décroissance

décroissance

les engrais verts pour un jardin bio...

 


 "Nous avons beau dos d’accuser les agriculteurs de polluer les nappes phréatiques. Certes, l’usage surdosé de produits phytosanitaires est fréquent. Mais ce serait oublier un peu trop vite que les jardiniers amateurs sont à l’origine de 7% du tonnage total annuel, dispersant quelques 8000 tonnes de produits chimiques.


Or, ces substances se retrouvent rapidement dans les rivières, les nappes et jusque dans les villes. Elles sont dispersées dans les jardins publics (ex. le site de mesure des Halles au coeur de Paris a relevé 8 herbicides, 4 insecticides et 7 fongicides), mais également transportées par voie des airs - de récentes études indiquant qu’elles pouvaient parcourir 10 km dans l’atmosphère et retomber en plein milieu urbain ! Les conséquences sont dramatiques pour les écosystèmes, notre santé... et notre portefeuille." via Naturavox

 

Effets sur l'environnement et la santé des engrais chimiques

L'utilisation des engrais entraîne deux types de conséquences qui peuvent comporter: des risques sanitaires (atteinte à la santé de l'homme) ou des risques environnementaux (dégâts sur les écosystèmes).

  • Le risque sanitaire le plus connu est celui relatif à la consommation d'eau riche en nitrate, résultant de la fertilisation azotée, par le nourrisson.
  • Le risque environnemental le plus cité est celui de la pollution de l'eau potable ou de l'eutrophisation des eaux, lorsque les engrais, organiques ou minéraux, répandus en trop grande quantité par rapport aux besoins des plantes et à la capacité de rétention des sols, qui dépend notamment de sa texture, sont entraînés vers la nappe phréatique par infiltration, ou vers les cours d'eau par ruissellement.
  • Un risque environnemental moins cité, et pourtant très important lui aussi, est la contribution au réchauffement climatique, due aux fortes émissions, après épandage, d'oxydes d'azote, notamment le protoxyde d'azote (N2O), qui est un puissant gaz à effet de serre, à fort potentiel de réchauffement global et à durée de résidence élevée (de l'odre de 100 ans).

 

Plus généralement, les conséquences de l'utilisation des engrais, qui peuvent comporter des risques et qui sont soumises à la critique, sont les suivantes :

  • effets sur la qualité des sols, leur fertilité, leur structure, l'humus et l'activité biologique ;
  • effets sur l'érosion ;
  • effets liés au cycle de l'azote et à la toxicité des nitrates dans l'eau potable ;
  • effets liés à la dégradation des engrais inutilisés, qui émettent des gaz à effet de serre, oxydes d’azote (protoxyde d'azote N2O et N2O4), dans l’atmosphère  ;
  • effets liés au cycle du phosphore ;
  • effets liés aux autres éléments nutritifs : potassium, soufre, magnésium, calcium, oligo-éléments ;
  • effets liés à la présence de métaux lourds : cadmium, arsenic, fluor, ou d'éléments radioactifs, significativement présents dans les phosphates, et dans les lisiers de porc par les métaux lourds ;
  • effets sur les parasites des cultures ;
  • eutrophisation des eaux douces et marines ;
  • effets sur la qualité des produits ;
  • pollution émise par l'industrie de production des engrais ;
  • utilisation d'énergie non renouvelable ;
  • épuisement des ressources minérales ;
  • effets indirects sur l'environnement, par la mécanisation pour l'agriculture intensive, et les épandages.

 

Consommation mondiale

Entre 1972 et 1992, l'utilisation mondiale d'engrais est passée de 73,8 à 132,7 millions de tonnes. Au Canada, l'utilisation des engrais est passée de près d'un million de tonnes en 1960 à environ quatre millions de tonnes en 1985, tandis que le pourcentage des terres ayant reçu des engrais est passé de 16% en 1970 à 50% en 1985  

La consommation mondiale d'éléments fertilisants s'est élevée à 179,4 millions de tonnes en 2007 : 61,6% d'azote, 23,1% de phosphates, et 15,3% de potasses  . En France, elle était de 3,8 tonnes en 2007, ce qui nous place premier consommateur européen d'engrais chimique : triste record!

 

 

Qu'est-ce qu'un engrais vert

Cette technique culturale consiste à cultiver des plantes sur un sol puis de les détruire et les enfouir sur place. Elle est pratiquée entre 2 cultures vivrières dans le but d'améliorer l'aptitude culturale du sol (propriété physique, chimique et biologique).

On désigne sous le terme « engrais vert »  des plantes à croissance rapide qui se développent même en arrière saison en couvrant le sol de façon importante et qui ,sur une courte période, constituent une forte quantité de matière organique que l’on peut récupérer pour enrichir naturellement un terrain.

Trois familles d'engrais verts pour améliorer différents types de sol

  • Les légumineuses (trèfle, luzerne, vesce) :

représentent un grand choix d'engrais verts. Les fèves, haricots, pois, mais aussi les féveroles, la luzerne et les différents trèfles : d'Alexandrie, trèfle blanc nain, trèfle violet etc. Toutes ces légumineuses apportent beaucoup d'azote.

 

  • Les crucifères :

la moutarde, une des plus utilisées, mais aussi les choux, les navets, les radis, le colza., (souvent ce sont les choux fourragers que l'on sème comme engrais vert)
Les crucifères se développent vite et constituent rapidement une couverture végétale importante avant les gelées.

  • Les graminées : très bons engrais verts, souvent associés aux légumineuses pour une meilleure efficacité. L'avoine, le seigle qui entrave la croissance du chiendent, l'orge, le ray-grass qui extrait une potasse à l'argile etc.

Ces trois familles de plantes sont à mélanger ; faites des mélanges à votre guise, c'est votre jardin bio.

 

 Info : Les légumineuses sont utilisées pour leur faculté à fixer l'azote de l'air et pour la masse de leur feuillage. En fermentant rapidement, ces engrais améliorent de façon certaine la structure du sol, en apportant humus et azote.


Avantages des engrais verts:

  •   Au printemps, on retrouve une terre fine et grumeleuse sans mauvaises herbes.
  • Cette couverture végétale limite en outre le lessivage du jardin et le glissement de la terre dans les jardins pentus, phénomème pénible lorsque les parcelles ne sont pas cultivées
  •  Semer des engrais verts à l’automne permet de protéger la terre l’hiver des pluies battantes et d’éviter le  lessivage des sels minéraux solubles.

 


Rôles d'un engrais vert

  • Protéger les sols de l'érosion

La couche de terre végétale (couche nourricière) est très fine et longue à se former. Il est donc indispensable de la protéger particulièrement dans les zones où les hivers sont pluvieux et dans les terrains pentus. L’implantation d’un engrais vert à croissance rapide protégera la surface du sol durant tout l’hiver

  • Prévenir de l'enherbement des sols par les mauvaises herbes

Autre intérêt non négligeable : la lutte contre les mauvaises herbes. En effet, la concurrence entre les plantes est acharnée. La mise en place rapide d’un "engrais vert" après la récolte des légumes empêchera tout développement des herbes indésirables.

  • Limiter le gaspillage et prévenir a pollution

 

Après toute culture, un certain nombre d’éléments minéraux restent disponibles dans les sols (excédent des apports d’engrais, minéralisation de l’humus) et sont donc, tels les nitrates , susceptibles d’être lessivés pendant l’hiver. La mise en place d’un « engrais vert » a donc pour objectif de faire consommer ces excédents mais aussi de les rendre à nouveau disponibles pour la culture suivante après broyage et enfouissement en fin d’hiver. Le choix d’une plante, autre qu’une légumineusee s’imposera lorsque le risque d’excédent azoté se présentera (apport en lisier ou fumier important). En effet, les légumineuses ont la particularité de synthétiser l’azote nécessaire à leur croissance à partir de l’azote de l’air. Elles sont donc peu consommatrices d’azote d’origine minérale.

  •  Améliorer la structure des sols et limiter le drainage

Décompacter le sol qui peut se faire par un labour profond ou encore par le semis d’un « engrais vert » ayant un développement racinaire important. En outre, ce décompactage améliore la vie microbienne ; au printemps, au moment du réchauffement du sol, cette flore microbienne participera à la restitution d’éléments fertilisants. L’importance du développement racinaire et du couvert végétal contribuera ainsi à limiter le lessivage qui conduit à l’accumulation des nitrates dans les ruisseaux et les nappes phréatiques.

 

 

Choisir son engrais vert

 

Zoom sur trois engrais verts incontournables

 

La moutarde :

- 20grs / 10m2
- 200 à 300 grs / 100 m²

- Action bactéricide et insecticide efficace

- Assainit le sol en profondeur

- Idéale aux pieds des arbres fruitiers
- Croissance rapide permettant les semis tardifs

- Ne nécessite pas de broyage
- Il est déconseillé de cultiver la moutarde avant une culture de radis ou de navets
- Conseil de semis : mars à août

 


La phacélie :

- 20grs / 15m2
- 100 à 150 grs / 100m²

- Très méllifère
- Fixateur de nitrate et insecticide naturel efficace

- Ameublit le sol par son système racinaire développé
- Pousse très rapidement
- Produit de belles fleurs dans le jardin
- Conseil de semis : août à février

- Sensible aux grands froids



Vesce :
- 500grs / 100m²
- Riche en azote
- Nécessite un tuteur
- Conseil de semis : septembre-octobre à mars-avril

 

 Rapidité d'installationDéveloppement racinaire
et effet sur la structure du sol
Masse du couvert végétalQualités apicoles
(plantes mellifères)
Intérêt dans la lutte
contre le lessivage des nitrates
Chou + + + + + + + + + + +
Moutarde + + + + + + + + + + + + + +
Navet + + + + + + + + + +
Colza + + + + + + + + + + + + + +
Sarrasin + + + + + + + + + + +
Vesce + + + + + + + -
Trèfle violet + + + + + + + -
Mélilot + + + + + + + + + -
Phacelie + + + + + + + + + + + + + +
Ray-grass + + + + + + + + + +
Moha + + + + + + + + + +
Seigle + + + + + + + + + +

Quelques engrais verts et leurs caractéristiques

VariétésHauteurDose de semisCaractéristiquesDate et conseils de semis
Colza fourrager 80cm à 1,80m 150 à 200 grs / 100m² Avantages : Très riche en azote, utilisable en engrais vert et en fourrage, couvre très bien le sol et le protège contre le lessivage des éléments fertilisants.

Inconvénients : Assez difficile à enfouir du fait de ses racines puissantes. Végétation assez haute. Il est déconseillé de cultiver le colza avant une culture de radis, navets...

Mars à août.
Valable pour une jachère rapide.
Luzerne 50 à 80cm 250 grs / 100m² Légumineuse

Avantages : Très bon fourrage, excellent fixateur d'azote. Protège la terre contre l'érosion grâce à son système racinaire pivotant. Très résistant à la sécheresse. Enrichit le sol en humus.

Inconvénients : Ne réussit pas dans toutes les terres. Risques de repousses. Craint l'humidité excessive. Lente à installer.

Mars à septembre. Terre très propre.
Valable pour une jachère de 3 ans.
Attention une vieille luzerne est difficile à détruire.
Moutarde blanche 25 à 60cm 200 à 300 grs / 100m² Avantages : Croissance rapide. Action anti-nématode (vers nuisibles). Facile à enfouir.

Inconvénients : Délai pour remettre le terrain en culture (6 à 8 semaines). Arrive très vite à maturité. Il est déconseillé de cultiver la moutarde avant une culture de radis, navets.

Avril à septembre.
Valable pour une jachère rapide.
Peut s'utiliser avant une culture tardive (haricots, tomates, courges...). Du fait de sa croissance rapide, éviter de semer trop tôt pour passer l'hiver (les plantes deviennent alors très difficiles à enfouir).
Navette fourragère . 150 à 200 grs / 100m² Avantages : Croissance rapide. Très riche en azote, utilisable en engrais vert et en fourrage. Fauchage facile. Résiste bien à la sécheresse.

Inconvénients : Assez difficile à enfouir du fait de ses racines puissantes. Peu résistante au froid. Il est déconseillé de cultiver la navette avant une culture de radis, navets...

Juillet / août.
Valable pour une jachère rapide.
Phacélia 80 à 100cm 100 à 150 grs / 100m² Avantages : Action insecticide (nématodes). Fixe les nitrates au niveau de la racine. Étouffe vite les mauvaises herbes en particulier le chiendent. Belle fleur bleue, plante mellifère. Système racinaire dense et fin, améliore la structure des terres. Aucun parasite connu.

Inconvénients : Délai pour remettre le terrain en culture (6 à 8 semaines). Arrive très vite à maturité (floraison 50 jours après semis selon conditions climatiques).

Mi-juillet à mi-septembre.
Valable pour une jachère rapide.
Attention aux doses de semis, graines très fines.
Ray grass Anglais . 250 à 300 grs / 100 m² Avantages : Idéal pour les terres en friche, peut s'utiliser en association avec du trèfleblanc. Pousse vigoureuse. Peut être semé tardivement. Se tond facilement. Protège la terre contre le lessivage des éléments fertilisants.

Inconvénients : Attire de nombreux insectes nuisibles, en particulier les tipules et les vers gris

Mars à octobre.
Valable pour une jachère de 3 ans
en association avec du trèfle blanc nain
Ray grass d'Italie . 300 à 400 grs /100m² Avantages : Idéal pour les terres en friche, peut s'utiliser en association avec du trèfleviolet. Pousse très vigoureuse. Peut être semé tardivement. Très bon fourrage. Faucher régulièrement. Protège la terre contre le lessivage des éléments fertilisants.

Inconvénients : Croissance très rapide. Attire de nombreux insectes nuisibles, en particulier les tipules et les vers gris

Mars à octobre.
Valable pour une jachère de 18 mois, (éventuellement en association avec du trèfle violet).
Trèfle violet 20 à 40cm 200 à 250 grs / 100m² Légumineuse

Avantages : Apport d'azote à la terre. S'adapte à tout types de sols. Conseillé après des cultures de crucifères (choux, navets, colza...). Peut se tondre.

Inconvénients : Peut repousser après enfouissage. Pousse mieux en association avec du ray grass. Démarrage assez lent si le sol est froid, peut se faire envahir par des mauvaises herbes. Déconseillé en cas de terrain infesté par le mouron.

Mars à septembre.
Valable pour débuter une nouvelle culture en juin (tomate, courge, haricot...).

Durée de végétation : 6 mois à 2 ans.
Attention un vieux trèfle est difficile à détruire

Trèfle incarnat 25 à 50cm 250 à 300 grs / 100m² Légumineuse

Avantages : Apport d'azote à la terre. Conseillé après des cultures de crucifères (choux, navets, colza...). Facile à enfouir.
Inconvénients : Démarrage lent, peut se faire facilement envahir par des mauvaises herbes. Germination pas toujours très vigoureuse. Déconseillé en cas de terrain infesté par le mouron.

Juillet à mi-août.
Valable pour une jachère rapide.
A réserver aux terrains propres.
Trèfle blanc 10 à 50cm . Légumineuse .
Fénugrec . . Légumineuse Printemps-été.
Durée de végétation : 3 mois.
Sols plutôt calcaires. Craint le gel
Fèverole . . Légumineuse Semis toute l’année.
Durée de végétation : 3 mois ou 6 mois (hiver).
Bien arroser en été
Lupin blanc . . Légumineuse Semis toute l’année.
Durée de végétation : 2 mois ou 4 mois (hiver).

 

 

  • Pour une couverture assez rapide du sol, la moutarde et la phacélie germent rapidement.Phacélie, autre engrais vert du potager bio

 

Avoine 3 gr au m² - Lupin 20 gr au m² - Luzerne 3 gr au m² - Phacélie 3 gr au m² - Mâche 2 gr au m² - Moutarde 2 gr au m² - Epinards 6 g au m²

Les engrais verts sont à semer dès qu'une planche se libère ; en permanence le sol doit avoir un engrais vert

  • Engrais verts d'hiver

Blé d'hiver 10 gr au m² - Seigle d'hiver 10 gr au m² - Colza 5 gr au m² - Mâche 2 gr au m²

Info :A la fin de l'été, semer un engrais vert sur la parcelle permet de préserver le sol de l'érosion (la terre n'est jamais à nu). L'engrais vert permet une meilleure rotation des cultures, diminue les mauvaises herbes, limite les arrosages et restitue les éléments nutritifs prélevés à la terre, une fois haché et incorporé à la griffe.

Les éléments nutritifs rendus de cette manière sont beaucoup plus assimilables par les plantes et particulièrement l'azote ; lorsque l'azote est administré sous d'autres formes que végétales, il se transforme en partie en ammoniac qui n'apporte rien aux plantes et finit dans la nappe phréatique, (nitrates) ; les rangs de légumes sans engrais vert dessus seraient très vite lessivés par la pluie.

Autres plantes faisant office d'engrais verts

  • La consoude : secrets de fabrication du purin de consoude...

 Le purin de consoude se fabrique fort simplement.

> Laisser macérer 1 kg de consoude avec 10 litres d’eau dans un récipient non métallique (recouvrir ce même récipient).

> Deux semaines de macération suffisent, en n’oubliant pas de remuer de temps à autre.


Cette mixture sera très riche en nutriments : magnésium, fer, manganèse, cuivre, potassium, calcium.

Elle sera également utilisable dans un délai de trois semaines.

Puis, il suffira juste de le pulvériser sur le feuillage des plantes et d’arroser également les pieds de ces plantes.

 
  • Engrais aux orties (Soupe d'orties)

 Préparation

  1. Cueillir des orties (munissez vous de protections), avant qu'elles ne montent en graines.
  2. Hachez grossièrement votre récolte dans un grand bac en plastique (n'importe quel bidon récupéré fera l'affaire), ou bien en bois encore mieux, mais surtout pas en métal.
  3. Ajoutez de l'eau de pluie, à raison de 10 litres par kilo d'orties fraîches (ou 100g de sèches).
  4. Couvrez afin d'empêcher que les insectes n'y viennent pondre et laissez s'opérer la fermentation, tout en remuant tout les jours. La fermentation est terminée quand il n'y a plus de bulles lorsque vous remuez.
  5. Cette phase de fermentation peut durer entre 8 et 12 jours, tout dépend de la température ambiante, plus il fait chaud plus elle est rapide. Par exemple, une température ambiante de 18 °C est bien adaptée. Il est par ailleurs préférable que la température soit stable.

 Utilisation

  1. Le purin ainsi obtenu est très concentré, il faut le diluer pour pouvoir l'utiliser, sinon on risquerait de brûler les plantes.
  2. Pour une utilisation comme engrais versé à même le sol, aucune filtration n'est nécessaire. La dillution est de rapport 1/10, c'est à dire que pour 1 volume du mélange on ajoute 10 volumes d'eau.
  3. Pour une utilisation avec un pulvérisateur, donc à même les feuilles de vos végétaux cultivés, il faut filtrer le mélange, pour avoir un liquide sans restes de feuilles décomposées. Utiliser alors un tamis moyen. La dillution sera de rapport 1/20 cette fois, donc pour 1 volume de mélange, on ajoutera 20 volumes d'eau.

 Avantages

  1. L'engrais ainsi obtenu est très riche en azote ; il favorise la prise des végétaux en début de croissance, et la reprise après la fructification.
  2. On peut aussi l'utiliser comme activateur de compost : versez-en quelques litres sur votre tas de compost.
  3. Il se conserve pendant près d'un an, à condition de le stocker dans des bouteilles hermétiquement fermées, au frais comme le bon vin.
  4. La soupe d'ortie a un effet préventif contre le mildiou, la rouille et l'oïdium.

 Inconvénients

  1. Le purin d'orties sent extrêmement mauvais. L'intensité de son odeur est comparable à celle du lisier de cochon ou à l'ensilage de maïs. Il faut donc veiller à limiter cette nuisance en le couvrant ou en l'éloignant de son lieu d'habitation (et celui de ses voisins). En particulier, son utilisation est fortement déconseillée en appartement.

 Autres utilisations

La soupe d'orties peut être utilisée pour repousser les insectes et acariens ou comme fongicide. Dans ce cas, une fermentation de 3 à 4 jours suffit. Elle s'utilise alors en pulvérisation foliaire.

 

Comment procèder?
  • Semez-les lorsque le sol est nu avant les premières gelées.
  • Les Tondre au printemps, juste après la floraison avant qu'ils ne montent en graines,
  • Enfouissez les dans le sol après 1 ou 2 jours de séchage.

Vos légumes peuvent être mis en place dans ce sol après quelques semaines seulement.

La technique des engrais verts est associée à la rotation des cultures.

  • Diviser votre potager en 4 carrés et tous les ans faites varier les cultures, un carré reste réservé aux engrais verts. Cela permet de laisser la terre se reposer.

Préparation d'un terrain à l'engrais vert...

Faire attention aux rotations...

 
des fèves comme engrais vert, riches en azoteExemple : semer des fèves comme engrais vert à un emplacement du potager, semer de la moutarde à un autre. L'année suivante, à l'emplacement de la moutarde comme engrais vert, il ne faut pas semer des choux (la moutarde et les choux sont de la même famille, crucifères).
A l'emplacement des fèves, il ne faut pas semer des légumineuses.
Pour éviter le passage de la même famille deux fois au même endroit et le développement d'éventuelles maladies, pratiquer la rotation des cultures et surveiller les mauvaises associations des légumes

 

Le jardin bio, aura en hiver une couverture végétale avec des engrais verts d'hiver. Au printemps, ils serons hachés et laissés sécher deux à trois jours en surface avant d'être mis en compostage de surface.

 


Comment couper l’engrais vert

  • N’attendez jamais qu’il monte en graines
  • Le couper , selon la surface, avec une faucille,une cisaille à mains ou la tondeuse
  • Le laisser sécher sur le sol quelques jours
  • L’enfouir au cours d’un bêchage superficiel
  • Si les tiges sont dures et épaisses les ratisser et les utiliser comme paillis ou  les mettre au compost.

 

Convertir un potager chimique en potager biologique

Un potager classique (chimique), converti en potager bio, doit être préparé avec trois engrais verts pendant trois années ou plus.
Le sol a été empoisonné et seuls des apports d'engrais organiques végétaux peuvent améliorer l'humus et les micro-organismes qui le composent. Pendant trois ou quatre ans, il faut bien nettoyer et éplucher les légumes et plus particulièrement les légumes racines : betteraves, carottes, navets et pommes de terre (tubercules) et tout ce qui pousse au ras du sol. Certains produits chimiques sont toujours présents dans le sol pendant quatre à cinq ans et entravent l'activité bactérienne.

Transformer une friche en potager biologique

Quantités d'engrais vert pour un m² : trèfle violet 3 gr + ray-grass 1,5 gr

En hiver, ne pas hacher l'engrais vert pour éviter les lessivages.
Tous les trois ans, un apport d'engrais complet est nécessaire pour restituer les substances nutritives que les différentes cultures ont prélevées au jardin bio.

Préférer un engrais biologique du commerce plutôt que du fumier de ferme non biologique, car il y a de fortes chances que les fumiers contiennent trop d'antibiotiques.

 

Et aussi : Mélange de trois engrais verts pour enrichir en humus
un sol fatigué sur 
http://www.jardin-de-zihya.fr/engrais_verts/engrais_vert.html

 

Sources :

 



01/04/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 716 autres membres