décroissance

décroissance

Autonomie alimentaire

Alimentation en autarcie 

L'alimentation en autarcie
Que ton aliment soit ta seule médecine !
[Hippocrate]

L'alimentation est le chapitre le plus important à maîtriser pour devenir autonome. Sans une alimentation riche, saine et variée, point de salut ! Pas de santé, pas de force, pas d'autonomie... Le contraire est un cercle vertueux.

Premier constat :  Pour produire un kilo de viande, il faut la même surface de terre que pour cultiver 200 kg de tomates ou 160 kg de pommes de terre !!!  Il faut 30 fois plus d'eau et 3,5 fois plus d'énergie pour un aliment animal que pour un aliment végétal ! Il faut 10 protéines végétales pour produire 1 protéines animale... Dans une situation extrême avec une énergie chère ou rare et avec une surface agraire réduite, nous devrons faire des choix afin de réduire et peut-être même de stopper toute consommation de viandes. Nous allons peut-être devoir devenir végétariens de gré ou de force...

Ce qu'il faut manger ou cultiver dépend totalement de ce que la nature nous propose sur place.
Un breton mangera totalement différemment d'un niçois ou d'un strasbourgeois.
Ce qu'il faut voir surtout, c'est qu'en diminuant la part inutile très large faite aux céréales dont plus de la moitié sert à nourrir le bétail, on pourrait cultiver des fruits et des légumes d'une manière très saine, pour une meilleure santé des consommateurs avec pour conséquence la diminution de la médicalisation.
Le lait est une cause d'ostéoporose, les yaourts sont responsables pour beaucoup du cancer de la prostate; Aspartam et glutamates oeuvrent pour Parkinson et Elzaïmer; Le glucose-fructose sont responsables de la pandémie mondiale d'obésité...


 

Témoignage :
J'avais réellement peur au départ pour me lancer dans l'aventure du "manger bio sans protéines animales", car s'en est une. On peut se heurter à son entourage, on a du mal à trouver ses repères dans la recherche des produits (j'avais l'impression de vivre en milieu hostile).

A présent, l'affaire se rode petit à petit.
Dernier point qui a son importance. Il faut y aller très progressivement.
On peut arrêter les protéines animales sans problème du jour au lendemain. Personnellement, j'ai continué pendant 1 mois et demi à manger du fromage de chèvre et de brebis.
Par contre, il ne faut pas se lancer dans le cru brutalement, les intestins explosent et on passe sa vie aux toilettes. C'est une affaire de 4 à 5 mois.

 

Contrairement à l'alimentation cuite, les quantités nécessaires pour un repas sont nettement inférieures.
On aurait tendance au début, par crainte de manquer, à se faire de grosses assiettes.
Dernière remarque : Il est important de manger en fonction de ses sensations plutôt qu'en fonction de ce que l'on pense être bien.

  • Objectifs alimentaires :

On se basera sur un objectif de production d'un kilogramme de nourriture par jour et par personne...
En diversifiant les plantations axées sur sept sortes d'aliments à raison d'environ 50 kg de chaque, cela donnera alors 350kg (en arrondissant donc, les 365 kg dont on a besoin, chacun)

- 50 kg de céréales (blé, orge, seigle, maïs, avoine, etc...) cultivés sur 100m2 avec 1,5 kg de semences.
- 50 kg d'oléagineux (noix, noisettes, graines de courge, tournesol, pavot, colza, etc...) cultivés sur 100m2 avec ... semences (sauf arbres = vivaces)
- 50 kg de pommes de terre (+ autres tubercules, châtaignes, etc...) cultivés sur 20m2 avec une centaine de plants de pommes de terre p.ex.
- 50 kg de fruits (pommes, poires, raisins, etc...) cultivés en vivaces sur environ 100m2.
- 50 kg de choux (divers y compris rutabagas, navets, etc...) cultivés sur environ 20m2.
- 50 kg de légumes (carottes, oignons, poireaux, céleris, etc...) cultivés sur environ 15m2.
- 50 kg de légumineuses (haricots, pois, (secs) etc...) cultivés sur 200m2 avec 2 à 3 kg de semences.

NB: ces chiffres ont été proposés par Geispe (Après Pétrole)

Il faut prévoir un peu moins pour les enfants ou les personnes âgées, qui en général ne sont pas de gros mangeurs, mais peuvent donner des coups de main pour la culture (l'arrosage, l'entretien, la préparation des repas... toutes ces petites choses qui prennent du temps mais qui ne nécessitent pas de force et de célérité...).
Il faut prévoir aussi des pertes au stockage en cas de dégâts, des récoltes loupées, insuffisantes ou volées.
Et s'il y a des surplus, c'est tant mieux, ils vous permettront de faire plaisir autour de vous ou de les utiliser pour faire des échanges bénéfiques... 
Pour le stockage pensez à prévoir de collecter toutes sortes de récipients qui pourront servir pour mettre à l'abri vos graines, bouillies et autres semences...

La famille des Baronnet vit en quasi autarcie en France depuis près de 25 ans sur une surface de 3.800 m2, toutefois seuls 400 m2 sont utilisés pour le potager. >>> en savoir plus >>>
http://generationsfutures.chez-alice.fr/vertueux/heol.htm


Économiquement, un potager bien géré permet d'économiser deux mois de salaire au SMIC.
Comptez en moyenne 20 journées de travail cumulée pour assurer l'entretien d'un potager de 250 m2, ce qui fait en moyenne 25 minutes par jour.

Voici maintenant les objectifs, il faudra maintenant rentrer dans les détails. La diversité a son importance mais c'est surtout la répartition de produits contenant l'ensemble des éléments nutritifs dont nous avons besoin : vitamines A, B, C...


>>> Choix et besoins alimentaires : comment définir les objectifs de votre potager et de votre verger.


 
Le plus tôt possible, il sera nécessaire de penser à implanter dans votre potager et votre verger les fruits et légumes indispensables pour assurer en autarcie une alimentation équilibrée. C'est un travail de réflexion complexe car il faut à la fois penser aux contraintes locales, aux goûts personnels, aux volumes nécessaires...

La vie après pétrole nous imposera de faire de multiples impasses alimentaires. Les protéines animales (par exemple) seront peut-être beaucoup plus difficiles à produire.
On exclut également de notre liste les fruits et légumes que nous ne pourrions pas planter dans notre jardin et qu'il ne serait plus possible d'avoir en cas de crises économiques graves : bananes, ananas... Hormis peut-être un petit citronnier qu'il est possible de faire pousser dans un bac en le rentrant à l'abri l'hiver.
Le tableau qui suit permet d'avoir un aperçu des aliments les plus nutritifs pour notre équilibre et notre santé.

Dans cet exemple de liste que nous pourrions (ou devrions*) être capable de produire en autarcie, dans chaque colonne, sont indiqués en rouge les 5 produits vedettes de leur catégorie.
Au final, le soja, les lentilles, le persil, le chou et les germes de blé représentent à eux seuls une grande part des éléments indispensables à notre nutrition.

* ... ce qui nécessitera de disposer de connaissances importantes à acquérir pour faire son miel (apiculture) ou son pain (par exemple)

 

Les vitamines sont les constituants majeurs de notre santé et de notre bien être :

La vitamine A : Elle est essentielle pour la vue et indispensable à la croissance des bronches, des intestins ou encore de la peau. La vitamine A intervient également dans la croissance osseuse, dans la synthèse de certaines hormones telle la progestérone et dans les mécanismes immunitaires.
Les apports journaliers recommandés en vitamine A varient selon l'âge. Sa carence entraîne des problèmes de vision et des lésions oculaires pouvant aller jusqu'à la cécité.

Les vitamines B : Elles sont anti-toxiques, anti fatigue et anti-dépressives.
> BESOINS QUOTIDIENS
• Enfants : 1,2 mg
• Adolescents : 1,3 mg
• Hommes : 1,5 mg
• Femmes : 1,3 mg
• Femmes enceintes : 1,8 mg
• Femmes allaitantes : 1,8 mg

La vitamines C : Elle est présente dans pratiquement tous les végétaux. On la rencontre dans le persil, le piment, le poivron et surtout dans les agrumes et dans de nombreux fruits qui, consommés crus, conservent au maximum cette vitamine qui est en partie détruite par la chaleur lors de la cuisson des légumes.
> SON RÔLE
• Freine le vieillissement des cellules.
• Favorise l'entretien des tissus tels que la peau, les cartilages, les vaisseaux sanguins, les os et les dents.
• Accélère la cicatrisation.
• Prévention du cancer : En association avec la Vitamine E, la Vitamine C intervient comme un facteur important retardant l'apparition de certains cancers.
• Prévient des mauvaises haleines.
• Lutte contre l'arthrite et les rhumatismes.
• Augmente la résistance aux infections et lutte contre l'invasions microbienne et virale de nos cellules.
• Nettoyant de l'organisme : La vitamine C favorise l'élimination d'agents polluants néfastes au bon fonctionnement de l'organisme, tels que : pesticides, métaux lourds, monoxydes de carbone, dioxyde de soufre ainsi que toutes les toxines produites par notre corps.
• Combat l'anémie : La vitamine C favorise l'absorption du fer par l'intestin. C'est le fer qui donne au sang sa couleur en accélérant la formation des globules rouges, permettant ainsi d'éloigner les risques d'anémie.

Le calcium : les besoins varient selon les âges et les sexes entre 900 et 1200 mg par jour.
Le calcium remplit un rôle essentiel dans la constitution du squelette et des dents, ainsi que dans la coagulation sanguine, l'activité musculaire, les fonctions hormonales, etc. Les apports calciques en provenance de l'alimentation sont indispensables car l'organisme élimine chaque jour une partie du calcium qu'il contient. Le lait et les produits laitiers sont les aliments les plus riches en calcium, un calcium particulièrement bien assimilé. Le champion du potager en matière de calcium reste le chou.

 

RESPECTER LES EQUILIBRES ALIMENTAIRES :Plus des deux tiers des repas sont compris entre 400 et 700 grammes. Les besoins moyens par jour d’une personne en santé étant de 2 000 Calories... Vous pouvez ainsi calculer vos besoins alimentaires.


Calculez vos besoins calorifiques


Les graines germées :
Elles représentent plusieurs avantages dans un objectif d'autarcie alimentaire :
1°) Elle présentent un apport nutritionnel exceptionnel.
2°) Les graines se conservent longtemps.
3°) On peut en manger toute l'année même pendant la saison d'hiver lorsque le potager est au repos.
4°) Les graines sont actuellement vendues à des prix très raisonnables et permettent de faire des stocks et des réserves de bases fondamentales.
Manger des graines germées est une manière simple de s'alimenter sainement. Avec un apport naturel en vitamines, les graines germées subissent des transformations qui les rendent plus digestes.


Si vous n'avez jamais cuisiné et jamais cultivé, l'objectif d'une autosuffisance alimentaire peut sembler être insurmontable...
Pour dire la vérité, il faut espérer, bien sûr, ne jamais devoir passer de la pratique d'un hobby de week-end à une nécessité absolue. Même si la notion d'autarcie décrite et proposée ici repose sur un sérieux constat et une sévère volonté, il serait préférable que notre civilisation ne connaisse pas le "crash oil".


Témoignage personnel :
Une de mes toutes premières démarches fut de rencontrer la patronne de la pépinière de mon village. C'était en plein hiver. Je lui ai demandé ce qu'il faudrait pour atteindre l'autarcie et l'autosuffisance alimentaire. La réponse était encore plus pessimiste que l'état d'esprit qui m'animait à ce moment là :
Selon elle, nous ne pourrions pas assurer notre pitance et ce pour plusieurs raisons :
- D'abord parce que physiquement nous ne sommes plus près (les citadins) à travailler la terre. Effectivement j'ai très vite découvert quelques mois après combien il est difficile de retourner un coin de terre !
- Ensuite parce que la plupart des semences ne sont plus rustiques et encore moins bio et que nous aurions du mal à trouver des graines qui puissent assurer des plantations durables sans avoir la nécessité de réaliser des traitements chimiques.
- Enfin, parce que même si nous arrivions à faire pousser des plantes rustiques, il n'est pas sûr que notre constitution puisse assimiler cette nourriture bio. Nous sommes tellement surprotégés par la médication et les protections de tous ordres que les maladies et la mortalité associée serait certainement sélective.


Quoi qu'il en soit, il ne faut pas pour autant baisser les bras en se disant qu'il n'y a rien à faire. C'est un peu comme le constat "Réaliste": si en France nous ne pouvons aujourd'hui imaginer un consensus entre l'ensemble des mouvances politiques, il faut cependant et malgré tout tenter de faire quelque chose et de proposer des idées pour s'en sortir.

Si vous ne pouvez pas vous lancer immédiatement dans la création d'un jardin, stockez des graines. Aujourd'hui toutes les variétés sont disponibles et ne coûtent pas trop cher. Au réfrigérateur elles peuvent se conserver assez longtemps. La création globale de production de graines correspond au marché et à la demande. Ce marché est aujourd'hui réduit aux jardiniers amateurs. Imaginons que le clash oil passe par là et que tous les propriétaires  de belles pelouses et de massifs de roses se réveillent et achètent les stocks de graines disponibles, il ne faut pas être grand devin pour comprendre qu'il n'y en aura pas pour tout le monde... C'est pourquoi il est souhaitable de booster ce marché et la demande en sur-stockant le surplus nécessaire.

Quelques adresses intéressantes pour acquérir des graines :
- Vos voisins. (c'est là que vous trouverez les plantes qui s'adaptent le mieux localement) l'idéal est de pouvoir faire des échanges de bons procédés et de savoir faire...
- La pépinière la plus proche. Il faut la faire travailler pour obtenir de bons conseils...
Et sur internet ou à distance :
- Hortiflorbureau : des plants à petits prix
- Des petits fruits à petits prix
- Jardinalis : un comparateur de prix.

N'hésitez pas à acheter des graines multiples et variés destinées à être germées. Elles seront toujours utiles.
Dans tous les cas, l'exploitation optimale d'un jardin potager est un travail qui ne s'improvise pas et qui nécessite à la fois beaucoup de compétence et de connaissances et beaucoup d'expérience. Il est quasiment impossible d'imaginer de maîtriser son autonomie alimentaire en quelques mois...
Il existe de nombreux sites sur le jardin qui pourront vous aider :
Quelques liens à suivre :
- http://www.webjardiner.com/index.php

>>> Comment faire et gérer son potager :


Mon corps est un jardin,
ma volonté est son jardinier.
[William Shakespeare]

Il est possible de parvenir en quelques années à réaliser entre 30 et 50 % de l'alimentation de base sur une période de 8 mois. Le plus difficile sera d'arriver à produire ce même pourcentage sur une période de 12 mois.... Il faudra apprendre à cultiver des précoces ou des plantes tardives avec et sans serres, à faire des conserves, des confitures, des produits séchès , des graines germées et autres...
A partir de là on imagine que s'il est possible de parvenir à produire ne serait-ce que 30% de nos besoins alimentaires en y consacrant quelques heures de loisirs par semaine, si le jour venu les quelques heures parcellaires sont remplacées par un travail quotidien intense, il sera facile de passer d'une autosuffisance partielle à une production autonome totale. L'essentiel est donc d'apprendre à réaliser un petit pourcentage sur la durée la plus longue possible sur l'année en n'utilisant aucun artifice ou engrais chimique...



Premiers travaux :

- Protéger votre futur potager des futurs prédateurs : animaux errants, chiens... en le cloturant... (Voir ici l'article sur la création d'une clôture naturelle >
http://www.autarcies.com/La-terre/cloture-naturelle.html)
- Si possible en hiver, étaler sur les futures terres à labourer un revêtement (plastique, ou moquette ou autres...) pour mettre la végêtation au repos. Il sera ainsi plus facile de retourner la terre le moment venu.
- En parallèle :
> faites vos toilettes sèches pour pouvoir produire votre futur engrais naturel...
> Préparez un premier bac de compostage.

Si possible démarrez votre potager en permaculture comme le Jardin d'Emma : 



LeJardin-dEmilia-1.3
envoyé par gordzol. http://dai.ly/eBWVVg



LeJardin-dEmilia-2.3
envoyé par gordzol. -http://dai.ly/b17a0d



LeJardin-dEmilia-3.3
envoyé par gordzol. - http://dai.ly/8ZuZr2

  • Prévoir et planifier :

Vous ne pourrez pas cultiver toutes les plantes utiles existantes. Vous devrez faire des choix et vous documenter sur les caractéristiques de votre sélection. De nombreux livres et de nombreux sites pourront vous y aider toutefois, en fonction de votre potager, il est conseillé de réaliser un agenda spécifique qui prendra en compte votre planning de charges limitées à vos plantations.
Lorsque vous débuttez en tant qu'apprenti jardinier, ne vous fiez pas à votre mémoire. Avec le temps vous pourriez oublier les références de ce que vous avez planté. Vous avez intérêt à noter la date du semis et le nom et la variété de vos graines dans un petit papier que vous pourriez placer dans une vieille bouteille de shampoing plantée aux pieds de vos carrés. En parallèle faites un plan papier de votre potager et notez en double ce que vous faites sur le terrain. En cas de pertes ou d'oubli l'une des deux formes de mémoires pourrait vous secourir. Avec le temps et l'habitude vous saurez très vite reconnaitre vos plants.
Dès le départ, prévoyez l'intégration des plantes qui vous seront utiles pour réaliser des purins ou autres concoctions qui vous permettront de traiter de façon naturelle votre jardin contre les agressions les plus courantes : orties, rhubarbes...

  • 1ère culture à faire, le plus simple : le radis.

Il est possible de cultiver les radis à l'intérieur de la maison ou dans la véranda. Vous pouvez donc vous entrainer même en hiver sur des petites surfaces.
Laissez gonfler les graines toute la nuit dans de l'eau tiède; avec une bouteille thermos, c'est encore plus efficace !
Le lendemain, égouttez-les, puis, étalez-les régulièrement sur quelques feuilles humides de papier absorbant posées, dans un endroit chaud, sur un plateau; maintenez l' humidité jusqu'à la germination qui dure à peu près 2 jours.

Pour éviter de desépaissir les radis et économiser de la semence... Prenez une plaque de contreplaqué sur laquelle bous ferez des trous avec un foret à 3 cm d'intervalle.  Plus une plus longue utilisation, vous pouvez par exemple récupérer des plans métaliques comme par exemple le contour d'une piscine hors sol ou le côté de l'enveloppe d'un vieux réfrigérateur... Plaquez votre format sur votre lieu de plantation et faites tomber une graine dans chacun des trous, enfoncez la graine à l'aide d'un morceau de bois cylindrique sur lequel vous cloutez une pointe en travers afin que la graine soit enterrée à la profondeur désirée.

Préparez une caissette avec une couche de 15cm environ d'un fin terreau (type terreau de semis); recouvrez légèrement de terre, arrosez délicatement au pulvérisateur pour ne pas déplacer les graines et placez la barquette dans un endroit clair de la maison. Maintenez humide, cela vous évitera des radis trop piquants !
La récolte aura lieu quinze à vingt jours plus tard...

Témoignage personnel :
"Ma première démarche a été de surfer sur les sites de Jardins. En parralèle, je me suis abonné à Rustica; c'est un hebdo qui colle à l'actualité du jardin. J'ai pris l'abonnement avec un prélèvement automatique à raison de 4 € par mois pour ne pas avoir de trou dans mon budget. De plus il y avait en cadeau un petit livret avec des trucs pratiques intéressants et un lot de plus de 50 sachets de graines ! De quoi commencer à m'exercer... En plus (je sais c'est de la pub, mais c'est intéressant) cet abonnement me donne la possibilité d'accéder au service téléphonique du Club des Jardiniers de France. Je peux ainsi gratuitement avoir directerment des réponses par téléphone chaque fois que j'ai un problème et personne sous la main pour m'aider à le résoudre...

Dans la foulée j'ai également acheté quelques sachets de graines. Je ne planterai pas immédiatement tout ce que j'ai acheté, mais en sachets étanches la date de conservation de chaques graines vont jusqu'en 2010, 2011 et même 2013 pour la Betterave d'égypte ! J'ai acheté des oignons espagnols et des plantes "facile à réussir". En venant d'espagne ou d'égypte, même si le réchauffement climatique élève le niveau global des températures je serai encore dans le coup avec ces variétés.

Etape et achat suivant : une mini serre pour pouvoir y faire pousser mes graines; le système est performant et j'envisage d'en acheter une nouvelle chaque année.

J'ai également planté un petit carré de blé. J'imagine que je pourrais pas faire plus de 3 ou 4 pains avec ma récolte, mais cela n'a pas d'importance, le but est simplement de voir si ça pousse, comment ça pousse, comment ça se récolte, bref expérimenter..."



Voici une liste non limitative des différentes graines à acquérir pour pouvoir diversifier vos cultures. Il est préférable de ne faire que quelques plants de chaque variété pour pouvoir tester à la fois la façon de les cultiver mais aussi et surtout la façon de les traiter avec des moyens naturels appropriés ainsi que les techniques qui vous permettrons de produires vos propres graines pour la saison suivante.

  • Solanacées : Tomate (comment faire ses graines > http://tomodori.com/), poivron, aubergine, Pommes de terre
  • Composées : Laitue, chicorée, topinambour, cardon, artichaut, pissenlit, salsifis, scorsonère
  • Ombellifères : Carotte, persil, céleri, coriandre, fenouil, panais
  • Cucurbitacées : Courgette, courge, melon, pastèque, concombre, cornichon
  • Chénopodiacées : Bette à carde, Betterave, Epinard, arroche
  • Liliacées : Ail, oignon, echalotte, poireau, ciboulette, civette
  • Crucifères (ou brassicacées) : Choux, rutabaga, radis, navet, moutarde, asperge
  • Papilionacées (ou fabacées) : fève, haricot, pois
  • Rosacées : fraise
  • Valérianacées : Mâche
  • Graminées : les céréales cultivées : maïs, riz, blé, orge, avoine, seigle, mil...
  • Polygonacées : Oseille, rhubarbe
  • Aizoacées : Ficoïde glaciale, Tétragone
  • Astéracées : Topinambours


  • Les parasites du jardin, comment les encadrer ?

D'une façon générale, la plupart des petites bêtes du jardin sont en fait tous utiles à l'équilibre de la nature. Dans un jardin bio (sans traitements chimiques) il est nécessaire de se faire à l'idée qu'une partie de votre production sera consommée par les visiteurs de votre potager. Tout le problème repose sur une gestion de ces intrus qui sans pour autant être éradiqués doivent être soit repoussés un peu plus loin ou réduits au plus petit nombre acceptable. Par ailleurs, si votre propre potager est équilibré, il peu ne pas en être de même chez votre voisin.La règle commune est de constater qu'un jardin bien entretenu possédant une terre riche (et enrichie par un bon compost) ne pose pas de problèmes particuliers. Les plantes en bonne santé produisent leur propres antiboitiques et des insecticides naturels. Seules les plantes les plus faibles sont généralement l'objet des premières attaques.Pensez également à pratiquer la rotation des cultures.


  • Les parasites majeurs des cultures :

- La piéride dont la chenille se développe sur les plants de chou : plus d'infos ici
- Le puceron qui se développe sur les jeunes pousses dont il suce la sève. Déplacez toutes les coccinelles pour les amener à proximité des pucerons, elles adorent ça !
- La noctuelle dont la larve ronge les racines des jeunes plants de salades, chou...
- Les courtillères et les dolyphores.


  • On ne détruit pas on harmonise :

- Les capucines au pied des arbres chassent les pucerons.
- Faites une bordure de romarin ou de sauge pour éviter la piéride.
- Quelques plants de menthe éloigne les mouches des haricots.
- Plantez des oeillets d'indes au milieu des tomates.

  • Mieux vaut prévenir que guérir en travaillant avec la nature, pas contre elle !

- La piéride dont la chenille se développe sur les plants de chou : plus d'infos ici >http://www.insectes-net.fr/pieride/pieride2.htm
- Le puceron qui se développe sur les jeunes pousses dont il suce la sève. Déplacez toutes les coccinelles pour les amener à proximité des pucerons, elles adorent ça !
- La noctuelle dont la larve ronge les racines des jeunes plants de salades, chou...
- Les courtillères et les dolyphores.

Les principaux insecticides bio que vous pouvez réaliser en autarcie : macérations, décoctions et purins de :

- feuilles de noyer.
- capucines
- absinthes
- prêles
- tomates.
- rhubarbe.
- orties.
- oeillets d'inde
- menthe
- lavande : une macération dans l'alcool peut vous aider à luter contre les poux, les fournis, les punaises ou lles mites.
- échalottes
- ail : 2 ou 3 têtes infusées dans un litre d'eau (à utiliser aussitôt) permet de traiter tomates et pommes de terre contre le mildiou.
- huile d'olives
- concoction d'eau argileuse additionnée à une infusion de camomille. (5 têtes pour un arrosoir de 10 litres.)


  1. Macération : c'est le résultat d'un séjour d'une plante dans de l'eau additionnée d'huile d'olive ou d'argile pendant quelques heures ou quelques jours.
  2. Décoction : elle s'obtient en portant à ébulition tout ou partie d'une plante.
  3. Infusion : comme pour une tisane, il ne faut pas faire bouillir les plantes mais simplement les recouvrir d'une eau chaude en filtrant le résultat à travers un filtre.



Alternez la pulvérisation des différentes mixtures pour éviter les phénomènes de résistances. Les produits naturels sont moins puissants que les produits chimiques industriels, ils nécessitent donc des applications plus fréquentes.
L'idéal est d'utiliser un pulvérisérateur (propre et dédié) ou de récupérer tous les pulvérisérateurs de produits à vitres (propres)

Pulvérisez toutes les parties aériennes des plantes en n'oubliant pas le dessous des feuilles.
Ce travail est à faire tard le soir après le coucher des abeilles.
Pour prévenir du mildiou vous pouvez également placer quelques morceaux de fil de cuivres dans les bouteilles qui servent pour l'arrosage en profondeur.
Ayez toujours à portée de main une ou deux bouteilles (en plastic à gros goulot) pour y placer les "bestioles" un peut trop agressives vis à vis de vos plants.
Faites un petit abri fermé pour les escargots. Après chaque pluie, un petit tour dans le jardin et vous placer les bêtes à corne dans votre enclos.

 

Dans le cadre d'un projet d'acquisition d'autonomie, nous allons devoir ré-apprendre un grand nombre de savoirs ancestraux nécessaires pour pouvoir assurer nos besoins fondamentaux.

Parmi les savoirs anciens et les ressources diversifiées :

  • L'Apiculture : la culture de la biodiversité pratiquée depuis des milliers d'années...

Une solution pour développer votre autarcie  et enrichir votre jardin et votre alimentation, pourquoi ne pas mettre en place quelques ruches ?...

Archi simple et intéressant finalement, le modèle d'ancienne ruche Corse, en autarcie :
un tronc creux ou quatre grosses planches assemblées... entrée à une extrémité et couvercle amovible à l'autre : on accède par ce couvercle arrière pour retirer de temps en temps quelques galettes de miel que l'on prélève en gâteaux entiers puisqu'il n'y a pas de cadres. Il faut juste se bricoler deux couteaux au bout d'une tige pour couper les gâteaux de cire par le fond, selon qu'on les trouve placés de face ou de profil...
(on peut même faire une ouverture amovible devant et derrière, de sorte que si l'on veut on peut inverser l'entrée des abeilles d'une année à l'autre ou toutes les quelques années pour que soient renouvelés tous les gâteaux de cire)

On arrive ainsi à prélever environ un kg de miel avec la cire tous les mois sinon plus - cela dépend de la saison et de la météo : il suffit de faire le constat des réserves présentes et de prélever en conséquence...
Il faut bien sûr s'arrêter à temps à la fin de l'été afin que les abeilles puissent encore constituer les réserves avec lesquelles elles passeront l'hiver sans que l'on ait à s'en préoccuper. 

Aucun problème de cadre, de matériel comme centrifugeuse. Ni problème d'essaimage : elles ont beau essaimer (des essaims récupérés permettant de multiplier les ruches à l'infini - la limite étant la disponibilité des fleurs du secteur) celles qui restent travaillent à remplir la ruche (celle-ci est bien entendu plus petite qu'une ruche moderne ordinaire - taille environ de moitié) mais il suffit de faire deux ruches si l'on veut l'équivalent d'une grande... jusqu'ici pas de problème non plus - depuis plusieurs années - de varroa ou autre parasite ou maladie.

Petit inconvénient éventuellement : comme on récolte les gateaux entiers, il faut tamiser ensuite si l'on veut du pur miel... mais il est possible de manger la cire avec...

Les ruches de type Corse sont posées horizontalement.
On peut aussi faire vertical et cela donne les brusc de Provence.
Mais dans ce cas il est un peu moins pratique de prélever le miel car les gâteaux sont accrochés au plafond et l'on est obligé de faire une casse qui dérange plus les abeilles en ouvrant le couvercle pour accéder par en haut...
Ces ruches-tronc comportent un ou plusieurs croisillons intermédiaires pour éviter que tout ne s'écroule si on décolle le plafond et que l'on récolte la partie supérieure des gâteaux : donc un peu plus compliqué que le modèle précédent mais intéressant aussi.

  • Le candi de désiré :
Objectif : nourrir les abeilles en hiver pour les aider à mieux passer les périodes de froid.
Principe : en leur donnant 1 pendant l'hiver,elle vous redonneront 5 fois plus l'été suivant.

Préparation à base d'1 kg de miel.

-Ingrédients et matériels :
- 1,3 litres d'eau
- 1 kg de miel
- 5 kg de sucre
- Grand récipient
- Bain marie
- Thermomètre de cuisine
Prenez un récipient assez grand pour contenir tous les ingrédients.
- Faire bouillir 1,3 litres d'eau.
- Hors du feux ajoutez et mélangez 5 kilos de sucre.
- En parallèle, faites chauffer le miel au bain marie jusqu'à parfaite liquéfaction.
- Monter la température de l'eau sucrée jusqu'à 118°C précisément.
- Ajouter alors en dehors du feu (car le mélange déborde facilement) le miel chaud.
- Refaire bouillir alors l'ensemble à feu doux, toujours pour éviter les risques de débordement, pendant 2 à 3 minutes en remuant continuellement le mélange.
- Stopper le réchaud en continuant à remuer.
-Préparez les récipients dans lesquels vous coulerez votre préparation. Regroupez les au plus prés car il faudra faire très vite lors du transvasement.
- Laissez refroidir le liquide vers 80°C juste avant qu'il ne se solidifie.
- Mélangez en permanence votre préparation afin d'obtenir un candi homogène.
- Dès que le liquide change de teinte (vers 80°) versez le dans les récipients, faites très vite avec qu'il ne durcisse.


Si vous envisagez de vous lancer dans la création d'une ruche, préparez votre terrain pour accueillir vos futures pensionnaires : plantez des fleurs et si possible faites une sélection de fleurs comestibles pour joindre l'utile à l'utile :

  • Les fleurs comestibles :

Voici une liste de fleurs comestibles qui pourront accompagner vos repas :

  • ACACIA: fleurs.
  • ACHILLEE ; fleurs et feuilles
  • ANCHUSE : fleurs, feuilles
  • ANGELIQUE : feuilles et tiges, fleurs
  • AMARANTE : jeunes feuilles et tiges, graines
  • ARBRE DE JUDEE: fleurs
  • ASPERULE : fleurs
  • AUBEPINE : fleurs, jeunes feuilles, fruits
  • BEGONIA : fleurs, feuilles
  • BOURRACHE : fleurs, feuilles
  • CAMOMILLE : fleurs
  • CAPUCINE : boutons, fleurs, graines, feuilles
  • COURGETTE : fleurs et fruit
  • COQUELICOT : pétales, graines
  • CHRYSANTHEME COMESTIBLE : fleurs et jeunes feuilles
  • CHEVREFEUILLE : fleurs uniquement
  • DALHIA : tubercules, fleurs
  • FUCHSIAS : fleurs, fruits
  • HEMEROCALLES : fleurs et boutons, jeunes pousses
  • HIBISCUS : fleurs.
  • HOSTA : fleurs ou feuilles.
  • GARDENIA : fleurs
  • GERANIUM ODORANT: fleurs ou feuilles.
  • GERANIUM ROSAT: fleurs ou feuilles.
  • GLYCINE : fleurs
  • JACINTHE : fleurs
  • JULIENNE DES JARDINS: fleurs, jeunes feuilles
  • LAVANDE : fleurs
  • LAVATERE : feuilles ou fleurs
  • LILAS : fleurs
  • LYS : fleurs ou boutons, bulbe
  • MAGNOLIA : fleurs, boutons au vinaigre, jeunes feuilles
  • MAHONIA : jeunes feuilles, fruits, fleurs
  • MARGUERITE : fleurs ou boutons
  • MAUVE : feuille ou fleurs
  • MIMOSA : fleurs
  • MONARDE DIDYMA: fleurs et feuilles
  • MONNAIE DU PAPE: boutons floraux et jeunes feuilles, fleurs
  • NIGELLE : graines
  • ŒILLET : fleurs
  • ŒILLET D’INDE: fleurs et feuilles
  • ONAGRE :fleurs feuilles et racines également comestibles.
  • PASSIFLORE : fleurs, fruits
  • PÂQUERETTE : fleurs et feuilles
  • PAVOT : pétales, graines
  • PENSEE : fleurs
  • PHLOX : fleurs
  • PISSENLIT : tout est comestible, fleurs, feuilles et racines
  • PRIMEVERES : Fleurs et feuilles
  • ROSE : pétales, boutons, feuilles de certains rosiers, fruits
  • ROSE TREMIERE : fleurs et boutons
  • SEDUM : fleurs et jeunes feuilles
  • SAUGE SCLAREE: fleurs et feuilles
  • SOUCI : fleurs et boutons floraux
  • SUMAC DE VIRGINIE : fleurs
  • SUREAU : fleurs et baies mures
  • TAGETES : fleurs et feuilles,
  • TILLEUL : fleurs
  • TOURNESOL : pétales, boutons floraux, graines grillées.
  • TRADESCANTIA : fleurs
  • TREFLE : fleurs et feuilles
  • TULIPE : pétales
  • VIOLETTE : fleurs et feuilles
  • VALERIANE : fleurs et feuilles
  • YUCCA : fleurs, fruits
  • ZINNIA ELEGANT : fleurs

Pour en savoir plus sur les fleurs comestibles, les recettes, les conseils...:

http://www.cuisiflor.com/cuisine.htm

http://cuisine-des-fleurs.floralice.com/

http://www.cfaitmaison.com/culinaire/fleurs.html


Pour acheter des graines de fleurs comestibles : Ferme de Sainte Marthe > http://www.fermedesaintemarthe.com/

  • Les plantes sauvages comestibles :

http://www.plantes-comestibles.com/plantes-comestibles.php
http://plantes.sauvages.free.fr/index.html


  • Les plantes intérieures :

Vous pouvez faire un mur végétal très simple: feutre imputrescible (pas tres bio) inséré entre deux grilles à béton avec une gouttière au bas et un bac qui reçoit l'eau (une pompe a aquarium suffit).
Vous pouvez planter: tomates, poivrons, aubergines, patates douces, salades, courgettes...) et des fleurs (toutes les convolvulacées conviennent, la patate douce en est une), mais aussi capucines.
Pour l'éclairage n'importe quelle lampe convient et il est possible de se chauffer partiellement l'hiver avec une lampe horticole beaucoup moins chère qu'un convecteur électrique.
Pour nourrir les plantes j'avais trois tortues d'eau, mais tu peux aussi mettre des poissons ou de batraciens. Le système peut-être autonome un mois avec des insectes (yules, drosophiles, araignées vers de terre et un couple de zostérops (oiseaux insectivores).
En fait
1) vous pouvez passer plus de temps à couper les plantes qu'autre chose.
2) pensez à une bonne aération!
Le résultat en vaut la chandelle: c'est beau, vivant, sans aucune odeur et tout vos visiteurs seront scotchés sur votre mur végétal !

Indépendamment du fait que l'élevage de plantes dans votre intérieur peuvent être bénéfiques pour la santé, vous pouvez profiter d'exploiter une partie de votre surface intérieure pour laisser une petite place à des plantes utiles :
- Un citronnier
- Du piment d'espelette
- Un mini pommier d'amour


- De la fougère qui acceptera les coins peu éclairés de votre maison et dont le purin peut-être bénéfique pour vos autres plantes.

 

Source : http://www.autarcies.com/Alimentation/alimentation-en-autarcie.html

 

Liens :

 

Ce site est un concentré de bonnes choses sur les tomates anciennes. De la graine à la cuisine. Semis, repiquage, culture, récolte, recettes.

http://tomodori.com/

 

  • Apiculture

>> Pour tout savoir sur l'apiculture : http://fr.wikipedia.org/wiki/Apiculture

>> Un site dédié à l'apiculture : http://www.lesabeillesbutineuses.net/
>> Des rûches écologiques : http://ruche-warre.levillage.org/La%20ruche%20%E9cologique.htm
>> Les ruches de Janvier à décembre : http://www.beehoo.com/conseil-apiculture/
>>Miel corse, ruches et outils :
http://www.gietaravu.com/miel-corse/ruches.htm


>> Deux livres anciens sur les abeilles accessible directement sur internet :
- Les abeilles :
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k203727q
- Traité pratique sur les abeilles à l'usage des cultivateurs et des écoles primaires : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56673024

 

  • La Maison Autonome

A moins de 10 km de Châteaubriant, il existe une maison autonome en électricité, en eau et surtout en pensée. Cette maison a été construite petit à petit par une famille qui a souhaité résister au prêt-à-porter culturel imposé par l'environnement médiatique.
Cette page est un récit de cette visite passionnante.Cuiseur solaire, éolienne de pompage,construction en terre, compost, toilettes sèches, station d'épuration biologique, photopiles, lessive à la cendre...Ce lieu est un réservoir de solutions pour construire un av...enir solidaire. ...http://generationsfutures.chez-alice.fr/vertueux/h eol.htm

 

  • Pour en savoir plus sur les fleurs comestibles, les recettes, les conseils...:

http://www.cuisiflor.com/cuisine.htm

http://cuisine-des-fleurs.floralice.com/

http://www.cfaitmaison.com/culinaire/fleurs.html


Pour acheter des graines de fleurs comestibles : Ferme de Sainte Marthe > http://www.fermedesaintemarthe.com/

  • Les plantes sauvages comestibles :

http://www.plantes-comestibles.com/plantes-comestibles.php
http://plantes.sauvages.free.fr/index.html
 

 

  • Semences Biologiques

> Le Biaugerme est un groupement de producteurs de semences issues de l’agriculture biologique & biodynamique :

http://www.biaugerme.com/

 

> Association Kokopelli  : Est animée par une équipe de militants qui au travers de leurs actions œuvrent pour la cause de la biodiversité et de la préservation des semences.

http://www.kokopelli.asso.fr/

 

> Graines BIO Baumaux  : Un large choix de semences potagères et bulbes à fleurs

  1. www.graines-baumaux.fr
  2. http://www.pommiers.com/Pepiniere/graine-et-legume-ancien.htm

 

> Onpeutlefaire.com - Fiche technique - Récolter ses graines
>Comment faire ses propres semences bio
www.jardin-bio.net
Comment se procurer des semances biologiques puis comment recueillir ses semences biologiques
http://www.jardin-bio.net/fairesemences.htm
  • Jardin
>Jardiner avec la lune : explication, constatation générale, calendrier
http://www.graines-et-plantes.com/index.php?Page=C alendrier-lunaire&lune=plantes
>ROTATION DES CULTURES ET ASSOCIATION DE PLANTES
www.jardin-bio.net
 
Des études ont montré que certaines plantes semblaient profiter de la présence d'autres plantes (plantes amies) se développant mieux et étaint moins sujettes aux maladies.A contrario, en présence de certaines autres (plantes ennemies) elles semblent moins bien se développer et ont un moins bon rendement. Cette notion est d'autant plus importante dans un potager en carré que les cultures sont très proches les unes des autres et plus diversifiées qu'en culture traditionnelle. C'est donc un atout a prendre au même titre que la position stratégique de la plante dans son carré.
http://www.jardin-bio.net/rotation.htm
 http://fr.ekopedia.org/Ass ociation_de_plantes
>Jardinage-biologique.com, les pesticides écologiques, les pucerons
Jardin biologique, tous les plaisirs du jardin naturel et écologique (fertilisants, pesticides, économies d'eau, implantation de votre jardin, astuces pratiques)
www.jardinage-biologique.com

http://www.jardinage-biologique.com/pesticides-puc erons.htm
  • Autarcie Alimentaire

 >Autarcie alimentaire
     Les choix alimentaires/ Le potager/   Comment lutter contre les parasites / Conseils pratiques
     Le verger/La conservation/ Récolter ses graines /Le poulailler / Un mur végétal / Opération survie / Trucs et astuces / Faire son pain

http://sos-crise.over-blog.com/article-25993024.html

 

> Blogs de Geispe

"mon autarcie est une expérience motivée par la curiosité, mais aussi le fait que dans un futur proche nous ne pourrons probablement pas faire autrement, sans pétrole...
et j'ai la chance d'aimer un mode de vie de Robinson, comme d'autres aiment faire le tour du monde à la voile ou à vélo : je fais en permanence le tour d'un monde casanier..."

Cueillette, agriculture, cuisine de plantes sauvages, séchage et conservation des aliments ETC.

http://monotarcie.blogspot.com/

http://www.arpentnourricier.org/monotarcie-le-blog-de-geispe/

 

>le drapeau noir au fond du jardin

http://jardinnoir.4rumer.net/t38-essaie-d-autarcie-alimentaire

 

 

  • Pharmacie naturelle
> 01 Santé - Pharmacie naturelle - iContent
www.01sante.com
Site médical présentant les différentes thérapies naturelles pour santé, bien-être et beauté. Fiches détaillées, prescriptions et conseils.


http://www.01sante.com/xoops/modules/icontent/inde x.php?page=774

 

http://www.creapharma.ch/plante_medicinale.htm

http://www.lepetitherboriste.net/

http://www.medicinales.fr/



12/02/2011
4 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 701 autres membres