décroissance

décroissance

Ecole alternative du colibri: "Quels enfants laisserons-nous à la planète ?"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source : cdurable.info

 

 

 

Les Amanins, projet alternatif localisé en France dans la Drome, vient de fêter ses 5 années d'existence. C'est l'occasion de faire le point au travers des témoignages de ses 3 acteurs-fondateurs : Pierre Rabhi, Michel Valentin et Isabelle Peloux.

 

Il n’y a pas de modèle idéal sans simplicité et sobriété (ou modération). La sobriété n’est pas une limite ou une règle que l’on s’applique, c’est une stratégie adaptée au monde tel qu’il est et une évidence pour Pierre Rabhi depuis 1950. L’autonomie est indispensable à la sobriété pour passer d’une société qui triomphe par le gaspillage (ou la dissipation) à une société de préservation. La précarité liée à la crise développe l’imaginaire et nous oblige à devenir créatif pour subvenir à nos besoins par les moyens les plus simples.

 

Suite sur >> //gacnivelles.over-blog.com/article-les-amanins-5-ans-de-projet-alternatif-51359516.html

 

 

L’école d’Isabelle Peloux

 

 

Au fur et à mesure que le projet écologique des Amanins s’est élaboré, la question éducative a pris toute sa place : l’idée d’une école sur le lieu s’est imposée. L’école élémentaire s’est ouverte en septembre 2006.

Une école où les apprentissages s’intégraient à la vie et prenaient sens concrètement, cela répondait à un manque certain de la réalité scolaire habituelle. Une école qui répondrait à : « Quels enfants laissons-nous à la planète ? ».

 

 

Si le centre accueille des classes vertes du primaire à la terminale, pour susciter chez les enfants le respect de la Terre, l’école du Colibri dirigée par Isabelle Peloux s’est imposée au fur et à mesure que le projet écologique des Amanins s’est élaboré car la question éducative avait toute sa place. L’école élémentaire s’est ouverte en septembre 2006.

 

 

 

Une école où les apprentissages s’intégraient à la vie et prenaient sens concrètement, cela répondait à un manque certain de la réalité scolaire habituelle. Une école qui répondrait à : « Quels enfants laissons-nous à la planète ? ».

 

 

L’école est nichée dans ce lieu pour être au cœur de la vie aussi bien professionnelle que naturelle. Les enfants bénéficient des infrastructures du centre et des compétences des professionnels qui y travaillent. Ils peuvent découvrir :

 

-le jardinage,

-l’élevage et la transformation du lait en fromage,

-les cultures céréalières et la transformation du blé en pain,

-la nutrition et la restauration,

-les énergies et le recyclage et d’autres démarches très concrètes en rapport avec le programme officiel.

 

Les apprentissages du lire, dire, écrire, compter sont ainsi concrétisés dans des exemples réels, ce lien direct permet à l’enfant de donner du sens à ses apprentissages. Il peut comprendre très clairement que ce qu’il apprend est utile en dehors de l’école. Les enfants sont en relation avec le monde du vivant pour l’apprentissage d’un mode de vie respectueux aussi bien de la planète que des humains qui y séjournent, pour l’acquisition d’une responsabilité écologique et relationnelle.

 

 

 

La gestion des conflits sur le mode coopératif, le jeudi après-midi, et les débats philosophiques, le lundi matin, permettent aux enfants d’avancer très efficacement le reste du temps dans l’acquisition des connaissances du programme. De plus, 5 enfants sur 34 sont en "grande difficulté" pour nourrir l’apprentissage du respect de la différence.

 

Allier bienveillance et fermeté Pour Isabelle Peloux, directrice de l’école du Colibri, la pédagogie doit permettre à l’enfant d’asseoir l’estime de soi dès le primaire, d’apprendre à apprendre en cherchant la solution avant d’avoir la réponse, en apprenant chaque soir à mémoriser une leçon, en expliquant comment il est parvenu à trouver la réponse ... Même les parents sont mis à contribution, la coopération est un impératif qui ne se monnaye pas : chaque parent doit participer aux travaux 1/2 journée par mois. Ménage, bricolage, aide en cuisine, couper du bois ou planter des arbres, le programme est varié et permet de les associer à la vie de l’école. De leur côté les enfants vont tous les jours chercher les oeufs et Isabelle Peloux fait systématiquement passer la vie en premier : naissance des agneaux ou des cabris sont prioritaires sur le programme des matières "théoriques". Et les Amanins permettent de tout faire pour de vrai : en mathématique par exemple, les enfants calculent la surface de carrelage d’une pièce et échangent avec le carreleur pour évaluer la qualité de leurs calculs !

 

SOURCE et SUITE sur >> //gacnivelles.over-blog.com/article-les-amanins-5-ans-de-projet-alternatif-51359516.html

 

> //youtu.be/KG6-xIlueOM

 

 

Cette question est au cœur de l'enseignement d'Isabelle Peloux, institutrice de l'école élémentaire du Colibri qu'elle a fondée aux Amanins, un site agro-écologique de la Drôme créé par Pierre Rabhi et Michel Valentin.

En immersion pendant un an, la réalisatrice franco-québécoise Anne Barth a su capter de façon sensible les interactions entre Isabelle, les enseignants-stagiaires et les enfants.

Quels enfants laisserons-nous à la planète ? est un film didactique et une porte d'entrée dans un monde pédagogique éclairé et inspirant. Il nous renvoie à l'enjeu même de l'éducation, notre éducation et celle des générations futures... Une éducation centrée sur la nécessité d'apprendre à faire ensemble, sur le besoin d'éduquer pour élever les consciences.

Ce film est  un outil de transmission vivant pour accompagner les professeurs, éducateurs, animateurs et parents dans l'éducation des enfants !
L'intention du film est simple : témoigner que vivre en paix, solidairement et en citoyen responsable nécessite un apprentissage.

 

 

 

 Ecole du colibri, le film : "Quels enfants laisserons-nous à la planète

 

?"

 

Cette question est au cœur de l’enseignement d’Isabelle Peloux, institutrice de l’école élémentaire du Colibri qu’elle a fondé aux Amanins. En immersion pendant un an, la réalisatrice franco-québécoise Anne Barth a su capter de façon sensible les interactions entre Isabelle, les enseignants-stagiaires et les enfants. Quels enfants laisserons-nous à la planète ? est un film didactique et une porte d’entrée dans un monde pédagogique éclairé et inspirant.

 

 

 

Le programme est sur le site des Amanins > //www.lesamanins.com/

 

Plus D'infos > //lesamanins.nexenservices.com/spip.php?rubrique5

 

Vous pouvez également les soutenir en achetant le film. Plus d'informations et bon de commande :  www.lesamanins.com , www.lesamanins.com/quelsenfants

> //www.lesamanins.com/spip.php?article113

> //lesamanins.nexenservices.com/spip.php?rubrique5

 

Site Internet de la réalisatrice : www.annebarth.org

>//www.annebarth.org/

 

SOURCE : //www.dromeardeche-solidaires.org/

 

 

 

Eduquer : interview Pierre Rabhi

 

> //youtu.be/ylXYZxX3pYA

 

Pierre Rabhi parle d'éducation, à l'occasion des 2e Assises de l'Éducation à l'Environnement vers un Développement Durable, qui se sont tenus du 27 au 29 octobre derniers à Caen.
Quelle planète laisserons-nous à nos enfants ? Quels enfants laisserons-nous à la planète ?
Réunissant, entre autres, les différentes structures déjà existantes autour de Pierre Rabhi, Colibris, mouvement pour la Terre et l'Humanisme est une plateforme déchanges et dinspiration pour tous ceux qui aspirent à un nouveau projet de société replaçant lhumain et la nature au centre de nos préoccupations.



21/12/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 740 autres membres