décroissance

décroissance

MAFIA SARKOZY...LES 4 FRERES...$$$

Les 3 frères

septembre 30, 2010, 9:54

par LOCIOL/ Loïc S.

 

3 frères : l’un en charge de l’exécutif, notre Président, l’un à la tête d’un des plus gros groupe d’assurance santé et le dernier qui sert les intérêts des laboratoires. Si ça ne s’appelle pas un conflit d’intérêt, je me demande ce que c’est… Pourtant les médias en parlent peu et préfèrent s’étendre sur les amis milliardaires de Nicolas Sarkozy. On peut légitimement nourrir des inquiétudes sur l’avenir de notre système de santé. Les réformes engagées depuis 2004 ne font que confirmer sa détérioration et l’on peut prédire son démantèlement d’ici quelques années. Tout dépendra sans doute de 2012.

 

On parle beaucoup de conflits d’intérêts dans la vie politique ces derniers temps. Des amitiés de Nicolas Sarkozy avec le milieu de la finance et des médias, de l’affaire Woerth-Bettencourt aux récentes révélations du livre de Martin Hirsch, mais les journalistes oublient aussi d’autres évidences. Alors que le déficit prévisionnel de la Sécurité Sociale a été annoncé cette semaine et qu’une diminution des remboursements est d’ores et déjà au programme, il est temps de se pencher sur le secteur de la santé, de comprendre son fonctionnement, et surtout d’en connaître les acteurs.

 

Le Pôle Emploi, né de la fusion de l’ANPE et de l’ASSEDIC sur une idée de Nicolas Sarkozy, compte 50.000 employés. La Sécurité Sociale, comprenant l’Assurance Maladie, l’Assurance Vieillesse et les URSSAF compte 120.000 employés. Ces deux organismes ont été concernés par une réforme récente concernant les complémentaires santé. Ainsi, depuis le 1er janvier 2009, 170.000 employés ont été contraints de résilier leurs contrats avec leurs mutuelles pour adhérer à une « mutuelle employeur obligatoire ». Ceux qui ont des enfants ont également été obligés d’inscrire ces derniers sur le nouveau contrat (sauf s’ils étaient déjà ayant-droits sur le compte du conjoint via une mutuelle employeur obligatoire). On peut appeler ça du passage en force. C’est une conséquence de la loi Fillon de 2003.


Ce qui est encore plus étonnant, c’est de constater que c’est le même organisme qui a remporté les deux marchés. Je ne connais pas les modalités des appels d’offre mais je m’étonne de voir que c’est le groupe Malakoff-Médéric qui a raflé la mise, obtenant d’un coup, d’un seul, 170.000 adhérents supplémentaires, sans compter les ayant-droits. Ajoutez à cela les 800.000 salariés CHR (café-hôtellerie-restauration) qui rentreront dans le dispositif en janvier 2011… c’est encore Malakoff Médéric qui a emporté le marché. Revenons donc sur l’histoire de cette compagnie d’assurance et de prévoyance pour comprendre un peu mieux les enjeux.

 

 

Pour vous donner une idée du poids de Malakoff-Médéric sur le marché français, c’est le n°1 des groupes paritaires de protection sociale, n°2 de la retraite complémentaire et n°3 en santé collective (classement Argus de l’Assurance). Le groupe est né de la fusion de Malakoff et Médéric (d’où son nom) le 30 juin 2008, soit 6 mois avant la mise en place du dispositif « mutuelle obligatoire employeur » pour la Sécurité Sociale et le Pôle Emploi. Ainsi, dès le 1er Juillet, le président de Médéric cède sa place pour laisser seul au commande du groupe, le président de Malakoff : un certain Guillaume Sarkozy. Ce dernier est loin d’être un inconnu : au Medef de 2000 à 2006, il a aussi été le vice-président de la CNAM de 2004 à 2005. Guillaume Sarkozy, comme son nom l’indique, est le frère de Nicolas.

 

Puisque j’évoque la fratrie Sarkozy, intéressons-nous maintenant au troisième larron : François Sarkozy. Pédiatre de formation, François a abandonné la pratique de la médecine pour se consacrer à l’industrie pharmaceutique (principalement orientée vers la gériatrie) depuis 2001. Ainsi, il siège au conseil de surveillance de Bio Alliance Pharma et est devenu le président d’AEC Partners dont une des missions est le conseil aux fonds d’investissement.

 

 

Par ailleurs, François Sarkozy a également lancé une chaîne de télévision spécialisée dans la santé sur internet… financée par le laboratoire Sanofi. Ajoutons à cela ses relations avec le groupe Paris Biotech Santé, l’un des protagoniste de l’affaire de l’Arche de Zoë, et on l’aura compris, l’homme a tissé sa toile : il fait partie aujourd’hui des puissants lobbyistes de l’industrie pharmaceutique. D’ailleurs le grand plan Alzheimer lancé par le gouvernement est un joli cadeau de quelques centaines de millions d’euros, une aubaine pour le secteur dont il défend les intérêts.

 

Et maintenant la cerise sur le gâteau, celui dont on ne parle jamais, le cerveau, l’éminence grise : Olivier Sarkozy (demi-frère de Nicolas Sarkozy), qui copilote depuis avril 2008 l’activité mondiale de services financiers de Carlyle Group (wikipedia), probablement celui qui tire les ficelles. Le Groupe Carlyle est une société d’investissement américaine fondée en 1987. Basé à Washington D.C., il est présent dans de nombreux domaines d’activités, comme l’aéronautique, la défense, l’industrie automobile et des transports, l’énergie, les télécommunications et les médias. Ses investissements sont essentiellement situés en Amérique du Nord, en Europe et en Asie du Sud-Est. Le groupe possède 89,3 milliards de dollars de capitaux propres et il emploie plus de 515 professionnels de l’investissement dans 21 pays. Les différentes entreprises de son portefeuille emploient, quant à elles, plus de 286 000 personnes dans le monde et Carlyle a environ 1 100 investisseurs répartis dans 31 pays à travers le monde.

JPG - 48.6 ko
Olivier Sarkozy, à droite sur la photo

Pour rappel, le groupe Carlyle a ou a eu parmi ses membres actifs l’ancien Premier ministre britannique John Major, James Baker, ancien secrétaire d’État américain, George Bush père, ancien directeur de la CIA et ancien président des États-Unis, Frank Carlucci, ancien directeur de la CIA et secrétaire à la Défense américain, Karl Otto Pöhl, ex-président de la Bundesbank, la famille Ben-Laden et plusieurs chef d’État et de gouvernement.

Le groupe Carlyle n’est pas coté en Bourse, et n’est donc non tenu de communiquer à la Securities and Exchange Commission (la commission américaine chargée de veiller à la régularité des opérations boursières) le nom des associés, des actionnaires, pas plus que le nombre de leurs parts respectives.

 

4 frères : Le cerveau qui copilote l’activité mondiale des services financiers d’une multinationale tentaculaire, l’un en charge de l’exécutif de la France, notre Président, l’un à la tête d’un des plus gros groupe d’assurance santé et le dernier qui sert les intérêts des laboratoires. Si ça ne s’appelle pas un conflit d’intérêt, je me demande ce que c’est… Pourtant les médias en parlent peu et préfèrent s’étendre sur les amis milliardaires de Nicolas Sarkozy. On peut légitimement nourrir des inquiétudes sur l’avenir de notre pays. Les réformes engagées depuis 2004 ne font que confirmer sa détérioration et l’on peut prédire le démantèlement de toutes nos structures sociales et services publiques d’ici quelques années.

 

Les 4 frères Sarkozy - la pieuvre Carlyle et les "bons tuyaux" pour Sarko-pathe
12 novembre 2010, par NAULLAY

 

C’est en effet très pertinent de rappeler la saga, l’assaut, des 4 frères DALTON pour dépecer la France, et même le monde, le 4° frère (demi-frère en réalité) étant en fait peut-être bien le plus gros calibre (Joe Dalton)

 

Comme c’est expliqué dans l’article, en effet, le groupe CARLYLE est une monstruosité du pouvoir des financiers maffieux sur note planète, au détriment de la population.

Extrait : "Et maintenant la cerise sur le gâteau, celui dont on ne parle jamais, le cerveau, l’éminence grise : Olivier Sarkozy (demi-frère de Nicolas Sarkozy), qui copilote depuis avril 2008 l’activité mondiale de services financiers de Carlyle Group (wikipedia), probablement celui qui tire les ficelles.

 

Le Groupe Carlyle est une société d’investissement américaine fondée en 1987. Basé à Washington D.C., il est présent dans de nombreux domaines d’activités, comme l’aéronautique, la DEFENSE [le lobby militaro-industriel], l’industrie automobile et des transports, l’énergie, les télécommunications et les médias.

Ses investissements sont essentiellement situés en Amérique du Nord, en Europe et en Asie du Sud-Est.[une PIEUVRE sur la PLANETE !]

Le groupe possède 89,3 milliards de dollars de capitaux propres et il emploie plus de 515 professionnels de l’investissement dans 21 pays. Les différentes entreprises de son portefeuille emploient, quant à elles, plus de 286 000 personnes dans le monde et Carlyle a environ 1 100 investisseurs répartis dans 31 pays à TRAVERS LE MONDE.


Pour rappel, le groupe Carlyle a ou a eu parmi ses membres actifs l’ancien Premier ministre britannique John Major, James Baker, ancien secrétaire d’État américain, GEORGE BUSH père, ancien directeur de la CIA et ancien président des États-Unis, Frank Carlucci, ancien directeur de la CIA et secrétaire à la Défense américain, Karl Otto Pöhl, ex-président de la Bundesbank, la famille Ben-Laden et plusieurs chef d’État et de gouvernement.

 

Le groupe Carlyle n’est pas coté en Bourse, et n’est donc non tenu de communiquer à la Securities and Exchange Commission (la commission américaine chargée de veiller à la régularité des opérations boursières) le nom des associés, des actionnaires, pas plus que le nombre de leurs parts respectives."

 

On le constate, Carlyle est une mafia qui peut soustraire ses sales magouilles aux pouvoirs de contrôle (la fantoche SEC) et qui intéresse des huiles du Nouvel ordre Mondial, comme BAKER et G. BUSH, et aussi la CIA. On notera en "invité d’honneur", la FAMILLE BEN LADEN...Décidément, le 11 septembre 2001 c’était une farce.

La CIA étant un des organes les plus puissants de la pieuvre sataniste, et au coeur des opérations noires et budgets noirs, que ce soit du terrorisme "false flag" comme des relations avec les Aliens "prédateurs" (Gris...) et leurs technologies avancées, notamment aéronefs à moteurs à anti-gravité, armes à impulsions électro-magnétiques, puces implantables ultra-perfectionnées etc.

 

Gageons que Oliver Sarkozy, le "maffieux" de Carlyle, a de bons tuyaux à donner à son (petit) frère, Sarko-pathe, pour faire avancer l’agenda sataniste du NWO pour la "zone France"...

Nous avons, dans ce pays, à la tête de l’Etat, un personnage extrêmement dangereux et impliqué jusqu’au cou dans l’occulte, par son frère, Olivier, comme par ses accointances avec la Franc-Maçonnerie (La F-M au Coeur de l’Etat, l’Express 3010) et aussi avec la "Famille" des "Familles", les Rothschilds.


groupe Malakoff-Médéric

 

Il y a deux semaines, j’ai écrit un article sur les 3 frères Sarkozy : Nicolas, Guillaume et François. Je tentais de dénoncer la mainmise de la fratrie sur le secteur de la santé. Ce modeste billet a rencontré un franc succès et m’a également apporté quelques témoignages qui me poussent à investiguer davantage, notamment du côté du groupe Malakoff-Médéric.

 

communication


Si vous n’avez pas passé les deux derniers mois avec 33 mineurs chiliens, vous avez certainement vu cette publicité à la télévision. La musique est le vieux tube de Telephone « Je rêvais d’un autre monde », ça commence bien… Puis après quelques secondes arrive la voix off : « Santé, prévoyance, épargne, retraite, on se pose tous des questions sur l’avenir… inventer les nouvelles solutions qui permettent à chacun de construire son indépendance c’est notre métier. » On termine le spot par la signature : «  Malakoff Médéric, présents pour votre avenir. »

Joli programme en perspective, n’est-ce pas ? Mais je vous invite à regarder d’un peu plus près… Qu’est-ce que le groupe Malakoff Médéric ? Qui le dirige ? Comment cet acteur très puissant du secteur de l’assurance tisse sa toile ? Comment Malakoff Médéric profite des réformes politiques ? Vous verrez cette publicité autrement, je vous l’assure.

 

 

 

Le groupe Malakoff Médéric


Pour vous donner une idée du poids de Malakoff Médéric, c’est le n°1 des groupes paritaires de protection sociale, n°2 de la retraite complémentaire et n°3 en santé collective (classement Argus de l’Assurance). Le groupe est né de la fusion des groupes Malakoff et Médéric le 30 juin 2008. Dès le 1er Juillet, le président de Médéric cède sa place pour laisser seul au commande du groupe, le président de Malakoff. Ce dernier est loin d’être un inconnu : au Medef de 2000 à 2006, il a aussi été le vice-président de la CNAM (Caisse Nationale d’Assurance-Maladie) de 2004 à 2005. Autant dire que le bonhomme a du réseau. Son nom ? Guillaume Sarkozy.


 

La complémentaire retraite


La réforme des retraites qui fait tant de bruit en ce moment ne se limite pas qu’au simple report de l’âge légal de départ. Plusieurs amendements, non pas de l’opposition mais de la majorité, vont favoriser le développement des PERCO (plans d’épargne collectifs pour la retraite) et PERP (plans d’épargne-retraite populaire). Ces dispositifs ne sont autres que des fonds de pension… oui vous savez, comme les fameux fonds de pension Américains qui spéculent sur les marchés boursiers et dont on connait pourtant les dangers. Et bien les PERCO et les PERP vont être étendus aux PME, vont pouvoir être financés par le rachat des RTT. D’un côté, la prise en charge du système par répartition s’appauvrit, de l’autre les possibilités de capitaliser pour la retraite se développent.

Allez donc faire un tour sur le site internet de malakoffmederic et vous constaterez que le groupe propose désormais (ce n’était pas le cas il y a encore quelques mois) une offre PERCO. Une belle aubaine au moment où l’on estime que chaque français devra épargner de plus en plus pour compléter sa future retraite puisque l’on sait que le montant des pensions va mécaniquement diminuer. Nicolas Sarkozy fait de la place pour les retraites complémentaires que vend son frère. Ça ressemble à du conflit d’intérêt, non ?

 

La complémentaire santé


La législation des complémentaires santé a changé (lois Fillon). Désormais, les entreprises peuvent proposer des mutuelles employeurs obligatoires. En échange, elles prennent en charge une partie des cotisations… qu’elles récupèrent via d’autres déductions fiscales pour les remercier d’adhérer au dispositif. De son côté, l’employé est obligé de résilier son contrat avec sa mutuelle personnelle… et même d’y inscrire ses ayant-droits, sauf si ces derniers sont déjà couverts par une mutuelle employeur obligatoire (du conjoint par exemple). Pourquoi je vous parle de tout ça ? Quel est le rapport avec Malakoff Médéric ?

 

Depuis le 1er Mai 2008, les salariés du secteur de l’Architecture sont passés au dispositif de mutuelle employeur obligatoire. Ces derniers tentent de résister et les syndicats se révoltent. 45.000 personnes sont obligées d’adhérer à Malakoff Médéric. 1er Janvier 2009, les employés de la Sécurité Sociale (CAF, Assurance Maladie, Assurance Vieillesse, URSAFF et ACOSS) et les employés du Pôle Emploi (anciennement ASSEDIC et ANPE) sont aussi obligés d’adhérer à une mutuelle employeur obligatoire. Devinez qui récupère le marché ? Malakoff Médéric. La Sécurité Sociale en France c’est 120.000 salariés, le Pôle Emploi 50.000.


Courant 2010, les négociations entrent en cours pour le secteur CHR (Café-hôtellerie-Restauration). En contre-partie de la baisse de la TVA, les entreprises du secteur avaient promis d’adhérer au dispositif mutuelle employeur obligatoire. Début octobre, les heureux gagnants sont désignés, il s’agit d’une gestion tri-partite comprenant Audiens, le groupe Mornay et, je vous le donne en mille, Malakoff Médéric. Pour votre information, l’hôtellerie-restauration emploie près de 800.000 personnes. Elles seront toutes obligées d’adhérer à Malakoff Médéric à compter du 1er Janvier 2011.


Si on fait les comptes, le groupe Malakof Médéric, dont le frère de Nicolas Sarkozy est le Délégué Général, aura récupéré près d’un million de nouveaux adhérents en moins de 2 ans. Je n’ai pas d’information sur les modalités des appels d’offres mais je pense que nous sommes en droit de nous interroger sur l’omniprésence de Malakoff Médéric… et sur des présumées pratiques de dumping pour s’assurer la victoire sur tous ces marchés.

 

Le rôle des partenaires sociaux


Hormis les syndicats d’architectes qui ont essayé en vain de déjouer l’accord conclu avec Malakoff Médéric, tous les autres ont signé les accords de branche ou d’entreprise. Comment n’ont ils pas remarqué l’omniprésence du groupe de Guillaume Sarkozy ? Certes, les mutuelles employeurs obligatoires sont avantageuses financièrement (sauf pour les couples qui ne souscrivaient qu’un seul contrat et désormais obligés d’en avoir deux) et participent à la couverture santé des employés. Il faut néanmoins les mettre en perspective avec les réformes du secteur de la santé, notamment la baisse des remboursements des soins et des médicaments. Ce qui se trame derrière ce dispositif de mutuelles employeurs obligatoires c’est un système proche du système de santé Américain, celui de l’assurance privée au détriment de la solidarité collective. Est-ce ce modèle que défendent CGT, FO, CFDT et CFTC ?

 

Je rêvais d’un autre monde…


Revenons donc maintenant à la publicité pour Malakoff Médéric et notons tous les messages écrits qui défilent en 30 secondes : Et pour demain on fait quoi ? No future sans indépendance. Et ma boîte elle fera quoi pour moi ? La santé de demain c’est maintenant. Et pour demain on fait quoi ? Je crois que vous avez maintenant les éléments pour répondre à toutes ces questions, à vous de décrypter le message que Malakoff Médéric veut nous faire passer…



14/11/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 701 autres membres