer et même des déficiences immunitaires,

le sida inclus.

2007

Lois anti-tabac dans 193 pays, grâce à l'OMS.

2008

Loi OGM dans toute l'Europe.

2009

Entrée en vigueur du Codex Alimentarius

rocke02.jpg

source:

dans nos libertés .org .  site en france;

 

Par zabeau

http://economieetfinancemondiale.blogs.nouvelobs.com/archive/2009/10/06/l-histoire-du-cartel-pharmaceutique.html
  • Les manigances des compagnies pharmaceutiques et de l’OMS pour nous rendre encore plus malade, et faire toujours encore beaucoup plus d’argent $$$

2-http://www.youtube.com/watch?v=fgDbXsYeEsQ&feature=related

3-http://www.youtube.com/watch?v=T1HMPZg3HBE&feature=related

4-http://www.youtube.com/watch?v=MqJvgv6yn7Y&feature=related

5-http://www.youtube.com/watch?v=huX84LBN3f0&feature=related

6-http://www.youtube.com/watch?v=h9Y3doFfnok&feature=related

 

  • BIG PHARMA

Chaque euro investi dans la mise au point d’un médicament de marque rapporte aux monopoles pharmaceutiques à peu près mille euros Il y a les firmes privées qui produisent, quel que soit leur produit, puis le vendent.  Il y a les organes civils, attachés à un gouvernement où à une structure supranationale, européenne ou mondiale, censés contrôler et accepter, avec ou sans modification, le produit proposé par la firme privée, en fixer le prix et les modalités d’utilisation. Il y a le consommateur, «vous, moi».  Nous.

Nous sommes la vraie cible de tout ce montage savant destiné à endormir notre prudence, notre intelligence et notre instinct de conservation.

Sans les organes civils correspondants, dont les experts assermentés créent une illusion d’indépendance et de probité, les firmes privées, en dehors des consommateurs les plus aveugles et les plus crédules qui les croient sur parole, ne pourraient convaincre autant de gens, par ailleurs intelligents, prudents et informés, même très partiellement, de leurs pratiques malhonnêtes et peu scrupuleuses. Les organes civils, parés par les médias et l’inconscient collectif de cette indépendance et de cette intégrité qui en réalité n’existent pas, décuplent à la puissance 1000 le pouvoir de persuasion et de pénétration des firmes privées dans nos vies quotidiennes.

Dans tous les domaines importants de nos vies : santé, alimentation, énergie, communication, médias, armement, finance, les buts principaux des firmes privées sont le monopole, l’opacité, l’infiltration des organes publics à des niveaux stratégiques, et la manipulation du langage. Elles veulent surtout vendre leur produit, tel quel, au moindre coût pour elles, même s’il est défectueux, dangereux, ou simplement inutile. Cela importe peu que le produit soit réellement bénéfique, ou même toxique, ce qui est beaucoup plus souvent le cas.

Ces firmes commettent sans état d’âme des essais sur des cobayes démunis, sans défense, impuissants et mal informés, dans les pays « en développement », et parfois même « développés », alors vous imaginez comme elles ont cure de la vie humaine, en ce compris la vôtre.

 

Si l’infiltration de l’organe public est indispensable à la bonne marche des affaires des firmes privées, la manipulation du langage est l’arme la plus puissante pour s’approprier la pensée du public. Ceci est l’étape-clé. C’est le nom du chapitre 1 du livre de Normand Baillargeon, « Petit Cours d’Autodéfense Intellectuelle » : Le langage.

La première citation, sur la première page, est celle d’un expert en manipulation du peuple par le langage :

 « A force de répétitions et à l’aide d’une bonne connaissance du psychisme des personnes concernées, il devrait être tout à fait possible de prouver qu’un carré est en fait un cercle. Car après tout, que sont « cercle » et « carré » ? De simples mots. Et les mots peuvent être façonnés jusqu’à rendre méconnaissables les idées qu’ils véhiculent », de Joseph Goebbels, Ministre nazi de l’Information et de la Propagande.

Le cas rapporté par Sheldon Rampton et John Tauber montre comment des groupes intéressés peuvent utiliser le langage pour influencer la population. En 1992, l’International Food Information Council (IFIC) des États-Unis s’inquiète de la perception qu’a le public des biotechnologies alimentaires (exemple : OGM, nanotechnologies).  Un vaste programme de recherche sera donc mis en place pour déterminer comment parler au public de ces technologies. Les recommandations du groupe de travail concerneront surtout le vocabulaire qu’il convient d’employer.

Des mots seront retenus pour leur charge positive et il sera fortement conseillé de s’en tenir à ceux-là. Par exemple : beauté, abondance, enfants, choix, diversité, terre, organique, héritage, métisser, fermier, fleurs, fruits, générations futures, travailler fort, amélioré, pureté, sol, tradition, entier. D’autres, par contre, seront à proscrire absolument, notamment : biotechnologie, ADN, économie, expérimentation, industrie, laboratoire, machine, manipuler, argent, pesticides, profit, radiation, sécurité et chercheur.

Le chapitre 1 du livre de Normand Baillargeon sur le langage révèle en plus de 65 pages des dizaines de mécanismes de manipulation de nos esprits par des subterfuges du langage faisant qu’avant même de commencer à réfléchir, à comparer, à analyser, à en parler autour de nous, nous sommes déjà fortement conditionnés pour croire et accepter, ou refuser, selon les objectifs de ces firmes privées.

Le langage contrôle les réactions de nos cerveaux à un stade préconscient, avant toute réflexion, toute analyse.

Les firmes privées, qui visent un monopole, un profit, une vente aux meilleures conditions, le savent très bien. Dans cette vaste entreprise de manipulation par les mots, le langage et les images, la télévision et les médias en général jouent un rôle crucial.

Selon Albert Bandura*, docteur en psychologie, professeur à l’Université de Stanford, la télévision et les médias (cinéma, journaux) sont la forme la plus puissante d’influence et de conditionnement, façonnant l’état d’esprit médical et le comportement des gens autour du monde. Cette influence est plus forte que celle des parents, des professeurs ou des collègues.

Les films au cinéma, à la télé, les documentaires, les journaux, les jeux et les débats télévisés, la publicité exercent un rôle persuasif majeur sur notre apprentissage, nos comportements et nos perceptions au niveau individuel, et social.

Tout comme les firmes privées énergétiques les plus polluantes essaient de se racheter une conduite, de se confectionner un paravent de respectabilité**, les firmes pharmaceutiques se joignent à des alliances mondiales comme le GAVI Alliance, des fondations comme celle de Bill et Melinda Gates, des démarches d’organisations comme l’OMS ou l’ONU. Ce ne sont que des opérations de marketing destinées à façonner dans l’esprit des gens mal informés une image de philanthropie, et qui permet, d’une pierre deux coups, de tester, sous couvert d’exploitation déguisée en aide, leurs médicaments sur des populations cobayes abusées et impuissantes.

>Les firmes privées détruisent l’écosystème et l’environnement.

>Les firmes privées exploitent l’humanité entière, les plus pauvres et les plus démunis en les faisant travailler pour elles pour un salaire de misère, en échange de souffrances extrêmes, et les plus riches en les faisant acheter leurs produits dangereux, défectueux ou simplement inutiles.

>Par le biais de brevets, de copyrights et de subterfuges juridiques complexes, les firmes privées monopolisent un savoir qui appartient à toute l’humanité.

Les firmes privées s’associent pour former d’énormes monopoles encore plus puissants. Ces monopoles géants ont leurs sièges principaux en Europe et aux États-Unis.  Monsanto, Dow, DuPont, Cargill, Syngenta dominent l’agriculture et l’alimentation mondiales.

Les Big Five, Lockheed Martin, Northrop Grumman, General Dynamics, Boeing, Raytheon, dominent l’industrie de l’armement.

Depuis la crise de 2008, le pouvoir financier est détenu par quelques mains, encore moins nombreuses et encore plus puissantes qu’avant : Citigroup (rachat de Wachowia), JP Morgan Chase (rachat de Bear Sterns), Bank of America (rachat de Merryl Lynch), Wells Fargo dominent les banques commerciales. Goldman Sachs, Morgan Stanley, Blackstone Group, les banques d’investissement (sacrifice de Lehman Brothers). Deux agences, Moody’s et Standard & Poor, dominent 80% du marché mondial des notations dont nous voyons aujourd’hui la toute puissance (déchéance de la Grèce, du Portugal, de l’Espagne, de l’euro). Tous les secteurs évoluent vers ces monopoles tout-puissants et opaques, les médias, l’énergie, la communication, la construction, la grande distribution…

Dans le domaine pharmaceutique, les sept principaux groupes de Big Pharma sont GlaxoSmithKline (GSK), Bayer, Merck, Novartis, Pfizer, Roche et Sanofi-Aventis. Ces groupes contrôlent à eux seuls la moitié du marché mondial des médicaments qui représente 700 milliards d’euros pour l’année 2009 . Leurs bénéfices sont supérieurs à ceux réalisés par les Big Five, les puissantes firmes US du complexe militaro-industriel mondial ! Chaque euro investi dans la mise au point d’un médicament de marque rapporte aux monopoles pharmaceutiques à peu près mille euros !

Vous imaginez ?

Chacun de vos passages à une pharmacie, chez le médecin, à l’hôpital, chaque ordonnance que vous réclamez, chaque boîte que vous achetez, chaque pilule que vous avalez apporte sa petite pierre aux mille euros rapportés sur l’euro investi. Un retour sur investissement de 1000 sur 1 ! Les firmes pharmaceutiques aiment votre ignorance, et dépensent des fortunes pour la conserver car c’est très rentable pour elles.

Il ne s’agit pas de faire le procès du médicament ou de la médecine moderne. Ce n’est pas l’outil qui fait le bien ou le mal, mais celui qui l’utilise. Une arme à feu peut servir à tuer un animal qui nous menace, comme elle peut servir à tuer une vingtaine d’adolescent dans un lycée.

Certains médicaments sont potentiellement, voire réellement, bénéfiques. Certains chercheurs, médecins, scientifiques, pharmaciens sont honnêtes et intègres, comme en témoignent l’odyssée d’Allison Katz membre de l’OMS , et celle de tous les médecins et professionnels qui ont mis leur confort, leur réputation et leur carrière en jeu pour dénoncer le système, ou tout simplement ne pas avoir voulu y participer.

Les journalistes Sylvie Simon , Stéphane Horel, les auteurs Philippe Pignarre, Louis De Brouwer, Jörg Blech, Hans Ruesch, Dirk Van Duppen, dont certains sont docteurs ou ancien membre du monde pharmaceutique, tous ces insiders vous ouvriront les yeux sur les liaisons dangereuses qui existent entre les grandes firmes, les laboratoires, le pouvoir médical et les pouvoirs publics.

Tant que la grande masse des consommateurs ne sera pas alertée, et une fois alertée, tant qu’elle refusera de voir la réalité en face, les gigantesques monopoles privés, avec notre complicité semi-consciente et paresseuse, continueront de dévaster nos santés, notre environnement, nos écosystèmes, notre planète et notre Humanité.

Aucun Sommet sur l’environnement ou sur la santé, aucune belle parole, aucune vaine promesse ne changeront nos quotidiens tant que nous ne briserons pas le sortilège, l’ensorcellement dans lequel nous maintiennent les firmes privées, au moyen du langage, de la télévision, des médias, et de leurs complicités dans les organes publics.

Nous tous, consommateurs dociles et complaisants, sommes la composante de l’équation à la fois la plus puissante, qui peut tout arrêter, et en même temps la plus passive. ourtant nous sommes les dindons de la « farce ». Voici quelques bouts de la réalité sur big pharma : Big pharma invente des maladies. Supercheries de Big Pharma, Remède mortel pour maladie imaginaire (Supercheries de Big Pharma : Remède mortel pour maladie imaginaire)

Cet article relate l’histoire du TDAH, le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité.

 « Grâce au soutien vigoureux de l’établissement éducatif, l’incapacité à rester immobile une journée l’esprit engourdi d’ennui sous une discipline excessive s’est transformée en maladie. En psychiatrie, tout ce qu’il faut pour créer une nouvelle maladie, c’est de parvenir à un consensus sur le fait que certains comportements observables sont en réalité une maladie. Toute maladie entrant dans le manuel des diagnostics et statistiques n’en sort plus. »

Les médicaments proposés comme remèdes, comme l’Adderall, sont des amphétamines. Ce médicament a été associé à une incidence élevée de crises cardiaques et de morts subites chez l’enfant.

Les effets hautement délétères de la Ritaline (methylphénidate) et des autres stimulants (dextroamphétamine et metamphétamine) sont indiscutables et largement documentés ». (8)

Selon Jörg Blech, journaliste scientifique allemand, collaborant avec des journaux comme Die Zeit ou Der Spiegel, « si on pouvait autrefois espérer trouver un jour un traitement pour chaque maladie, les marchands de la santé (comprenez : maladie), aujourd’hui plus que jamais, semblent plutôt vouloir trouver une maladie pour chaque molécule fabriquée ».

Manipulation de « normes » biologiques ou cliniques, comme le taux de cholestérol ou la tension artérielle, compromission de membres influents de la communauté médicale ou des organes publics ou semi-publics chargés de son contrôle, par corruption, séduction, intimidation, voir un peu des trois, sont parmi les armes favorites des firmes privées mais le principal argument de vente de ces marchands de la santé (comprenez : maladie), c’est la peur et la persuasion au moyen du langage, de la télévision, des films, de la publicité.

L’histoire de la santé se confond avec celle du Dr Knock (ou le Triomphe de la Médecine, la pièce de Jules Romain) dont les écoles devraient rappeler régulièrement à nos enfants, adultes en construction, le message profond (voir « Les Inventeurs de Maladies », de Jörg Blech, éditions Actes Sud, 2005, pp.15-16 pour un court résumé).

Big Pharma corrompt et noyaute les organes publics censés les contrôler

La FDA : Food and Drug Administration (USA) dans la ligne de mire de ses propres scientifiques : Cet article rapporte un sondage envoyé à 5918 scientifiques de la FDA (équivalente US de la puissante Agence Européenne du Médicament ou EMEA, de l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé AFSSAPS en France), dont 997 ont répondu.

En voici les résultats les plus choquants :

>40 % redoutent des mesures de rétorsion à leur encontre s’ils se faisaient publiquement l’écho des inquiétudes quant à l’innocuité des produits officiellement approuvés.

>Seulement 47% pensent que la FDA fournit des informations justes et complètes au public.

>81% ont reconnu que le public serait mieux servi si l’indépendance et l’autorité des systèmes de contrôle de la FDA après mise sur le marché étaient renforcées.

Pour la FDA, un scientifique qui a des liens financiers, professionnels ou privés, avec une firme pharmaceutique, un laboratoire, ou a un conflit d’intérêt, peut participer à un panel d’évaluation d’un médicament produit par cette firme, sous le prétexte hypocrite que la compétence et l’expérience dudit scientifique pèsent plus que le sérieux du conflit !

Ainsi le Vioxx, produit par la firme Merck, avait obtenu de la FDA l’autorisation de mise sur le marché, malgré une étude qui établissait le lien entre le doublement des risques d’accidents cardiaques et l’utilisation du médicament. Dix membres du panel d’évaluation du Vioxx et qui avaient approuvé sa mise sur le marché avaient des liens directs avec Merck.

Le Public Citizen Health Group (9) a découvert que dans 73% des 221 examens de médicaments conduits entre 2001 et 2004, il existait un conflit d’intérêts financiers. Dans 73% des cas, un ou plusieurs membres du panel chargé de l’examen avaient des liens avec la firme cherchant à obtenir l’approbation.

Ces pratiques concernent également l’OMS, l’EMEA (Agence européenne du médicament), des agences nationales ou les ministères.

OMS :

Relations et conflits d’intérêts avec les firmes privées : Le SAGE, le Groupe stratégique consultatif d’experts de l’OMS (Strategic Advisory Group of Experts) : professeur David Salisbury, Frederick Hayden, Arnold Monto (10).

« Le docteur Frederick Hayden est à la fois membre du SAGE à l’OMS et du Wellcome Trust à Londres ; […]  Au titre de services « consultatifs », Hayden reçoit par ailleurs des fonds de la part de Roche et de GlaxoSmithKline parmi d’autres géants pharmaceutiques engagés dans la production de produits liés à la crise du H1N1.

Un autre scientifique britannique, le professeur David Salisbury, qui dépend du ministère britannique de la Santé, est à la tête du SAGE à l’OMS. Il dirige également le Groupe consultatif sur le H1N1 à l’OMS. Salisbury est un fervent défenseur de l’industrie pharmaceutique. Au Royaume-Uni, le groupe de défense de la santé One Click l’a accusé de dissimuler la corrélation avérée entre les vaccins et la montée en flèche de l’autisme chez l’enfant, ainsi que celle existant entre le vaccin Gardasil et des cas de paralysie et même de décès. 

On trouve encore un autre membre de l’OMS partageant d’étroits liens financiers avec les fabricants de vaccins qui profitent des recommandations du SAGE, en la personne du docteur Arnold Monto, un consultant rémunéré par les fabricants de vaccins MedImmune, Glaxo et ViroPharma. »

WI, European Scientific Working group on Influenza : Albert Osterhaus (11).

 « On le surnomme « Dr Flu » (Docteur Grippe), le professeur Albert Osterhaus est le principal conseiller de l’Organisation mondiale de la Santé face à la pandémie de grippe H1N1. Depuis plusieurs années, il prédit l’imminence d’une pandémie globale et ce qui se passe aujourd’hui semble lui donner raison.

Cependant, le scandale qui a éclaté aux Pays-Bas et fait l’objet d’un débat au Parlement a mis en évidence ses liens personnels avec les laboratoires fabriquant les vaccins qu’il fait prescrire par l’OMS. »

Klaus Stöhr qui était le chef du département épidémiologique de l’OMS à l’époque de la grippe aviaire, et qui donc a préparé les plans destinés à faire face à une pandémie que j’évoquais plus haut, était devenu entre temps un haut cadre de la société Novartis (12).

Agences nationales :

NIH, National Institute of Health, aux Etats-Unis :

«Un très important chercheur du nom de Pearson "Trey" Sunderland III à l'Institut National de santé Américain le fameux (NIH) a été inculpé lundi de violation de la loi sur le conflit d'intérêt criminelle en omettant de divulguer des liens financiers qu'il avait avec le géant de la pharmacie rien de moins que le groupe Pfizer, les procureurs ont dit. Il a été accusé d'un délit portant sur les 285000 $ qu'il a accepté sans divulguer ces honoraires de consultation en provenance de Pfizer! Sunderland aurait convenu avoir accepté 25000 $ par année en frais de consultation, ainsi qu'une taxe de 2500 $ pour assister à une journée de réunions avec l'entreprise, qui ont été faites entre 1997 et 2004 et cela pendant que des études étaient en cours entre le NIH et Pfizer. Selon le document d'inculpation, Sunderland avait fait un arrangement similaire pour recevoir 25000 dollars de plus par an de Pfizer au cours d'une autre étude de deux «biomarqueurs» estimés pour identifier la maladie d'Alzheimer chez les patients. » (13)

Le GEIC, Groupe d’Expertise et d’Information sur la grippe, présidé par Bruno Lina, chef du laboratoire de virologie au CHU de Lyon, directeur de l’unité du CNRS pour le H1N1, principal conseiller du gouvernement pour les pandémies. Le GEIC regroupe les 3 industriels GSK, Sanofi et Novartis, largement bénéficiaires des coups de semonce pandémiques, notamment la toute récente Grippa A H1N1.

Ministères :

Italie …

«En 1991, Francesco de Lorenzo, ministre italien de la santé, a touché de nombreux pots de vin de plusieurs laboratoires, dont Smithkline Beecham (aujourd'hui GlaxoSmithKline). Le président de ce laboratoire, qui fabrique le vaccin anti-hépatite B, a avoué avoir donné au ministre 600 millions de lires quelques mois avant que ce dernier rende la vaccination obligatoire dans son pays. Francesco de Lorenzo a été inculpé et condamné à plusieurs années de prison ferme ainsi que Paolo Cirino Pomicino, ancien ministre du budget et le professeur Dulio Poggiolini, directeur de la Direction du médicament. Celui-ci avait été président de l'Ordre des médecins, mais aussi membre influent des instances européennes du Médicament. »

France…

« Gilles Duhamel qui a été nommé, en août 1999, directeur de cabinet de Dominique Gillot, secrétaire d'État à la Santé, a occupé de très importantes fonctions dans l'industrie pharmaceutique. Il a été directeur adjoint de la recherche aux laboratoires pharmaceutiques Wellcome (aujourd'hui GlaxoSmithKline) et directeur de la communication des laboratoires Merck Sharp et Dohme, avant de rentrer à l'agence du médicament (aujourd'hui Agence nationale de la sécurité sanitaire) comme directeur des études et de l'information pharmaco-économique, puis de retrouver au cabinet de Bernard Kouchner en 1997, le poste de conseiller technique qu'il avait déjà occupé en 1992. Ce parcours illustre bien l'infiltration, dans les ministères et les instances de Santé publique, des représentants des laboratoires pharmaceutiques » (14).

Big Pharma fait truquer les études et contrôle les revues spécialisées, dont les plus prestigieuses, en infiltrant les comités de relecture

Supercheries de Big Pharma : Liste des 21 études contrefaites par le Dr. Scott S. Reuben :

Des données truquées par le très respecté et influent Scott S. Reuben, docteur en recherche clinique, ont été utilisées dans plus de vingt études de l’industrie pharmaceutiques (Big Pharma) et publiées par des revues médicales vérifiées par des experts. « Voir le compte-rendu original en anglais de Natural News ou sa traduction française

Ces études promeuvent l’innocuité et les « avantages » de certains remèdes : Bextra (Pfizer), Vioxx (Merck), Lyrica, Celebrex et Effexor. Le principal chercheur impliqué dans ces études, le Dr Scott Reuben, a été rétribué par Pfizer et Merck. Il existe donc un lien financier entre ce docteur en recherche clinique et au moins deux compagnies pharmaceutiques qui ont bénéficié de ses conclusions contrefaites (Doctor Admits Pain Studies Were Frauds, Hospital Says).

L’antiviral Tamiflu se révèle être une grossière supercherie

Les études de Roche sont basées sur une fraude scientifique :

« Un article dévastateur récemment publié par le British Medical Journal accuse Roche de tromper les gouvernements et les médecins sur les avantages du Tamiflu. Sur les dix études citées par Roche, il s'avère que seules deux d’entre elles ont été publiées dans des journaux scientifiques. Et que sont devenues les données originales de ces deux études ? Perdues ».

Big Pharma est opaque

De même que les agences « publiques » censées contrôler les firmes privées.

EMEA et transparence de l’information, un bilan accablant :

Les demandes d’accès aux documents sont tout simplement rejetées : 25 à 37%.

Quant aux documents officiellement transmis, la plupart des pages sont occultées, au nom de la protection du « secret commercial ». Par exemple, la revue française Prescrire a publié un rapport de pharmacovigilance sur l’Acomplia (un médicament entretemps retiré) dont 66 des 68 pages, et jusqu’à la date, étaient intégralement occultées (15).

Le recours au sacro-saint secret commercial a bon dos et permet aux firmes privées de maquiller leurs résultats, de cacher le vide et la pauvreté méthodologique de leurs études. C’est le cas pour les firmes pharmaceutiques, mais également pour celles de l’agro-alimentaire (comme Monsanto), des biotechnologies (nanotechnologies…) ou de la communication (pollution électromagnétique…). Ce privilège accordé aux firmes, associé à la tolérance extrême des agences publiques envers ces pratiques finit de faire voler en éclats la sécurité minimale que chaque citoyen se croirait en droit d’exiger de ses institutions et de son gouvernement. Cela prouve plus généralement que dans nos sociétés relativement hypocrites et complaisantes, le commerce, la marchandise, l’argent forment dans les faits des valeurs largement supérieures à la santé, à la justice et à la vérité.

Big Pharma teste ses médicaments non autorisés sur des enfants et des habitants du Tiers-Monde

« Au Nigéria, des tests d’un antibiotique non enregistré ont été pratiqués sur des enfants par la firme Pfizer en 1996, une information dévoilée récemment par le journal Washington Post. Le rapport, enterré pendant plus de cinq ans, révèle que 5 enfants sont morts après avoir reçu l’antibiotique Trovan. Six autres enfants sont morts après avoir reçu le médicament de comparaison. La firme pharmaceutique - qui n’avait obtenu qu’un consentement oral des parents non informés de la nature du produit - a concocté par la suite une lettre antidatée d’autorisation du Comité d’Ethique du Nigéria. Pfizer maintient que sa présence à l’hôpital de Kano était purement philanthropique et dans le but d’aider à combattre une épidémie de méningite qui a décimé la vie de 1500 personnes. Pourtant, Pfizer s’est retiré sitôt le test effectué. Cette action, conjuguée au fait que Pfizer n’a jamais obtenu de la part du Gouvernement du Nigéria d’autorisation de tester le Trovan sur près de 100 enfants et nourrissons, signifie qu’il s’agissait bel et bien d’un test illégal et opportuniste d’un médicament non-enregistré sur des patients vulnérables. » (16)

La FDA est également impliquée dans une sombre affaire impliquant le géant pharmaceutique Bayer, une affaire dévoilée par le New York Times. Il semble que Factor VIII, un médicament destiné principalement aux enfants hémophiles, aie été contaminé par le virus HIV dans les années 1980. Lorsque les patients hémophiles ont contracté le HIV suite aux injections de Factor VIII, la FDA aurait recommandé à Bayer de se débarrasser de ses surplus au Japon, en Malaisie, à Singapour, en Indonésie et en Argentine. De cette façon, la firme a pu encore tirer profit de ses ventes, malgré son retrait du marché US. Rien qu’à Hong-Kong et Taïwan, on estime que plus de cent patients hémophiles ont contracté le HIV suite à l’utilisation de ce médicament contaminé. De nouveaux lots de ce médicaments furent fabriqués à partir de concentrés de sang chauffé (ce qui tue le virus alors que les lots précédents étaient fabriqué à partir de sang non-chauffé) pour le marché américain, tandis que le reste des vieux lots fut expédié en France et en Espagne. Deux officiels français furent emprisonnés pour avoir approuvé l’utilisation du Factor VIII, non-chauffé et contaminé. La FDA n’a jamais été soumise à une enquête ni accusée. La firme Bayer maintient qu’elle s’est comportée de façon responsable et éthique. (17)

Une compagnie pharmaceutique force les familles pauvres à tester ses vaccins : 12 bébés morts

« GlaxoSmithKline, la grande compagnie pharmaceutique, a été accusée de faire pression sur des parents pauvres du Tiers Monde pour qu’ils engagent leurs enfants dans des essais expérimentaux de médicaments qui ont entraîné la mort d'au moins 12 enfants.

Cette compagnie teste actuellement un vaccin expérimental contre la pneumonie sur les enfants de moins d'un an en Argentine, en Colombie et au Panama. Selon la Fédération argentine des Professionnels de la Santé (Feprosa), des parents pauvres argentins ont été « obligés et contraints de signer les formulaires d’acceptation. »

Ce constat, s’il est désolant, est nécessaire. La médecine est une science, un outil, dont les firmes privées ont fait le pire ennemi de vos santés. Des médecins, des journalistes, des scientifiques, des humains, se battent contre la machine toute-puissante de Big Pharma mais ce combat est voué à l’échec sans le concours de toutes les victimes actuelles de cette énorme supercherie.

Sans prise de conscience, sans lucidité, ce combat qui pourtant continuera, sera sans gloire et sans succès. Big Pharma est partout et connecté à tous les organes de conditionnement de l’esprit humain.

Pfizer, dont la valeur intrinsèque est estimée à plus de 265 milliards de dollars, détient les brevets de 8 des 25 meilleures ventes mondiales de médicaments synthétiques (Lipitor, Viagra, Diflucan, Zoloft...). La valeur marchande de Pfizer est supérieure à la richesse de plusieurs pays prospères.

Des personnes de Pfizer, de Merck, d’Exxon Mobil (une des firmes issues de la dissolution de la Standard Oil des Rockefeller) et du conglomérat financier JP Morgan Chase se retrouvent dans les conseils d’administration de toutes ces entreprises, (dont l’importance financière globale dépasse de loin les ressources additionnées de tous les pays « développés ». Big Pharma est tout, et partout.

Big Pharma invente des maladies, ment, corrompt, truque des études et voit l’humanité comme un champ d’expérimentation et une source maximale de profits. Toute cette liste de malversations, résumées en 5 points majeurs, est loin d’être exhaustive, mais suffisamment explicite, même si beaucoup refuseront encore, malgré cela, d’ouvrir les yeux. 

 

Conclusions

>Big Pharma veut faire des profits à tout prix, et n’a aucune éthique.

>Big Pharma fait des expériences et teste ses produits dans des pays trop pauvres ou sans système juridique pour pouvoir se défendre.

Comble de cynisme, elle le fait souvent sous couvert d’intention philanthropique (vaccinations, SIDA…).

>Big Pharma n’a rien d’une entreprise philanthropique, jamais.

Elle ne recherche que son profit, et lorsqu’elle se pare d’une intention bénéfique pour le genre humain, c’est à chaque fois une opération publicitaire, pour redorer son blason, pour pénétrer de nouveaux marchés, pour exploiter des mains d’œuvre qu’elle transforme en esclaves, pour expérimenter ses molécules dans des pays moins sévères ou moins regardants.

Big Pharma utilise le langage, les faiblesses du psychisme humain, et ses richesses pécuniaires immenses pour écraser toute résistance, par des procès interminables, des procédures décourageantes, des pressions phénoménales sur les médecins et scientifiques isolés, un marketing sans pareil, une complicité des organes publics et de certains gouvernements, une corruption de certains de leurs membres, le contrôle des comités de lecture dans les revues professionnelles, la fourniture d’études truquées et une opacité complète au nom du sacro-saint secret commercial.

La manipulation de l’information médicale à la source explique que nombre de médecins et autres scientifiques soient complices du système sans en être nécessairement conscients et que les meilleurs défenseurs de Big Pharma soient parfois des personnes complètement de bonne foi, mais totalement manipulées et trompées.

Tous les professionnels doivent se rendre compte que les comités de lecture par les pairs, les revues référentes, aussi prestigieuses soient-elles, et les études, même annoncées comme randomisées, en double-aveugle, et prospectives, ne sont pas infaillibles, comme en témoigne le scandale des 21 études du docteur Scott S. Reuben, pourtant publiées dans les meilleures revues de référence.

Big Pharma fait preuve d’une mauvaise foi et d’une capacité au mensonge et à la trahison phénoménales. Ces firmes ne reculent devant rien, elles ne sont dignes d’aucune confiance.

Les organes publics, instituts nationaux (NIH, FDA, AFSSAPS), supranationaux (OMS, EMEA), les comités d’experts soi-disant indépendants sur lesquels se reposent ces organes, ces agences mais aussi les ministères publics, ne sont pas obligatoirement dignes de confiance.

Leur probité, leur intégrité ne va pas de soi !

Loin de là ! Expert ne veut pas dire sincère ou indépendant.

Enfin, nous tous, consommateurs, acheteurs, humains, sommes responsables, des questions que nous ne posons pas, des réponses que nous n’exigeons pas, du comportement de nos ministères et institutions que nous ne remettons pas en cause, de l’opacité que nous tolérons, de la félonie que nous acceptons.

Ne laissons pas ces inventeurs de maladies nous voler nos vies.

 

« L’important n’est pas de vivre,

Mais de vivre selon le bien. »

Socrate 

  1. big pharma..: http://noxmail.us/Syl20Jonathan/?page_id=4262 oops censuré..
  2. big pharma: http://noxmail.us/Syl20Jonathan/?p=10931
  3. BIG PHARMA ..: http://www.youtube.com/watch?v=539CrWOK_90
  4. bachelot et les multinationales..:Elle a autorisé l'Aspartame , des additifs alimentaires cancérigénes , des vaccins qui détruisent le cerveau ( mercure etc ... ) et qui détruisent les défenses immunitaires ( aluminium etc ... ) . http://www.dailymotion.com/video/xe2f2n_bachelot-a-travaillee-12-ans-pour-l_news
  1. "Complot mondial contre la santé"..le livre : http://www.dailymotion.com/video/xei9hw_complot-mondial-contre-la-sante_news
  • Food.inc :
est un documentaire américain de 2008, réalisé par Robert Kenner. Le film traite de la production de nourriture à grande échelle aux États-Unis, et conclue que la viande et les légumes produits par ce type d'industrie sont mauvais pour la santé et pour l'environnement.

Le film est narré par Michael Pollan et Eric Schlosser. Le documentaire a généré une grosse controverse aux États-Unis et a été fortement critiqué par les grosses entreprises américaines engagées dans la production alimentaire industrielle.

> http://www.tagtele.com/videos/voir/52350
  • Additifs alimentaires

  1. Additifs alimentaires : http://www.dailymotion.com/video/x9cm7j_llp-amora-et-ses-additifs-alimentai_news
  2. Additifs alimentaire - Poisons mortels : http://www.dailymotion.com/video/x9cmb1_llp-additifs-alimentaire-poisons-mo_news
  3. Additifs decodage : http://www.medecinesnaturelles.com/pages/sante/alimentation/additifs.html
  4. http://www.santeendanger.net/
  5. http://livre.fnac.com/a1810569/Corinne-Gouget-Additifs-alimentaires-danger
  • POLLUTION : LE RAZ DE MARÉE SILENCIEUX :

Allergies, malformations congénitales, baisse de la fertilité masculine, maladie de parkinson, sclérose en plaques, leucémies, ou encore cancers du sein et de la prostate, la liste des maladies dont la fréquence a progressé au cours des 30 dernières années est impressionnante. Sur une période aussi brève, l'hypothèse d'une transformation génétique de l'espèce humaine est exclue. En revanche, un nombre croissant de scientifiques craint que ces augmentations ne traduisent la présence d'une nouvelle menace liée à la contamination chimique de notre environnement.
  • Découverte Interdite sur le Cancer :

>le Cancer .. belle escroquerie ..:

Vérité et Mensonges sur le Cancer

COURSE, MARCHE ET ROULE POUR LA PRÉVENTION DU CANCER
par Suzanne Elston

« Le Cancer peut être vaincu » — c'est le slogan connu. Durant des années, il a servi de réclame dans toutes les campagnes contre le cancer, et a permis d'amasser des milliards de dollars. Les compagnies et laboratoires, des organismes gouvernementaux et non gouvernementaux se sont unies pour ce rêve de victoire sur le cancer. La Journée Terry Fox, la Course à la vie et autres ont fait des levées de fonds en vue de cette victoire sur le cancer. Mais des critiques reprochent à ces commanditaires d'être en partie responsables de la propagation du cancer. Noranda, Inco, et Falconbridge, gros donateurs de la Société canadienne du Cancer, sont aussi de grands pollueurs qui rejettent des substances cancérogènes dans l'environnement.

Ces derniers temps, des gens ont commencé à questionner ce genre de pacte avec le diable et veulent que le combat contre le cancer ne soit primordial. Menés par des survivants du cancer et de gens reliés à santé et à un ennvironnement sain et alimentés par des personnes d'expérience, ils disent que le cancer peut être évité.

De plus en plus, la science est de leur côté. Nous savons que l'hérédité peut être cause de dix pour cent des cancers. Les autres 90 pour cent proviennent des facteurs environnementaux ou de condition de vie. Mais les sources directes environnementales, comme la cigarette et l'exposition à des effets cancérigènes comme l'amiante et les rayons ultraviolets comptent pour près de la moitié de ces cancers.

Ceux qui luttent pour la prévention du cancer croient que le reste des maladies sont causés par ce bouillon toxique de contaminants environnementaux. Par exemple, alors que l'usage du tabac est la cause la plus fréquente du cancer du poumon, 21 des 22 agents cancérigènes du poumon reconnus par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) ont pu être détectés sur les lieux de travail. Et une etude récente américaine a prouvé que le Nord américain moyen, dans la fleur de l'âge, non fumeur, a une moyenne de 53 cancérogènes dans le corps. (Le « Environmental Working Group » a récemment publié une étude sur 167 produits chimiques trouvés dans un test de groupe d'adultes. Des nouvelles foudroyantes. Voir .) Selon le réputé cancérologue, Dr Anthony Miller, president du 1995 Ontario Task Force sur la Prévention du cancer, au moins 50 pour cent de tous les cancers peuvent être évités. Autrement dit, si nous appliquons tout ce que nous connaissons déjà sur la prévention, nous pourrions éluder plus de 80 000 cancers au Canada cette année seulement et ce faisant sauver la vie de plus de 30 000 personnes. Au lieu de cela, les cas de cancer augmentent dramatiquement. La Société canadienne du cancer prévoit que d'ici 2010, le cancer dépassera les maladies cardiaques comme la principale cause de décès au Canada.

Le problème, c'est l'argent. Le cynisme, c'est que la plus grande partie des fonds amassés pour la recherche sur le cancer nous vient des fabricants de médicaments qui sont, par hasard, bénéficient des traitements continus. Alors, lorsque nous versons des milliards pour soigner le cancer, moins de cinq pour cent de nos fonds de recherche annuels est dépensé pour la prévention. Au printemps 2004, Liz Armstrong, Sarah Debec et Lorette Michaud ont organisé la Première Fête annuelle du « Course, Marche et Roule pour la Prévention du Cancer ». Sous l'égide du 30ème Fin de semaine des courses de la capital, l'événement a eu lieu à Ottawa, du 28 au 30 mai afin de lever des fonds pour instruire tous les Canadiens — y compris nos dirigeants politiques — pour qu'ils sachent et notent tout sur la prévention du cancer. Le but était d'avoir 100 participantes, chacune avec 2 000$ en commandite pour un total de 200 000$ pour une première année. Mais elles n'ont eu que 50 personnes et amassé près de 50 000$ — pas si mal pour une première et c'est très encourageant pour 2005. Le Fin de semaine des courses a lieu le dernier de mai (cette année, 27 au 29 mai) et sera ouvert à tous : du vrai marathon (42km), demi marathon (21km), de courses de 10km et de 5km, de marches de 10km et 5km, marathon complet et semi marathon pour fauteuils roulants, et plein et demi marathon sur roues alignées. Le terrain est plat (bon pour les débutants et les marcheurs) et des milliers d'Outaouais s'attendent tout le long du parcours pour encourager les participants. D'après l'organisatrice Armstrong, c'est une ambiance de grand secours et de grande cordialité.

Des argents amassés en 2004 et 2005 seront attribués à la recherche, écriture et promotion d'un livre sur la prévention du cancer intitulé « Cancer 101 : les Solutions à une Épidémie évitable » par Liz Armstrong et Guy Dauncey. D'autres sommes seront employées pour la Coalition de la Prévention du Cancer Saunders-Matthey en relation avec groupes de travail, d'environnement, de santé et de citoyens, afin de préparer une importante congrès sur la prévention du cancer au printemps ou à l'automne 2006. La Course, Marche et Roule pour la Prévention du Cancer n'est pas le seul événement qui met l'accent sur la prévention. À Long Island, un groupe d'adeptes s'est formé il y a quelques années pour mettre sur pied chaque année leur « Marche Prévenir c'est guérir ». C'est cette initiative qui a motivé Action Cancer du Sein de Montréal de commanditer la Marche annuelle qui a débuté en 2002 et s'est répétée pour sa troisième année le 17 octobre 2004.

Les femmes qui courent ou marchent régulièrement ont moins de risques d'avoir un cancer du sein ou d'en connaître une recrudescence. Le moyen d'instaurer la marche et la course pourrait promouvoir le besoin de prévention du cancer avant qu'il ne frappe.

Cet article est tiré de la chronique hebdomadaire de « Your Earth », écrit par Suzanne Elston et publié dans plusieurs journaux du Grand Toronto. L'article a débuté en février 2004 et a été mis à jour par Janine O' Leary Cobb (avec permission), et avec les informations supplémentaires fournies par Liz Armstrong. Quiconque serait intéressé à participer en 2005 à la Course, marche et roule pour la prévention du cancer devrait contacter Liz Armstrong à liz@ican.net.

Bulletin de l'ACSM





Plus?> http://www.blueman.name/Des_Videos_Remarquables_Liste.php
Daudon : http://daudon.free.fr/

  • voici un interview de cette femme (Dr Rima E.Laibaw) sur une radio américaine. Interview réalisé par Alex Jones et diffusé sur le site www.prisedeconscience.org >http://www.prisedeconscience.org/sante-et-medecine/codex-alimentarius-le-sombre-projet-du-controle-mondial-de-la-nourriture-12-398
Beaucoup des infos ci-dessus sont extraites du profil de Rodolphe Raynaud via Facebook...Merci à lui pour toutes les infos qu'il diffuse...


14/10/2010
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 701 autres membres