décroissance

décroissance

Des jardins familiaux aux jardins partagés : jardinons tous ensemble en ville !

Des jardins familiaux aux jardins partagés : jardinons tous ens emble en ville !

De Nathalie • 17 septembre 2010 •

http://www.ecoloinfo.com/2010/09/17/des-jardins-familiaux-aux-jardins-partages-jardinons-tous-ensemble-en-ville/

 

Demandez à vos grands-parents s’ils se souviennent des jardins ouvriers.
Pour ceux de nos aïeux qui ont été contraints de déménager de la campagne à la ville au début du siècle, les municipalités avaient aménagé des parcelles cultivables au sein des agglomérations ou à proximité. Ces initiatives avaient pour but de renforcer la cohésion sociale auprès des populations déplacées mais aussi pour permettre aux ouvriers des usines de faire pousser des fruits et des légumes, pour compléter à moindre coût leur alimentation quotidienne.

Ces jardins remportent un vif succès et l’adhésion de nouveaux jardiniers est massive. Si l’on ne comptait qu’une petite centaine de jardins ouvriers ou « familiaux » en France au début du siècle, ils sont plus de 250 000 en 1945 ! Avec l’explosion du concept, arrive un carcan administratif, notamment l’obligation pour ces jardins d’être régis par une association de loi 1901. Il est donc interdit de commercialiser le produit du labeur des jardiniers, il faut également que certaines règles de proximité des habitations des utilisateurs soient respectées.

 

 

Aujourd’hui, les jardins collectifs sont regroupés plus ou moins officiellement sous 3 grandes bannières :

 

-          Les jardins familiaux, qui sont les anciens jardins ouvriers. Ce sont des parcelles de terrain pas toujours heureusement situées (au bord des grandes routes, dans des terrains vagues où la terre est médiocre, sans infrastructure d’irrigation…) ou bien sujettes à la spéculation immobilière et au développement urbain qui en signerait la mort. Les terrains sont parcellés et exploités individuellement. Les jardins familiaux sont de moins en moins nombreux, ils sont absorbés par l’urbanisation massive. Un projet de loi a vu le jour en 2003, pour les protéger grâce à un cadre administratif précis, mais celui-ci n’a pas été voté par le Sénat.

Même s’ils se raréfient, ils ont au moins le mérite d’exister et permettent souvent à des familles de profiter d’un petit bout de nature nourricière bienvenue.

 

-          Les jardins d’insertion (sociale et par l’activité économique), s’adressent à des personnes en difficulté sociale ou en situation d’exclusion. Ils s’intègrent dans le cadre des chantiers de réinsertion et permettent de créer du lien social dans des milieux en crise ou éclatés. On les trouve parfois dans les quartiers subissant la désertification, ou dans des environnements où la mixité sociale est réduite. Se retrouver autour d’un petit lopin de terre a des avantages thérapeutiques. On recréer le lien avec la nature, avec les voisins, on favorise l’échange intergénérationnel, on rencontre de nouveaux amis, on découvre un centre d’intérêt… Certains jardins d’insertion sont là pour favoriser le retour à la vie professionnelle. On y apprend un métier, on cultive, on récolte et on vend le fruit (ou le légume !) de son labeur. L’argent est réinvesti dans le jardin et servira à aider de nouvelles personnes. Le réseau Cocagne est un exemple de jardin d’insertion par l’activité économique qui confectionne, pour des adhérents-consommateurs, des paniers bios.

 

-          Les jardins partagés ou jardins communautaires, sont là pour répondre à la demande croissante de nature des habitants de quartiers urbains. Le concept s’importe des Etats-Unis depuis une dizaine d’années et s’inscrit dans la regrettable raréfaction des jardins familiaux (pour les raisons précédemment citées). Ces jardins sont créés et gérés de manière collective. Ils sont souvent petits mais productifs et dynamiques.  C’est le ras-le-bol du bitume et du béton qui incite des gens motivés et souvent bénévoles à organiser des fêtes, des actions pédagogiques, des évènements culturels dans ces lieux. Il existe également des jardins partagés financés par un groupe de personnes mais gérés par un ou plusieurs jardiniers salariés qui partagent ensuite la récolte entre tous les « investisseurs ». Les jardins partagés sont de plus en plus nombreux dans les grandes villes françaises et sont soutenus par les mairies qui débloquent des terrains ou mini-espaces urbains.

 

 

*****

 

Un jardin collectif ? Un jardin pédagogique ? Un jardin familial ?
Oui, ça peut être tout ça à la fois !!

POUR PLUS D'INFOS: http://www.reseaujsm.org/

 


 

Initié en 1999, au lendemain du forum national des Jardins de Nantes, le réseau des Jardins Solidaires Méditerranéens est né du constat d’un grand nombre de jardins aux valeurs de partage, de solidarité et de respect dans la région. Le réseau compte aujourd’hui 50 jardins solidaires et une vingtaine de structures ou de personnes ressources qui gravitent autour des activités menées par le réseau. Ces activités (rencontres, échanges, visites de jardins…) ont pour but de développer nos connaissances, nos savoir-faire par l’échange réciproque de nos expériences. Ainsi, ces activités, menées dans la convivialité, enrichissent les actions à mener sur ces divers jardins solidaires et participent alors à la pérennisation des activités de chacun.

Le réseau des Jardins Solidaires Méditerranéens rassemble une grande diversité de jardins associatifs du Sud Est de la France. Chaque jardin est unique, pourtant tous se reconnaissent parce qu’ils partagent et portent les mêmes valeurs : respect de la personne, de l’environnement, la solidarité et le partage.

Depuis 10 ans, une cinquantaine de jardins se sont organisés en réseau pour conjuguer et démultiplier leurs expériences, leurs pratiques et leurs savoirs.

 

  • Nos objectifs :

- SE RELIER (des rencontres, du partage)
- SE FORMER (grâce à nos savoir-faire)
- PESER (auprès des pouvoirs publics)

 

  • Nos actions :

- Conseils et aides au montage de projets de jardins partagés
- Partage de nos savoir-faire
- Organisation de rencontres au cœur des jardins sur des thèmes liés au jardinage ou à l’animation d’un projet de jardin solidaire.
- Sensibilisation des pouvoirs publics pour favoriser l’émergence d’une politique en faveur des jardins partagés.

50 à 100 jardins solidaires fleurissent sur le pourtour méditerranéen.

 

 

Le jardin solidaire a pour caractéristique de chercher à :

  1. Renforcer le lien social, favoriser les échanges, l'entraide, le dialogue, la convivialité
  2. Permettre aux citoyens de s'approprier et d'améliorer le cadre de vie,
  3. Donner un point d'appui aux personnes en difficulté afin de retrouver une utilité sociale et dignité en ayant la possibilité de participer à un travail créatif et productif,
  4. Renouer des liens avec la nature et ses produits dans une optique de respect de l'environnement et de développement durable.


Prenez un jardin potager, agrémenté d'un abri, où l'on trouve certes des râteaux, bêches et paquets de graines, mais aussi au moins une cafetière et une douzaine de tasses;

Rajoutez-y au choix des personnes en retraite, des enfants, des personnes en recherche d'emploi et de contact humains, et des habitants de quartier, un animateur qui coordonne les diverses activités du lieu, anime les réunions...

et saupoudrez le tout d'un esprit de convivialité et d'échange :

vous aurez ainsi une idée de ce qu'est un jardin solidaire, où chacun apprend de l'autre, où chacun peut donner et recevoir.

Ce terme de jardin solidaire existe depuis 3 ans mais cherche encore son sens et ses limites dans la mouvance actuelle du renouveau du jardin. 
Par son ouverture et son implantation sur le territoire, le jardin solidaire produit du développement local. 


Le réseau des jardins solidaires méditerranéens

Ce réseau s’étend de l’Hérault aux Alpes Maritimes (cliquez ici pour voir la carte de localisation).


Informel, il s’est constitué autour d’un besoin de réflexion et d’échanges pratiques. En effet, ces jardins se sont créés pour la plupart à la fin des années 90, et dès le départ leur jeunesse impliquait d’une part un manque de recul pour comprendre les tenants et les aboutissants de ces réalisations et, d’autre part, un manque de confiance des partenaires potentiels (incompréhension, difficultés d’appréciation, frilosité des acteurs…). Certains porteurs de projets souhaitaient donc échanger avec d’autres mais n’avaient pas toujours la disponibilité pour organiser ces temps de rencontre.

Le réseau est ouvert à toutes personnes (jardiniers, encadrants, directeurs, particuliers…) et toutes structures qui :               
- développent ou promeuvent des espaces à jardiner ou gérés en concertation avec leurs usagers,
- sont intéressés par le concept de jardins solidaires vers lequel ils souhaitent orienter leurs actions
- souhaitent réfléchir sur leurs pratiques et prendre du recul pour remettre en question, évaluer et améliorer leurs actions.

Pour en savoir plus sur les conditions de participation au réseau, cliquer ici.

Le réseau rassemble des jardins au sens propre du terme mais il est aussi ouvert à toutes structures gérant des espaces en associant les habitants, usagers, propriétaires (ex : l'association art à la pelle ou Voisins et Citoyens en Méditerranée) ou autres acteurs pouvant avoir un impact sur le développement de ces espaces (offices HLM, paysagistes, urbanistes...).
Actuellement il concerne une cinquantaine de jardins, une dizaine de projets, quelques particuliers et autres associations partenaires.


Les Jardins d'AMELIE, structure animatrice

cliquez ici pour télécharger notre nouvelle plaquette (page 1) cliquer ici pour la fin de la plaquette (page 2)
(en format PDF lisible avec le logiciel "Acrobat Reader" téléchargeable gratuitement en cliquant ici :)

 

En 1995, l’association Les Jardins d’AMELIE (AME.L.I.E est un sigle qui signifie AMEnagement d’un Lieu pour une Insertion par l’Echange), pionnière dans la région, se crée à travers un groupe de réflexion pour pallier aux obstacles observés et pour promouvoir ces jardins dans le cadre de la lutte contre l’exclusion. Elle inscrit ainsi la mise en réseau d’acteurs dans ses statuts. Après avoir été porteur d’un jardin collectif sur Aubagne en 1996, et avoir initié des projets de jardins avec les communes de Marseille, d'Aix en Provence,  l’association commence en 1998 à organiser de manière informelle, des réunions de réflexions et d’échanges, en associant différents partenaires et notamment l’association Voisins et Citoyens en Méditerranée. 
En 1999, l’association Les Jardins d'AMELIE confirme sa vocation régionale en proposant la création d’un "Pôle Ressources sur les thèmes Autoproduction, Développement Social et Jardins Solidaires" en région Provence Alpes Côte d’Azur. 


Ce dernier est aujourd'hui animé autour de diverses missions qui à travers la démarche participative et des valeurs de respect, de solidarité, de partage, et d'échange permet d’organiser les activités de l’association. Le but de ces mission est donc de promouvoir le développement d'espaces à jardiner dans une démarche de solidarité et d'économie citoyenne en région méditerranéenne. 
Pour cela l'association des Jardins d'AMELIE possède diverses compétence lui permettant de :

C’est dans ce cadre que se structure le réseau des jardins solidaires méditerranéens (recherche de moyens financiers, création d’outils de communication…) et que s’affine le concept de « jardins solidaires ».

- centraliser et diffuser l’information concernant les jardins solidaires
- développer un réseau d’acteurs : jardins solidaires, usagers des jardins, professionnels,
- accompagner des projets de jardins (conseil, orientation, appui, suivi…)
- transmettre un savoir-faire par un travail de groupe, des réunions thématiques, des formations…

C’est dans ce cadre que se structure le réseau des jardins solidaires méditerranéens (recherche de moyens financiers, création d’outils de communication…) et que s’affine le concept de « jardins solidaires ».

 


Contact :

Si vous souhaitez recevoir régulièrement des nouvelles de ce site (mises à jour, actualités) écrivez nous un courriel !

Julien NADREAU
Association Les Jardins d’AMELIE
9bis, avenue Charles de Gaulle
13120 GARDANNE
Tel : 04.42.65.98.58
Fax : 04.42.65.93.86
Courriel :
jardinsamelie@club-internet.fr

 

                                                         *****

 

 

Lancement du guide "Faire son jardin en ville" 

  
Depuis une dizaine d’années, les jardins partagés fleurissent dans les grandes villes françaises. Leur but est simple : faire revenir la nature en ville. Ras-lebol du bitume et des voitures ? Il est temps de faire place aux plantes, à la terre, aux arbres et aux fleurs ! Les jardins partagés arrivent en ville pour vous permettre de renouer avec la nature et créer des espaces d’échange et de rencontre dans votre quartier.

Enfin une opportunité de s’échapper du cadre urbain tout en restant dans la ville.


Vous êtes sensible à la nature, à la préservation de la biodiversité, et vous êtes intéressé(e) par la création de jardins partagés, ou par la présence d’un peu plus de verdure en ville ? C’est plus simple que vous ne l'imaginez ! Ce guide est là pour vous accompagner et vous aider dans chacune de vos démarches. Gardez- le bien avec vous, il vous sera utile…

 

 

 

 

http://www.actionvertlavenir.com/index.php

 

 


AVA - Action Vert l'Avenir
envoyé par AVA_Asso. -

 

Un collectif pluridisciplinaire qui porte et accompagne des projets s’inscrivant dans la fibre du développement durable et/ou qui concourent à ramener la nature en ville. AVA développe des projets coproduits avec la diversité des acteurs des territoires, habitants, associations, élus et professionnels. En faisant bénéficier de ses compétences, et en valorisant les savoirs faire en présence, AVA s’efforce de mutualiser les énergies, c’est pourquoi sa démarche s’apparente aux m&;eacute;tiers de facilitateur. Nous avons principalement 3 axes d’interventions :

 

- les opérations de végétalisation pérenne et éphémère : murs et toitures végétaux, bassins et piscines bios ; ainsi que de l’aménagement et de l’entretien d’espaces, par exemple dans le cadre d’évènementiels (salon, forum,…)

 

- le développement des jardins partagés : portage et accompagnement de jardins (partagé, collectif, pédagogique, et d’insertion…) en mettant l’accent sur leurs bienfaits pour la santé (physique et morale), pour le lien social, pour l’environnement, l’éducation, et l’insertion par l’emploi….

 

- Le conseil : fort de son équipe pluridisciplinaire, AVA met ses compétences au service des projets, aux différents étapes de la réalisation, elle apporte une expertise toujours connectée aux réalités locales, avec la mise en place d’arènes favorisant le débat, la mise à disposition d’outils d’aide à la décision,…

 

Action Vert l’Avenir est une association loi 1901 qui réunit un collectif pluridisciplinaire autour d’actions citoyennes.

Notre démarche s’inscrit dans la promotion d’une urbanisation sociale et durable. AVA veut contribuer à la réhabilitation et à la création d’espaces naturels en ville et ce par le biais, d’échanges de savoirs et savoirs faire. Une façon de relever des défis mondiaux, à l’échelon local, de ramener les problématiques du développement durable au cœur de nos quartiers.

Au-delà de l’aspect non négligeable de l’ornementation, l’implantation de la nature en ville  a une vocation sanitaire voire salutaire. Il est essentiel de mieux connaître son fonctionnement et ses bienfaits afin de pouvoir les intégrer à notre quotidien citadin.

Travailler à un avenir plus vert revient donc à travailler à un avenir plus viable. C’est accepter de prendre du recul pour adopter une approche globalisante, écologique au sens large, pour envisager l’homme dans ses rapports à son milieu. L’urbanisation sociale et durable qu’AVA promeut passe, dans un contexte de forte densité urbaine et de rareté du foncier, par des actions simples telles que la végétalisation des toits, murs et terrasses et par le soutien de l’agriculture urbaine. Il s’agit à la fois de sensibiliser le public et d’accompagner les initiatives des habitants.


 Intégrer le végétal dans le projet urbain c’est agir sur :

 

-       Le champ social,  en créant des situations de rencontres et d’interactions positives qui favorisent l’éducation populaire, le dialogue entre les cultures et entre les générations; c’est aussi un moyen d’œuvrer pour l’insertion et de lutter contre l’isolement ;

-       Le champ économique, en contribuant à l’attractivité des territoires, leur embellissement et le développement du tourisme urbain ; en participant à la création d’emploi de proximité ; en favorisant la maîtrise et la réduction des coûts énergétiques grâce à une végétalisation intelligente.

-       Le champ de l’environnement, bien sûr, en sensibilisant un large public aux enjeux cruciaux pour notre planète ; en incitant à la maîtrise effective des énergies ; en participant à l’assainissement et l’amélioration des aménités et de leurs impacts sur la santé publique.

 

Contacts: http://www.actionvertlavenir.com/index.php

 

Action vert l'avenir

 

 
161 rue Saint Maur
75011
Paris

 

 

contact@actionvertlavenir.com

 

LIENS

 

       *Portail des jardins partagés en Ile de France

 

http://www.jardinons-ensemble.org/

 

        *Contacts MDS: 01.48.05.66.14 ou 17 lamaisonsolidaire@gmail.com

Pépinière d'association du 11ème arrondissement de Paris, qui porte et accompagne des projets individuels ou collectifs

http://lamaisonsolidaire.voila.net/.



29/01/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 713 autres membres