décroissance

décroissance

Eau robinet

 

La potabilité de l'eau de réseau

Analyse potabilité eau
  1. Quel est l'état des eaux de boisson en France ?
  2. Pourquoi analyser la potabilité de votre eau ?
  3. Le lien entre eau du robinet et cancer ?

Une eau est dite potable quand elle satisfait à un certain nombre de caractéristiques la rendant propre à la consommation humaine. Pour être considérée comme potable, l'eau doit répondre à différents critère de qualités définis par le ministère de la santé. Une eau potable ne doit donc pas porter atteinte à la santé humaine. La présence de bactéries peut remettre en question la potabilité de votre eau (virus, parasites, agents pathogènes...). En outre, l'eau doit avoir un gout agréable, une couleur claire et ne pas avoir d'odeur.

Le non respect d'un de ces paramètres peut être le signe d'une eau impropre à la consommation. L'eau de votre robinet doit être raisonnablement minéralisée, avoir une couleur qui ne soit pas trouble. Le transport et les conditions climatiques (chaleur) ne doivent pas altérer ses qualités.

Afin de savoir si votre eau est réellement potable, il convient de savoir que des normes existent en matière de qualité de l'eau. Ces normes servent également à fixer un seuil de tolérance pour certaines bactéries susceptibles de se trouver dans l'eau de votre robinet. L'analyse que nous vous proposons décèlera donc peut être des traces de matières toxiques mais en trop petite quantité pour que cette eau soit jugée non potable.

La norme en vigueur concernant la potabilité de l'eau a été fixée par la directive européenne 80/778. Cette directive précise les caractéristiques d'une eau potable et nous veillons à suivre scrupuleusement l'ensemble de critères à analyser pour vérifier la qualité de votre eau de robinet.

Pour votre analyse de potabilité de l'eau, nous observerons les paramètres suivants :

  • Les paramètres physico-chimiques : concentration en chlorure, silice, calcium, potassium, magnésium, sodium, PH, dureté de l'eau, résidus secs, oxygène dissous, sulfates, conductivité, température, concentration en ions hydrogène.
  • Les substances indésirables : hydrogène sulfuré, fer, manganèse, phosphore, cuivre, fluor, zinc, cobalt, ammonium, nitrites, nitrates, azote, baryum et argent, COT (carbone organique total), hydrocarbures dissous, chlore libre résiduel, phénol, bore, détergents, organo-chlorés, matières en suspension, oxydabilité. Attention cependant à la paranoïa car certaines de ces substances peuvent être bénéfiques pour l'organisme à très petite dose.
  • Les paramètres organoleptiques (turbidité, saveur, odeur, couleur) : on cherchera à observer la limpidité de l'eau, sa couleur, son odeur, sa saveur et sa fraicheur. Ce sont tous les éléments qui ont attrait aux organes sensoriels.
  • Les substances toxiques : plomb, chrome, cyanure, arsenic, béryllium, pesticides, nickel, mercure, hydrocarbures...
  • Les paramètres microbiologiques : coliformes et streptocoques fécaux, clostridiums sulfitor-éducteurs. Il s'agit de germes capables de se maintenir très longtemps dans l'eau sous forme végétative. Ils sont étudiés afin de détecter la présence d'une pollution plus ancienne et sont également de très bons révélateurs de l'efficacité d'une désinfection de l'eau.

Le but de cette analyse est que vous puissiez vérifier que votre eau réponde bien aux critères exigés. Nous sommes capables d'analyser aussi bien l'eau de votre réseau (robinet), qu'une eau de forage, de puits ou de surface (sources...).

Une eau non potable consommée de manière quotidienne peut avoir de graves conséquences sur l'organisme. Cela peut se manifester par des troubles digestifs sévères, des maux de ventre ou encore des vomissements et des diarrhées. Tout dépend de la zone géographique ou vous vous trouvez. Les maladies ne sont pas les mêmes que vous habitiez en Europe ou dans un pays tropical ou équatorial.

1. Quel est l'état des eaux de boisson en France ?

> Eaux du robinet

Analyse potabilité eau

En France, les eaux du robinet sont contrôlées de manière régulière. Ces contrôles analysent pas moins de 56 facteurs de pollution des eaux de boisson. Mais certains pesticides et résidus de médicament ne peuvent être analysés systématiquement car cela représenterait beaucoup de temps et d'argent dépensé. Or avec le développement de l'agriculture intensive, les pesticides sont de plus en plus utilisés en zone rurale. Une récente enquête du docteur Servant Schreiber a mis à jour les lacunes de ces contrôles surtout dans les zones rurales. Des taux de contamination aux pesticides très élevés ont été détectés ainsi que de nombreuses traces de médicaments (notamment des anxiolytiques)...

Les grandes villes de France (Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux, Strasbourg, Nantes...) distribuent globalement des eaux de boisson saines à la consommation et sont donc moins concerné par les problèmes mis en lumière dans cette enquête. Les seuils de nitrate et de pesticides sont le plus souvent respectés mais dans certains cas, de l'eau considérée comme « non conforme » peut continuer à être distribuée sans qu'une restriction d'usage soit considérée comme nécessaire en raison des moyens importants qu'il faudrait mettre en place pour distribuer une eau plus propre !

Mais le principal problème en France concernant la réglementation reste que la fréquence des contrôles n'est pas identique en fonction des régions, de la saison et également de la taille des villes. A titre d'exemple, le rapport 2008 de la DGS indique que l'analyse de pesticides doit se faire tous les 5 ans pour les plus petites UDI (unités de distribution). Dans l'Eure et Loire, 28% des stations de traitement ont distribué une eau de boisson avec des teneurs en nitrate bien supérieures à la réglementation fixée à 50 mg/l en 2006. Cela représente l'exposition de 50 000 personnes environ à une eau impropre à la consommation !!! En 2007, ce sont 1398 unités de distribution des eaux qui ont dépassé la limite autorisée concernant des contaminations aux pesticides agricoles, ce qui représente 5.1 millions de personnes (8.4% de la population française).

En France, l'eau est donc une ressource naturelle qui ne manque pas encore comme dans certains pays mais qui n'a pas la même qualité en fonction de la région où vous habitez. Nous ne sommes pas égaux face à la pollution des eaux et le seul moyen de remédier à ce problème (outre une réglementation beaucoup plus stricte en matière de contrôle : fréquence, étendre la liste des bactéries analysées mais aussi davantage de transparence dans les résultats) reste de faire analyser soi-même son eau par un laboratoire reconnu depuis de nombreuses années.

2. Pourquoi analyser la dureté de votre eau ?

L'eau est plus ou moins " dure ", cela dépend des zones de captage d'eau. La dureté de l'eau se mesure par le "Titre Hydrotimétrique" (TH). Cette grandeur est souvent exprimée en degrés français (°F) à ne pas confondre avec le degré fahrenheit qui mesure la température. Plus l'eau est riche en calcium et magnésium, plus elle est dure. La dureté de l'eau dépend à la fois de la concentration du calcium et du magnésium. La dureté de l'eau, est l'indicateur de la minéralisation de l'eau.

Plage de valeurs du titre hydrotimétrique :

TH (°f) 0 à 7 7 à 15 15 à 25 25 à 42 supérieur à 42
Eau très douce douce moyennement dure dure très dure

Généralement, on distingue la dureté permanente et la dureté temporaire, la somme des deux étant la dureté totale.

Les sels minéraux sont essentiels à la santé et une eau de dureté moyenne apporte quotidiennement une grande partie de nos besoins en calcium et en magnésium. L'eau du robinet, avant d'être consommée, doit être mise au repos dans un endroit frais pour laisser le temps au chlore de s'évaporer. On utilise un adoucisseur d'eau pour adoucir l'eau jusqu'à environ 5° français. Il est donc très important que la dureté de votre eau ne soit ni trop forte ni trop faible.

Les paramètres pouvant être réglementés sont :

  • la qualité organoleptique (couleur, turbidité, odeur, saveur);
  • certains paramètres physico-chimiques naturels (température, pH, chlorures : 200 mg/l, sulfates : 250 mg/l, etc.);
  • des substances dites indésirables (nitrates : 50 mg/l, nitrites, pesticides, etc.);
  • des substances toxiques (arsenic, cadmium, plomb, hydrocarbures, etc.);
  • des paramètres microbiologiques (l'eau ne doit pas contenir d'organismes pathogènes).

3. Le lien entre eau du robinet et cancer ?

Analyse potabilité eau

D'après une enquête du WWF-France et d'une vingtaine de scientifiques de renom (dont le médecin David Servan-Schreiber) publiée en juin 2009, les personnes atteintes d'un cancer ou ayant déjà eu un cancer sont des personnes particulièrement sensibles à une pollution des eaux. C'est donc une population auquel il faut faire particulièrement attention tout comme les personnes âgées ou les enfants. L'eau qu'on leur donne quotidiennement doit être parfaitement propre à la consommation car leur santé a été fragilisée par le cancer.

L'étude montre également que nous sommes tous inégaux par rapport aux centrales de traitements des eaux usagés. Les citadins ont une eau plus propre que les ruraux car les moyens sont plus importants près des grandes agglomérations pour traiter l'eau. En effet, en raison de la concentration de la population dans les villes, les contrôles de qualité de l'eau sont beaucoup plus réguliers que dans les zones rurales. En outre, les campagnes possèdent bien souvent des nappes phréatiques extrêmement polluées e raison de l'exploitation des sols par les agriculteurs. Que ce soit pour faire de la culture intensive ou de l'élevage d'animaux domestiques, les agriculteurs sont obligés de mettre de nombreux pesticides dans leurs champs et les animaux polluent les sols avec leurs excréments (lisier de porcs...). Toutes ces pollutions liées à l'activité humaine se retrouvent drainer par la pluie directement dans les nappes phréatique où nous puisons notre eau potable et cela pourrait poser de graves problèmes de santé publique à l'avenir.

Il devient donc impératif de prendre les précautions qui s'imposent. Ces personnes « à risque » peuvent continuer de boire l'eau du robinet quotidiennement à condition qu'elle soit sur de la qualité de l'eau du réseau qu'elles ingèrent. Pour cela rien de plus simple, il vous suffit de faire analyser votre eau du robinet grâce à notre kit d'analyse eau potable.

http://www.kit-analyse.com/analyse/potabilite-eau.html

 

 

  • Microdouce

 
Un filtreur d'eau petit,mini,design,facile à installer et surtout très efficace.Microdouce vous est présenté dans un coffret de 2 filtres pour pouvoir en assurer rapiedement une rechange.
Sa capacité de traitement est de 3000 litres d'eau.
http://www.k-ds.fr/index.php?idkds [...] hp?prod=13
Oubliez les corvées et les pannes de bouteilles d'eau...
- préparer le thé, le café,
- la cuisson des aliments,
- les boissons (sirop divers),
- ou juste un verre d'eau
 
 
http://www.k-ds.fr/index.php?idkds [...] hp?prod=13

 

réaliser une analyse d'eau afin de connaitre la pollution est donc de mieu la traiter!
il existe deux types de laboratoire exercant ce genre de préstations :  
 - LDA : agréé par l'Etat, ils sont très compétents mais long et cher (un dans chaque région)
 - Laboratoires privés : tout aussi performant, ils offrent des prestations semblables largement suffisant pour le particulier (environ 100 euros pour une analyse d'eau de consommation). certains se déplacent, d'autres travaille en correspondance (envoi des flacons stérilisés, échantillonage soi même, renvoi, réception des résultats sous 5 à 7 jours)

 

  • MISE EN GARDE  contre la consommation d'eau du robinet

 

Voici un billet d'un blog intéressant .... d'autant plus intéressant qu'il renvoit au site santé .gouv.fr ... où il y a BEL ET BIEN MISE EN GARDE  contre la consommation d'eau du robinet . Et pas seulement pour le risque de stagnation d'eau dans les canalisations ...
 
L'Etat recommande de ne même pas utiliser l'eau du robinet pour faire cuire des aliments : pâtes , légumes ....  
 
Car il y a des métaux lourds qui s'accumulent dnas l'eau du robinet ... et en première ligne le plomb que l'organisme ne sait pas éliminer ..... et cela cause des dégâts ....
 
Voisi le lien du blog et celui de la page de santé.gouv.fr
 
http://monblog.biofficine.com/gheg [...] plus_.html
 
 
http://www.sante.gouv.fr/eau_plomb/



02/03/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 701 autres membres